Partagez | .
 

 What Have You Done

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: What Have You Done   Ven 22 Juin - 22:58
Ce n'est pas possible. Je n'ai pas pu retourner sur les lieux, je n'ai pas pu. Je me suis posé plus loin, aussi loin que j'ai pu aller, tellement loin. Ce n'est pas possible ! Je me suis laissé tomber au milieu d'un champ, éloigné de tout, éloigné de tous. J'ai envie d'arracher ces ailes, les arracher directement de mon dos. Kayden l'a vécu ! Il n'était pas là ! Je tombe à genoux et déploie mes ailes sur toute leur longueur et je pivote sur le côté, l'extrémité lève la terre et dessine un bref nuage terne dans les airs. Je me penche d'un côté, de l'autre, comme un oiseau malade, et je tords mes bras de part et d'autre de ma tête pour attraper leur racine. Mon dos se tord et mes doigts glissent sur le métal. Ce n'est pas possible. Leur poids m'entraîne vers l'arrière et je les fais tomber, les autres après les autres. Alors que je me bats contre moi-même, je laisse tomber sur les plumes sur le sol. Et chaque fois qu'une nouvelle s'échoue dans la poussière, chaque fois que le cliquetis me dit qu'elle est morte, une autre vient prendre sa place. Elles font partie de moi, elles profitent de tous mes pouvoirs, elles paraissent ne pas craindre la mort. Ce n'est pas possible !

« Chaud. Froid. Mal. Peur. J'étais en colère. J'étais en rage. Je voulais tout casser, tout détruire, je voulais fuir, courir, partir, rester. Je voulais serrer quelqu'un dans mes bras. Je voulais briser quelqu'un entre mes bras. Je voulais... »

« Non ! Non ! » Les derniers fragments de glace sur mon corps ont fondu. Les larmes sur mon visage, ce n'était pas les miennes, c'était les siennes, celles de Kayden ! J'arrache la chaîne autour de mon cou et serre l'anneau au creux de mon poing serré. « Non, non, non ! Ce n'est pas possible ! » Je pourrais m'en étouffer ! Et je n'ouvre pas le poing, je me remets debout, frotte la salive qui a coulé le long de mon menton d'un simple geste de l'avant-bras. Non ! Non ! J'ai mal à la poitrine, une pression qui m'empêche de respirer convenablement. Non ! Ce n'est pas sa voix à lui que j'ai entendue, c'était celle d'une femme ! Je ferme les yeux, je pourrais me crever les yeux avec mes propres plumes, je pourrais les crever pour m'avoir menti !

« Chaud. Froid. Mal. Peur. J'étais en colère. J'étais en rage. Je voulais tout casser, tout détruire, je voulais fuir, courir, partir, rester. Je voulais serrer quelqu'un dans mes bras. Je voulais briser quelqu'un entre mes bras. Je voulais... »

Je prends mon visage dans mes mains, j'ai besoin de crier, juste de hurler jusqu'à ce que ma voix s'éteigne, jusqu'à ce que ma propre voix se déchire, pour que cette femme entende où qu'elle soit. Qu'elle entende que c'est elle que je placarderai ! Je la placarderai et je la soignerai, jour après jour, je l'empalerai et je ne la tuerai que quand je serai sourd de l'avoir entendu hurler ! Ce n'est pas... Je... Je baisse les mains, l'anneau est là, pour me narguer, pour me mettre face à ce que j'ai fait, ce que je fais, et ce que j'allais faire. Maintenant, il y a ma propre douleur à laquelle s'est ajoutée celle de Kayden, et je n'arrive même pas à savoir si je dois retenir ses larmes brûlantes ou son amusement glacial.

« Après ça on ira s'occuper de... comment elle s'appelle déjà? Rachel je crois. Sans oublier ton précieux Bobby, ton exemple Charles Xavier et bien entendu, la petite peste de Prudence et pourquoi pas... »

Je fourre l'anneau dans ma poche et prends mon envol. Je manque de souffle, je n'ai plus de souffle. Je fulmine, cette pression ne s'atténue pas et j'ignore si c'est le froid qui m'arrache des larmes froides. Ou bien. Je ne sais pas. Je vole vite, j'écarte les bras, laisse mes ailes me conduire en essayant de comprendre le rôle de Cassandra dans tout ça. Je n'aurais pas dû... Ailes ou pas ailes, je suis un mutant. Je n'avais pas besoin... Je traverse la nuit naissante et c'est à la porte de Rachel que je me rends, espérant y être le premier. Je ne peux pas entrer, je prends sur moi pour ne pas traverser ses vitres et briser ce que j'ai peiné à construire. Au lieu de ça, je monte jusqu'à chez elle et je tambourine à sa porte, je frappe du poing sans m'arrêter, en hurlant son prénom.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: What Have You Done   Sam 23 Juin - 1:32
Parfois, elle oublie. Elle oublie tout ce qui se passe dehors. Elle oublie l'enfer permanent dans lequel on a enfermé les mutants. Elle oublie son combat qu'elle a mené pendant des mois. Elle oublie qu'elle est à New York et qu'elle peut se faire attraper à tout moment. Elle oublie quand elle se plonge dans ses grands yeux bruns rieurs. Elle oublie quand son rire se perd dans le sien, si grand, si franc. Elle oublie quand il glisse sa main contre la bouteille de vin blanc pour lui en servir un peu parce qu'il sait déjà qu'elle adore ce goût sucré enivrant. Elle oublie quand il la regarde comme il la regardait, avec cette curiosité timide et cette attirance naissante. Elle oublie quand ses doigts se perdent dans sa perruque dont il n'a pas peur parce qu'il connait les circonstances. Elle oublie quand elle sait très bien qu'il se retient de l'embrasser parce qu'il a promis de ne pas recommencer avant la fin du dîner qui ne faisait que commencer. Elle oublie quand il panse son cœur comme il a pansé ses maux. Elle oublie quand il répare les débris qu'Angel, quand il remplace les fleurs qui ont eu le temps de faner.

Le tintement de leurs verres. Leurs sourires. Leurs regards échangés. Tout laissait croire à une délicieuse soirée. Coupés du monde, coupés de la réalité. Un parenthèse dont elle avait besoin. Il lui faisait du bien, réellement. Simple, facile à vivre, il avait sa propre personnalité sans empiéter sur celle de Rachel et elle adorait ça. Ils se laissaient vivre, ils ne parlaient pas d'avenir entre eux, seulement du présent et de ces délicieux amuse bouche qu'il avait ramené. Ils ne se prenaient pas la tête pour définir ce qu'ils étaient. Ça leur semblait tellement évident. Elle n'était plus la patiente qu'il avait rejointe ici. Il n'était plus le médecin assez fou pour la rejoindre ici. Ils étaient simplement des adultes qui se laissaient porter par la soirée sans avoir conscience de ce qu'elle leur réservait.

Tellement peu suspicieux que tous deux eurent un mouvement de recul dans un sursaut. A la porte, ça frappait, durement et sans arrêt. Ça appelait Rachel sans ménagement. Ce timbre de voix, elle le connaissait, assez pour la rassurer un instant. Au moins, ce n'était pas le gouvernement, c'était déjà ça. « Je reviens dans un instant, ne bouge pas, ressers-toi du vin. » Le sourire rapide qui traversait le visage de la blonde suffisait à faire comprendre à son invité qu'elle ne craignait rien et qu'elle pouvait y aller seule. En revanche, quand elle s'approchait de la porte pour l'ouvrir, ce sourire s'éteignait. Clairement, il tombait mal. Quand elle tournait la poignée et ouvrait la porte, de quoi passer pour le faire reculer et refermer derrière elle, elle ne relevait pas de suite les yeux vers lui. « C'est pas le mo... » c'est pas le moment, Warren. Dis-le, Rachel! Dis-lui!

Mais rien d'autre que l'inquiétude ne traversait le seuil de ses lèvres quand il la coinçait malgré lui contre la porte et que sa main se posait sur sa joue terreuse pour y essuyer les sillons de larmes. « Calmes-toi, Warren. » Il semblait essoufflé, perdu et complètement hors de lui à la fois. « Qu'est-ce qui s'est passé? » Pourquoi était-il dans cet état, physiquement et moralement détruit? Elle en oubliait David dans son appartement. Quoi qu'elle fasse, l'ailé réveillait chez elle toute son empathie et sa compassion. N'était-ce pas ce qu'une amie se devait de faire? Elle cherchait à capter son regard, à le rassurer et pourtant les questions qu'il prononçait claquaient dans l'air comme un mauvais présage. Que lui répondre? Seulement ce qu'elle savait, évidemment. « Dans une salle de sport. De boxe plus précisément. Pourquoi tu veux savoir ça? » Elle ne tenait pas à se rappeler de son côté, vraiment, surtout pas dans ces circonstances. Et du sien, à quoi ça lui servait de savoir? « Je sais juste que c'est une organisation puissante dans ses coups de frappe, que mon demi-frère en fait partie, que mon frère l'a rejoint à ses dépens parce qu'il la manipulé comme il le voulait grâce à son don. » Et ensuite? « Je sais pas quoi te dire d'autres. Kayden est... » assassiné de tes propres mains, Warren. « probablement enterré désormais. Pour le reste, j'en sais rien, je peux pas te répondre. »
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: What Have You Done   Dim 24 Juin - 0:29
Mon poing serré frappe, martèle la porte, encore et encore. La porte s'ouvre et Rachel ferme derrière elle : « C'est pas le mo... » Rien à foutre. Je me plaque contre elle, un bras de chaque côté pour l'empêcher de s'esquiver. Peut-être aussi pour garder mes mains solidement calée contre le bois, pour m'éviter de m'emporter contre elle... Je lui dis, je lui crie que j'ai besoin de réponse. Et au-delà de tout cela, j'ai besoin de savoir à quelle vérité je dois me fier.

Lui dire ce qu'il vient de se passer, impossible. Impossible, moi-même j'ignore tout de ce que j'ai vécu, de ce nous avons vécu, même. Et il y a ces deux voix qui se superposent pour me narguer simultanément. « Où est Kayden ? » lui hurlé-je, sentant une pression faire son retour dans ma poitrine. Les jeux d'ombres et de lumières dans le couloir m'empêche de bien voir si mes bras ont repris de leur couleur ou si je suis encore... Je me mords la lèvre, pris d'une furieuse envie de l'attraper et la suspendre au-dessus du vide pour presser ses réponses. Je serre les poings pour ne plus m'imaginer ouvrir la main, laisser la sienne glisser. Ça suffit comme ça !

Elle ne pense pas que c'est lui, mais qui est-elle pour moi ? Je me souviens de Harper, je me souviens des mois de relations passés ensemble mais cet appartement, ce n'est même pas le nôtre. Qui est vraiment Rachel ? « Où on s'est rencontrés, toi et moi ? » J'ai besoin de remonter le temps, j'ai besoin de tout reconstruire, sur le champ ! Je ne peux pas retourner voir Cassandra sans savoir, sans avoir les armes pour me tenir face à elle, debout. Mes mains contre la porte s'approchent de son visage. Quels liens entre eux ? Je pose ma main sur la sienne pour la garder contre mon visage. Je la serre contre ma joue, ferme les yeux. Apporte-moi un peu de vérité ! « Qu'est-ce que tu sais de Hydra ? » Ma voix se casse, se brise, j'entends une porte plus loin qui s'entrouvre et se referme presque aussitôt. Est-ce que j'ai été trop stupide pour voir que ceux qui apportaient la solution étaient ceux qui avaient causé ma perte ? Ou n'ai-je été qu'aveuglé par le désespoir ? « Qui a brisé mes ailes ? » À quel point ai-je été stupide ? Qui les a brisées, mutilées, arrachées ?

« Dans une salle de sport. De boxe plus précisément. Pourquoi tu veux savoir ça? » Je cherche à reprendre mon souffle. Elle n'est pas assez rapide. Plus, parle plus ! « Je sais juste que c'est une organisation puissante dans ses coups de frappe, que mon demi-frère en fait partie, que mon frère l'a rejoint à ses dépens parce qu'il la manipulé comme il le voulait grâce à son don. »

Je m'écarte. « Je sais pas quoi te dire d'autres. Kayden est... probablement enterré désormais. Pour le reste, j'en sais rien, je peux pas te répondre. » Je frappe la porte au-dessus de sa tête et me presse à nouveau contre elle. Je prends son visage entre mes mains, tout mon corps se crispe, je parle désormais entre mes dents : « C'est une blague ? Est-ce que tu te fous de moi ? » La porte s'ouvre, laissant un échappatoire à Rachel. J'en profite pour entrer dans l'appartement et claque la porte dans mon dos. Sans plus de considération pour l'étranger, je prends mon visage entre mes mains : « Tu es... tu es.... Je t'ai dit que... C'est quoi ton putain de petit jeu, Rachel ? À quel moment tu as jugé bon de ne pas m'en parler ? Je ne me souviens pas de toi ! Tu as été effacé de ma mémoire, tu n'existes pas ! Tu n'es rien ! » Une main de l'étranger sur mon épaule décuple ma colère et sans plus crier, je lui attrape le bras et le lui tords dans le dos sans aucun ménagement. Je crois même sentir un craquement. Je passe mon bras gauche sous son menton et continue de fixer Rachel : « Aide-moi Rachel ! Je t'en supplie, aide-moi ! » Mon aile se déploie, j'en détache une plume et au moment où elle rencontre l'étranger, il tombe au sol. Sa chute met fin à sa bruyante douleur. « Quand je t'ai dit que tu étais un fantôme dans ma vie, tu n'as pas jugé bon de me dire que ma mémoire est juste le terreaux d'une vengeance fraternelle ? Pourquoi ? Mais pourquoi ? » J'enjambe le corps de l'homme. Raaaah ! Je me précipite vers elle et la saisis par les épaules, prêt à voler en mille morceaux : « Qui m'a fait ça ? Qui a brisé mes os ? Qui, Rachel ? Aide-moi ! »
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: What Have You Done   Dim 24 Juin - 1:19
Toute cette crispation, toute cette tension. Elle le ressentait dans ses mots, dans ses gestes, jusque dans ses doigts qui entouraient son visage. Elle ne le comprenait pas ou peu. Elle n'arrivait pas à le suivre, à comprendre pourquoi il était dans un tel physique et psychique. Il cherchait des réponses quand il ne répondait pas aux siennes. Elle ne savait pas quoi faire, elle ne savait pas quoi lui dire ni quoi ressentir. Cette compassion qu'elle avait ressenti en voyant ses larmes s'était évanouie pour laisser place à ce stress et cette peur qu'elle ne comprenait pas. C'était comme si toutes ses émotions transpiraient sur elle de façon violente, comme si elle semblait se mettre à sa place et sentir cette panique à son tour. Cette panique qui la faisait reculer dès l'instant où elle en avait la possibilité. Cette couleur sur son visage, cette colère, il lui faisait peur, réellement. David l'avait bien remarqué et même s'il était silencieux, il ne fallait pas être idiot pour comprendre que quelque chose n'allait pas. Tout allait vite, très vite, beaucoup trop vite. « Warren! Non! » Trop tard parce qu'il s'en fou, parce qu'il ne l'écoute pas, parce qu'il est égoïste et sans aucun autre but que d'avoir des réponses. Instinctivement la jeune femme rejoignait le brun au sol, vérifiait son poul, sa respiration. Seulement endormi. Ça n'empêchait pourtant pas la colère de monter. Elle avait envie de le frapper, fort, assez pour lui remettre les idées en place et lui faire réaliser ses actes. Il n'avait pas le droit de faire ça, peu importe ce qui lui était arrivé, il n'avait pas le droit d'agir ainsi parce que ça n'avait rien d'humain. « T'es malade, tu es complètement malade! » S'il voulait jouer à celui qui gueulait le plus fort, ils allaient jouer.

« Tu cherches des réponses mais tu n'écoutes pas, jamais! » De colère, elle se redressait et son pouvoir jouait sur les ailes du géant. Il se retrouvait plaqué contre le mur, certainement de façon douloureuse, mais pour le coup, elle s'en foutait, il allait trop loin, beaucoup trop loin. « Je te l'ai dit! Je te l'ai déjà dit encore et encore que mon demi-frère est un enfoiré qui a dû trouver drôle de m'effacer de ta tête. Je te l'ai dit mais tu n'écoutes pas. » La gifle partait. Sonore. Elle mettait un point final à ses paroles au volume trop fort. Sa colère se calmait, sa respiration était courte tant la pression sur ses épaules restait grande. « C'est toi qui a accepté d'aller les voir. C'est toi qui a voulu retrouver des ailes coûte que coûte sans jamais m'informer de rien parce que tu ne dis jamais rien. Ne me met pas sur les dos tes propres torts. Tu as voulu voler, il m'a vu dans ta tête, il m'a effacé, fin de l'histoire. Tout le reste, j'en sais rien, je te le dis et je te le redis, j'en sais rien! » Elle ne pouvait pas deviner ce qu'elle ne savait pas, ce que lui-même n'avait jamais dit ou ce que Kayden ne lui avait jamais confié non plus. Est-ce que Kay lui-même savait qui avait détruit Warren? Elle n'en savait rien. A partir du moment où Warren avait tenté de se suicider, Kayden avait disparu avec lui. Pour elle, toute l'histoire s'était arrêtée là. Elle ne pouvait pas lui mentir non plus, ça n'arrangerait rien. Alors oui, elle ne savait rien. La pression de ses ailes qui le maintenait au mur disparaissait. Il était de nouveau maître de ses ailes de métal et c'est sur les joues de Rachel que les larmes se dessinaient dorénavant. « Tu aurais dû demander avant, je ne peux plus t'aider. Sors de chez moi maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: What Have You Done   Dim 24 Juin - 1:53
Soudain mes ailes s'ouvrent et échappent à mon contrôle. Je tends le bras pour attraper Rachel pour mon mouvement mais trop tard. En dépit de leur absence de mouvement, je me démène pour me défaire de sa prise « Arrête ça, tout de suite ! » Je ne fais que lui hurler d'arrêter, ma voix couvrant parfois la sienne, et parfois pas. Je frappe le mur de mes poings et de mes talons, prêt à fondre sur elle, et je ne sais pas pourquoi. La rougeur sur mon visage s'efface instantanément : « Tu ne m'as rien dit ! Tu m'as laissé dans l'ignorance ! Pourquoi ? J'avais confiance en toi ! Lâche-moi ! Lâche mes ailes ! » Et plus elle me maintient, plus je sens une vibration faire trembler mes ailes contre le mur.

Elle ne peut pas retenir mes ailes ! Pourquoi ce petit jeu ? Pourquoi cet amusement d'Hydra ? Pourquoi effacer ainsi ses traces ? Je n'ai jamais voulu me retourner contre eux, pourquoi ainsi effacer leurs traces de mes souvenirs ? « Ne me met pas sur les dos tes propres torts. Tu as voulu voler, il m'a vu dans ta tête, il m'a effacé, fin de l'histoire. » Fin de l'histoire, c'est ce qu'on va voir ? Je fulmine et parviens à réduire sensiblement mes mouvements. Quand enfin elle me libère, je prends sur moi pour ne pas l'attraper directement à la gorge. Je me remets debout face à elle. « Tu aurais dû demander avant, je ne peux plus t'aider. Sors de chez moi maintenant. » « Non ! »

Je passe la main sur mon visage et rue mon regard contre Rachel. « Qu'est-ce qu'il faut pour te faire parler ? Qu'est-ce que je dois faire ? » Mes plumes tombent à nouveau sur le sol. « Je dois en prendre une et lui crever le cœur, à lui ? » désignant l'homme allongé au sol. « Oui, je voulais retrouver mes ailes ! J'ai eu mal, si mal ! Bobby s'est pris une balle en plein cœur, Prudence a disparu, ils ont détruit Maddy et Alec, mes élèves ont explosé dans mon école ! Où est Charles désormais ? Oui j'avais besoin de mes ailes ! Et maintenant que j'ai besoin de ton aide, tu me dis de partir. Alors c'est non ! Je suis malade ? Je suis malade ? » Au fur que je me rapproche d'elle, de nouvelles plumes tombent au sol.

« Je cherche des réponses mais je n'écoute pas, jamais. » Tu voulais savoir ce qu'il se passait dans ma tête, et puis non, tu voulais me venir en aide quand j'étais à terre et que je ne te le demandais pas, et maintenant que je suis à genoux et que je t'implore de m'aider, tu veux que je parte ! « Tu voulais savoir ce qu'il se passait dans ma tête, et puis non, tu voulais me venir en aide quand j'étais à terre et que je ne te le demandais pas, et maintenant que je suis à genoux et que je t'implore de m'aider, tu veux que je parte ! » Je bloque mon crâne entre mes mains. Je revois les chutes de Kayden. Je voudrais juste chuter à mon tour, ou qu'ils fassent à nouveau le ménage là-dedans. Une bonne fois pour toutes, qu'il ne reste pas de miettes, pas de traces, pas de fantômes.

« Je... Je ne voulais pas devenir... et je suis pire... » Je garde le visage baissé. Si Rachel ne peut m'écouter, Kayden ne le pourra pas non-plus. Je m'éloigne d'elle. J'essaie de reprendre contenance. « Et ne touche plus jamais mes ailes ! Plus jamais ! Tu n'as pas le droit, personne n'a le droit de me faire ça ! Je ne laisserai plus faire ça ! Tu sais ce que j'ai fait pour que ça n'arrive plus ? Raaaah ! » Je recule davantage : « J'ai empalé Kayden, j'ai entré les lames dans son corps, je l'ai jeté d'un immeuble et j'ai fait pareil avec Alan ! Je les ai détruits et je te détruirais aussi ! » Je sens le verre de la vitre dans mon dos et alors que je me retourne, comme une furie, elle vient contre moi. Mes ailes se déploient brutalement. Je ne sais même pas ce qui fissure le verre. Le métal de mes ailes, mon poids ou le poids de nos deux corps. Toujours est-il que mes ailes ne s'ouvrent pas. Alors je l'attrape aussi fort que je peux, je l'attrape et l'entoure de mes bras et de mes jambes. Je la garde fermement contre moi. Jusqu'à ce que nous tombions au sol.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: What Have You Done   Dim 24 Juin - 2:47
« Va-t-en, je t'en prie, va-t-en. » Un murmure alors qu'elle était retournée près de David, un murmure parce qu'elle ne le supportait plus. Elle était coincée dans une ignorance que Warren refusait d'admettre. Elle était coincée dans une situation qu'elle ne pouvait pas maîtriser. Il semblait tellement haineux. Après elle, après Kay, après Hydra et le reste du monde. Une fois de plus, il avait tout détruit, elle comprise dans l'équation. Il avait tout gâché, tout fait éclater en morceaux. Le peu qu'ils avaient de fil qui s'était tissé entre Archangel et Rachel s'était coupé. Non. Déchiré. Parce que ça faisait mal. Mal d'y avoir un peu cru, mal de penser qu'il lui avait fait assez confiance pour lui proposer son aide et inversement et que finalement, ce soir, tout se révélait factice. Pourquoi est-ce qu'il ne la croyait pas? Pourquoi il s'obstinait quand elle était incapable de lui dire autre chose que tout ce qu'elle lui avait déjà dit? Pourquoi ne posait-il pas la question au concerné, à Kayden? Pourquoi continuait-il encore et encore de frapper de ses mots, de lui faire du mal à la faire pleurer, une fois de plus? Elle s'était pourtant promise de ne plus pleurer pour lui. Elle n'était pas à la hauteur. Cette aide qu'il attendait d'elle, elle était incapable de lui fournir. Elle ne savait plus si c'était de la tristesse, de la déception ou de la colère.

« S'il te plait, va-t-en, Warren. » Ses iris la brûlaient, elle s'enfonçait lentement dans un état de transe. Elle ne l'entendait plus. Elle ne l'entendait plus comme s'il s'était tu. Alan... ce simple prénom finissait par l'enfoncer dans un silence de mort, finissait par la convaincre de ne plus lui répondre quoi que ce soit. Il devenait fou. Assez pour tuer un innocent avec qui il avait fêté noël. Assez pour faire du mal à un inconnu qui avait voulu l'aider et calmer le jeu sur le moment. Assez pour la menacer ouvertement. Assez pour réveiller une colère noire qu'elle n'avait plus ressentie depuis longtemps, trop longtemps. Elle sentait son cœur jusque dans son crâne tant elle avait la sensation d'avoir de nouveau commis une erreur. Faire confiance, ne serait-ce qu'un peu, à Archangel, avait-il causé sa perte? Cet acte avait-il mis un point final à son tableau de fautes?

« Dégages! » Un seul mot et le coup porté l'entraînait avec lui dans la chute. Sept étages. Quelques secondes qui semblaient être une éternité. Elle pleurait. Elle pleurait de colère parce qu'il avait tout terrassé et qu'elle n'arrivait plus à se contrôler. Son don avait ouvert ses ailes pour mieux les refermer dès l'instant où il la prenait dans ses bras. Bloquées! Elles ne bougeaient pas en dépit de la volonté de Warren de les déplier pour les sauver. Au dernier moment, au dernier instant. Quelques mètres à peine avant le sol, ses ailes s'ouvraient, rayaient la façade de l'immeuble dans sa longueur et ralentissait leur chute. Pas assez pour amortir complètement le choc. Les corps avaient tournés, le contact avec le sol était brutal, se portait sur le côté droit de Rachel et sur le gauche de Warren. Son corps inanimé, tuméfié et déchiré par les éclats de verre avait roulé hors de portée de l'ailé, un à deux mètres éloigné. Les paupières closes, le crâne en sang, des côtes enfoncées, le souffle au bord des lèvres.

Elle l'avait aimé et ça l'avait presque tué.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: What Have You Done   Dim 24 Juin - 10:35
Ouvertes pour empêcher la chute, en vain. Repliées pendant la brève descente et maintenant, l'une peine à se replier dans mon dos. Je me laisse glisser sur le dos et regarde sur ma gauche. Je sens les premières blessures, les moins importantes commencer à se soigner d'elles-mêmes. Je me redresse et alors que je veux avancer vers elle, ma jambe gauche ne me porte pas tout de suite, mon aile reste ouverte, pend et griffe le sol sur son passage. Mon épaule est démise, rien de grave en soi. Je baisse les yeux sur mon corps parsemé d'éclats de verre dont un plus importants dans l'épaule. Je boitille jusqu'à elle et me laisse tomber au sol. « Tu vois ce que tu... » Silence.

Je pose au sol mon genou pas douloureux. Mon idée première serait de simplement m'en aller. Après tout, c'est elle qui s'est défenestrée. Elle devait bien se douter qu'elle serait blessée. Qu'est-ce qu'elle voulait à part me blesser avec elle ? Je me rapproche d'elle, entends le sifflement dans son souffle. Je retire l'éclat de mon épaule et le pose contre sa jambe à elle. Je pose une main sur ma blessure et de ma main souillée, je caresse son crâne en premier lieu. J'écarte les cheveux sales pour y voir plus clair. Ce n'est pas assez. Je reprends l'éclat que j'avais précautionneusement posé à ma portée et caresse ma propre peau, assez fort pour qu'un filet de sang se dessine sur moi. Je me mets presque à califourchon sur elle, si ce n'est que mon corps ne fait à aucun moment pression sur le sien.

Je recommence l'opération, appuyant plus fort pour de plus grosses plaies. Bientôt, je n'arrive plus à distinguer ses propres blessures de mon sang. Je retire les éclats comme je peux. « Je te crois, je te crois Rachel. Que tu n'y es pas mêlée, que tu me l'as dit... c'est juste que... » Ma sang sale passe contre son ventre, contre ses flans, contre sa cage thoracique alors que la seconde continue de me rappeler que je ne suis pas immunisé contre la douleur. « Je te crois. » Je relève ses cheveux pour essayer d'y voir la blessure au crâne, le bout de mes doigts cherche l'entrée, cherche la peau déchirée, cherche.... mais elle demeure inconsciente. Je mets un dernier coup et pose ma bouche dessus. J'aspire le sang. Je l'aspire sans l'avaler, forcément. Désolé Rachel, ça ne va sans doute pas te paraître agréable. J'entrouvre sa bouche et pose la mienne tout contre. Ce contact, contre toute attente, me met mal à l'aise. Comme une ultime blessure, une blessure invisible qu'elle subit.

Et finalement, alors que le goût du sang s'estompe, je ne peux m'empêcher de prolonger le baiser. Plus loin, des sirènes commencent à retentir. « Rachel... Rachel... » dis-je pour la réveiller. Rien. Au moins, vu l'état dans lequel elle est, les secours s'occuperont vite d'elle. Je me remets debout, je la regarde, essaie de voir si je n'ai rien oublié. Ça devrait aller. Rachel... « Que te dire ? J'ai tué Kayden, il est revenu. Je t'ai tuée, tu renaîtras de tes cendres. Je ne... Si, en venant ici j'attendais des réponses et j'étais prêt à te faire du mal pour les obtenir. Je voudrais que tu me parles de tes frères, que tu me dises comment je peux en venir à bout... Mais à notre prochaine rencontre, est-ce que je m'en souviendrai ? Peu importe. Il n'y aura pas de prochaine rencontre. Je ferai ce que je pourrai. » Je me redresse et essaie d'étendre mes deux ailes. Hormis quelques plumes encore tordues, elles s'ouvrent convenablement. Je maintiens mon épaule démise et je décolle.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: What Have You Done   Dim 24 Juin - 18:22
Les lumières étaient tamisées pour son confort, le silence autour d'eux était salvateur, pour lui comme pour elle. Rachel peinait à ouvrir les yeux. Tout son corps semblait engourdit comme si elle se réveillait le lendemain d'un marathon. Une caresse, légère. Son pouce contre le haut de sa main. Un baiser léger contre ses doigts, la sensation de sa barbe contre sa tempe. De toute sa patience hâtive, il observait la brune aux cheveux courts, il lui laissait le temps d'émerger de son long sommeil. Un fin sourire sur le visage, il était heureux de la voir enfin se réveiller, qu'elle ouvre les yeux. Il ne disait rien, il se contentait de croiser son regard, d'en ressentir un soulagement certain et de glisser sa main sur sa joue. « Ne pleure pas. Tout va bien. » Il s'en persuadait lui-même. Tout irait bien maintenant qu'elle était éveillée. Elle allait se soigner, elle se sentirait mieux, il en était persuadé. Il lui interdisait de parler, lui ordonnait de se reposer. Pourtant il lui semblait difficile d'avaler sa salive. Ca lui piquait la langue, ça lui serrait les cordes vocales, ça le démangeait fortement. Pourtant il patientait deux bonnes heures, le temps de lui faire un repas, le temps de la laisser manger, le temps qu'elle réalise tout ce qui s'était passé. Quand il se posait de nouveau dans le fauteuil près du lit, il glissait de nouveau sa main dans la sienne. « Je veux pas plus de détails, j'ai seulement besoin de savoir, de comprendre. Est-ce que c'est parce que tu l'aimes que tu n'as pas supporté sa douleur? » Parce qu'il connaissait leur passé commun, parce qu'il savait que leur histoire n'avait pas réellement eu de fin, que Warren avait réellement compté pour elle, parce qu'il savait que depuis son retour, elle avait des regards pour lui qui ne trompaient pas. Elle n'était plus capable de le regarder dans les yeux et cette larme silencieuse qui lui échappait était la seule réponse que David aurait.

Une réponse que David aurait eu s'il ne s'était pas réveillé avant que Warren ne s'échappe, s'il avait été obligée de fuir avec Rachel. Est-ce que Warren avait perdu connaissance avant de se tourner vers elle et les minutes étaient passées? Est-ce que l'anesthésiant ne s'était pas totalement injecté dans l'organisme de David? Peu importe. Quoi qu'il en soit, quand le métal se déployait, David était à la fenêtre et hurlait après lui. « Emmène-la! » Les sirènes se rapprochaient d'eux. Ils n'allaient pas tarder à arriver et si elle finissait à l'hôpital, maintenant qu'elle s'était déjà échappée avec son père pour guérir et qu'elle s'était débarrassée de sa puce, elle finirait comme tous les autres, dans ses cages de verre. « Elle peut pas rester là! » Il ne savait pas ce qui s'était passé, il ne savait pas ce qui avait causé cette défenestration. Tout ce qu'il voyait c'est que Rachel ne pouvait pas être une miraculée compte tenu des étages, Warren l'avait forcément protégé et ne serait-ce que pour ça, au moins pour ça, il lui faisait confiance. Ses quelques instants donnaient le temps à Rachel de retrouver ses esprits, de remonter à la surface. Le sang de Warren faisait encore son effet, le sifflement dans sa respiration disparaissait, ses hématomes s'estompaient. La conscience revenait, elle cherchait à se redresser, à fuir parce qu'elle savait ce qui allait se passer si jamais elle restait là mais c'était impossible, son corps encore trop traumatisé de leur chute. Elle avait besoin de son aide... quoi qu'elle puisse dire, elle aurait toujours besoin de son aide.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: What Have You Done   Dim 24 Juin - 23:35
Je m'éloigne de quelques pas. « Emmène-la! » Je me retourne, lève les yeux vers la vitre brisée et je n'y vois que l'étranger, penché là pour me crier d'emmener Rachel. Vraiment ? Je fronce les sourcils, pourrais lui demander pourquoi cette décision, pourquoi ce souhait complètement stupide ? J'étais à deux doigts de la laisser là alors pourquoi ? Je baisse les yeux sur elle, au sol et regarde au loin sans encore voir les échos lumineux des gyrophares. Je ne peux pas la prendre. Je ne peux même pas bouger le bras. J'essaie de le bouger mais je ne pourrai pas le remettre dans son axe moi-même, seul. « Elle peut pas rester là! » Je ne lui réponds pas et me place derrière elle, la redresse légèrement. Je passe mon bras valide sous ses aisselles, plaqué contre sa cage thoracique.

Je me remets debout en maintenant ma pression. Ça ira, pour le trajet, ça ira largement. J'ouvre mes ailes, les dernières plumes en souffrance pivotent doucement et rentrent dans le rang. Je prends un peu de hauteur, Rachel contre moi. Je me mets à hauteur de l'homme : « Tu n'as rien vu, tu ne sais rien. » Tout simplement parce que j'ignore totalement ce dont il peut avoir été mis au courant. D'ailleurs, il pourrait s'agit de l'un des fameux frères que je ne le saurais pas. Je réalise que j'ignore à quoi ils ressemblent, dans quelles circonstances j'ai pu les rencontrer eux... Les ai-je vus souvent ? Ai-je eu la bêtise de leur demander des comptes à eux, par rapport à leur rôle dans la disparition de Rachel de mes souvenirs ? Peu importe. Vraiment, peu importe. Je m'envole en la gardant fermement contre moi. Je vole à basse altitude d'abord pour rester invisible et pour éviter qu'elle ne soit blessée si elle glisse et que je doive me poser rapidement. Il n'y a pas loin entre son appartement et ce qui fut notre appartement à Kayden et moi. La fenêtre de la chambre de Kayden est d'ailleurs restée ouverte. Je fais passer Rachel en premier lieu puis passe à mon tour. Je marche dans la trainée de sang qui a eu le temps de sécher.

Je traverse la pièce et entre dans ce qui fut ma chambre. Je laisse tomber le corps de Rachel sur les draps encore bien faits, comme attendant un retour. Est-ce que je devrais la débarbouiller de ce sang, pour ne pas l'effrayer à son réveil ? Et puis à quoi bon ? Je rejoins la salle de bains et fais couler l'eau pour simplement m'en asperger le visage. Où est Kayden maintenant ? Et Alan ? Je quitte subitement la pièce et suis la traînée de sang, attendant de voir si à un moment elle s'arrête par un corps. Mais elle se poursuit dehors. Il est donc sorti. Je m'allonge sur le canapé, sur le ventre. Mon bras blessé dans le vide pour ne pas m'appuyer dessus. Quand je regarde dans la pièce, des morceaux de souvenirs font surface, sans que je sache à quoi les associer. Là-haut, il y a Rachel. Je la laisse en paix et je replie mes ailes. Je ferme les yeux et je sens simplement l'une des plumes blessées tourner sur elle-même. Pourtant, elles me semblaient s'être toutes rétablies grâce à mon don. Je ne me contorsionne pas pour toucher, pour regarder. Si je le faisais, je verrai les deux nouvelles plumes blanches. À l'extérieur, la nuit a étendu un manteau obscure qui m'aide à m'endormir, encore sonné du vol, et surtout de la chute qui l'a précédé... de tout ce qui l'a précédé aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: What Have You Done   Lun 25 Juin - 14:39
Les rayons du soleil chatouillaient son visage depuis une bonne heure. Leur chaleur et leur intensité finissaient par la réveiller. Ouvrir les yeux était difficile pendant quelques minutes. Son souffle était lourd, elle ne réalisait pas encore. Comme un mauvais rêve, comme un cauchemar passé. Elle n'avait pas mal, physiquement parlant. Pourtant son sang avait tâché les draps... ou celui de Warren. Elle avait du mal à le déterminer, à recoller les morceaux. Son esprit faisait le tri, remettait les choses en place. La surprise de son arrivée, l'énervement, les sentiments qui font mal et la chute. La suite, c'était le trou noir. Et David? Quand elle se redressait dans le lit, elle observait les lieux un court instant avant de le reconnaître. Cette chambre, elle l'avait fréquenté de nombreuses nuits, précieusement coincée entre ses bras. Ce matin, elle était seule. Ses fringues foutues, son reflet ensanglanté, elle se pressait dans la salle de bain personnelle de la chambre pour y prendre une douche de quelques minutes, de quoi se nettoyer et de finir de réveiller son esprit embrumé. Elle ne savait pas s'il était encore là, s'il l'avait simplement déposée pour mieux s'enfuir de nouveau. Elle essayait de se souvenir de ses paroles, celles qu'elle n'avait pas semblé écouter avant de les défenestrer tous les deux. Il n'y aura pas de prochaine rencontre. Elle refusait cette perspective.

Enroulée dans une serviette, elle jetait sa robe à la poubelle, ne se préoccupait pas de sa perruque et faisait un semblant de coiffure à ses cheveux courts auxquels elle ne s'habituait pas. Tant pis, à ce niveau-là, on s'en fou. Elle retournait dans la chambre et en ouvrait l'armoire. Elle attrapait la première fringue qui lui passait sous la main: une chemise. Il adorait les chemises. Elle se souvenait de son bon goût pour les fringues et le soin qu'il mettait à choisir ses tenues. Un doux souvenir qui la faisait sourire alors qu'elle enfilait la chemise blanche, bien assez grande pour faire office de robe, après avoir remis ses sous-vêtements. Sans attendre, elle se rendait dans le couloir pour aller voir s'il était toujours là, non sans noter cette traînée de sang séchée qui la faisait grimacer. Elle ignorait si c'était le leur, celui d'un autre, les méfaits d'Archangel, de Kay, de l'HPU, allez savoir, tout était possible désormais. Elle l'oubliait au fil de ses pas, elle l'oubliait quand ses prunelles croisées la blancheur des plumes qui tranchait furieusement avec la sombre pièce. Putain de merde! Sans pouvoir s'en empêcher, une larme coulait le long de sa joue, un rire bref passait même le seuil de ses lèvres. L'émotion était plus forte qu'elle ne l'aurait cru en voyant ce plumage blanc ressortir entre les ailes de métal. Elle savait, pourtant, qu'Archangel ne voulait pas entendre parler de ses plumes blanches, que pour lui, elles étaient mortes parce qu'elles avaient été faibles. Pourtant elles étaient là, probablement plus fortes que jamais pour réussir à se glisser entre les cruelles plumes brillantes.

Sans un bruit, elle chassait cette larme d'espoir et de pur bonheur pour s'approcher et s'accroupir à côté du canapé, près de lui. Elle constatait sans mal que son bras pendant avait l'épaule déboitée. Ils s'occuperaient de ça plus tard. Ainsi assoupi, il semblait paisible et c'était plaisant à regarder. Cette simple image lui mettait du baume au cœur et lui rappelait qu'elle ne l'avait jamais vraiment oublié, qu'elle ne pouvait le remplacer, qu'elle n'avait jamais cessé de l'aimer. Elle jetait un regard à ses ailes, souhaitait intérieurement qu'il n'ait pas de réaction violente, elle ne tenait franchement pas à ce qu'il les ouvre sous la surprise et la tranche au passage. Calmement, elle l'appelait. « Warren... » Lentement, sa main se glissait dans ses cheveux, sur le qui-vive d'une réaction brusque. Elle les caressait, prenait le temps de glisser parfois ses doigts sur son oreille ou dans sa nuque, des endroits un peu plus sensibles pour le réveiller un peu plus mais toujours avec douceur. « Je suis désolée Warren, tellement désolée. » De l'avoir défenestré et surtout empêché d'ouvrir ses ailes, de ne pas l'avoir écouté parce que ça faisait trop mal, de l'aimer trop pour l'aimer bien. Sa main demeurait dans ses cheveux, elle se penchait sur lui, ses lèvres se pressaient sur sa joue, son front se posait contre sa tempe. « Pardon. » Un murmure entre eux, un murmure silencieux pour le reste du monde. Bulle invisible où la franchise martelait les mots et où l'authenticité faisait saigner les cœurs pour mieux les réparer, les régénérer. « Laisses-moi t'aider, je ferai ce que je peux. » Tenir cette promesse qu'elle lui avait faite de toujours être à ses côtés, de faire son possible pour lui venir en aide. « Repartons à zéro, s'il te plait. » Recommençons, laisse-moi t'aimer en silence jusqu'à en perdre la raison.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: What Have You Done   Mar 26 Juin - 0:02
Je dors d'un sommeil sans rêves. Quand il m'arrive de vouloir bouger, je ne fais que laisser échapper un grognement et reprendre ma position initiale. J'ignore les traces dans la cuisine et je mets de côté le fait que Rachel puisse s'enfuir quand elle le souhaite, qu'elle alerte qui elle veut, peu importe. Au moment où j'entends un simple « Warren... » c'est comme une voix lointaine. Je cherche à m'extraire du sommeil mais mon crâne me semble lourd, ma tête lourde, mon corps lourd, comme après une gueule de bois démesurée.

Depuis combien de temps ne m'a-t-on pas appelé ainsi, de cette voix, de ce prénom ? Depuis combien de temps ? Je garde les yeux fermés, ayant l'impression de subir à nouveau l'assaut de souvenirs dont je ne connais pas l'origine. Le parfum que je sens est celui de mon propre gel douche, j'ai passé des nuits interminables sur la terrasse, à espérer trouver le courage de faire le saut de l'ange une première, une dernière fois. Et j'ai attendu Kayden, attendu qu'il s'appelle à nouveau de son vrai prénom après avoir dû passer des identités autres, les unes après les autres. Combien, je l'ignore. Quand il a enterré Dayle, je l'avais accepté, j'étais même heureux pour lui. Dans cet appartement, j'ai attendu que Rachel franchisse le pas de la porte un soir où le salon était décoré avec sobriété mais avec un arrière gout d'esprit de noël, cet esprit qui fait croire que tout va bien, au moins ce soir.

« Je suis désolée Warren, tellement désolée. » Elle me ramène à la réalité. Ses lèvres sur ma joue me font sursauter. Alors qu'elle susurre un  « Pardon. », je me redresse brutalement. Un réflexe me fait ouvrir les ailes mais elle les bloque, protégeant ainsi sa propre vie. Je m'assieds rapidement pour pouvoir balayer la pièce des yeux. Un râle de mécontentement habille mon visage d'une grimace quand je ramène mon bras contre moi. Son pardon me rend méfiant et je me mets debout. Sur ma peau, il y a encore la poussière de notre chute, quelques traces sèches du sang de Rachel, sans doute quand j'essayais d'évaluer les blessures à sa tête.

Elle libère rapidement mes ailes et je saute sur mes jambes. Je prends un peu plus le temps de la regarder. Outre le parfum de mon gel douche, elle porte manifestement ce qui fut l'une de mes chemises. Je tends la main dans sa direction pour frôler le tissu du bout des doigts et lève les yeux sur les siens. « Laisses-moi t'aider, je ferai ce que je peux. » J'ai l'impression d'avoir à faire à une femme totalement différente. Ma main remonte de la chemise jusqu'à sa nuque sur laquelle plus aucun cheveu ne pend. « Repartons à zéro, s'il te plait. » J'explore sa nuque dénudée et mes doigts se mêlent à ses cheveux courts, à ses cheveux châtains. « Ce n'est pas possible, je ne veux pas revenir à zéro. » Je l'observe, sans cette colère dans le regard, sans cette tristesse dans le regard. Je l'observe et j'avoue simplement : « Je veux revenir avant ça, avant le point zéro. »

Je me penche vers elle, et l'interroge du regard, pour vérifier qu'elle n'a pas un couteau caché sous le bord du canapé, que ses excuses ne soient pas l'expression d'une trahison imminente. Rien, pas la moindre ombre à la fenêtre. Je glisse mon visage près du sien, ma joue contre sa joue. « Tu m'as jeté par la fenêtre en bloquant mes ailes. Pourquoi tu m'aiderais, maintenant ? » Je glisse une seconde mes lèvres sur sa joue puis me lève. Je passe au-dessus de la traînée sur le sol puis me penche sur le plan de travail pour récupérer de l'eau. J'en passe sur mon visage, et de mon bras valide, j'essaie de me débarbouiller plus ou moins. Après une vingtaine de secondes, je dis à Rachel, m'étant arrêté pour constater ses réactions : « Si tu acceptes de m'aider, autant que je sois franc avec toi. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé hier, j'ai reçu un flot de souvenirs qui n'étaient pas les miens, et qui ne racontent pas la même histoire que ceux que j'ai. Et ça me donne mal au crâne. » Je laisse planer un bref silence, ouvre un placard, il n'y a plus rien. Sauf un paquet de gâteaux qui constituent probablement une arme chimique maintenant. « Je me souviens que tu es venue ici pour Noël. Je n'en sais pas plus, je te vois juste venir ici. » Je prends un verre et j'y fais couler un peu d'eau fraîche. Je le pousse sur le plan de travail dans la direction de Rachel et me laisse tomber sur l'un des tabourets. « Bois, tu étais mal au point. Hydrate-toi. » ... « Jolis. Tes cheveux. »
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: What Have You Done   Mar 26 Juin - 12:35
Son sursaut accompagnait celui de Warren. Un réflexe. Comme celui de bloquer ses ailes pour ne pas subir leurs rasoirs, un court instant, une courte seconde. Il ne lui en voudrait pas pour ça. Il y avait plus gros comme raison pour lui en vouloir, bien plus gros. Parce qu'elle n'avait pas réussi à faire face à la douleur de Warren qui se rendait compte de beaucoup de choses et qui lui demandait de l'aide de façon plus que maladroite, elle avait failli les tuer tous les deux. La culpabilité lui rongeait déjà les reins alors qu'elle se redressait à la suite de Worthington. Elle s'attendait à tout. Il pouvait très bien ne rien dire, faire comme si de rien était ou se venger et lui briser la nuque sur le coup. Ça ne serait pas la première fois qu'il fait du mal à l'entourage d'Angel à l'exception que pour le coup, elle l'aurait mérité. Kayden n'avait pas mérité d'être jeté du haut d'un immeuble, Alan n'avait pas mérité d'être littéralement embroché. De son côté, elle n'avait pas mérité qu'il la sauve, elle n'avait pas mérité que ses gestes restent doux et délicats à en faire courir des frissons le long de son échine, presque à la chatouiller à certains endroits. « Tu ne veux pas entendre parler de l'avant point zéro. » Parce qu'il lui avait dit et répété: Angel est mort et enterré. Il ne voulait pas en entendre parler et pourtant c'était bien lui l'avant point zéro, l'avant suicide. C'est ce qui représentait le mieux là où ils s'étaient arrêtés, là où elle pouvait lui raconter ce qu'elle savait et tout ce qu'elle ignorait. « Je peux te raconter si tu le souhaites. » Si ça pouvait l'aider, elle était prête à se souvenir quitte à avoir mal de constater une fois de plus que tout ça avait disparu pour lui.

Le contact de ses lèvres contre sa joue était bref avant qu'il ne la laisse seule face à cette question pourtant légitime. « La réponse est dans ta question. » Parce qu'elle l'avait justement jeté par la fenêtre, elle lui devait au moins ça même si la réalité était plus compliquée, plus interne, plus sentimentale. Lui expliquer qu'elle avait envie de l'aider mais qu'elle n'avait pas supporté sa souffrance et sa manière de faire les choses, c'était trop compliqué. Lui avouer qu'elle n'avait jamais cessé de l'aimer et c'est ce qui expliquait cette défenestration, ça rajouterait une couche qu'elle n'avait pas envie de lui faire subir. Elle l'observait se mouvoir, elle restait d'abord à sa place avant de s'approcher du bar et l'écouter. « Tu veux en parler? » Des souvenirs qu'il a reçu hier, des souvenirs qui l'ont poussé à venir jusqu'à elle pour la supplier avec violence de l'aider. S'ils ne racontaient pas la même histoire que celle qu'il avait en tête, c'est qu'ils correspondaient sûrement mieux à l'histoire réelle, à celle qu'elle détenait en partie. Elle attrapait le verre quand il évoquait Noël et qu'il lui conseillait sèchement de boire. Ça la faisait presque sourire quand on savait que c'était elle le médecin, la plus à même de donner des conseils pour la santé. Ironie du sort ça encore mais elle ne disait rien et s'exécutait, s'abreuvant de quelques gorgées salvatrices.

Le fond de son verre, elle le laissait sur le bar alors qu'elle s'approchait de lui. « Je peux? » Elle désignait son épaule d'un regard. De son pied, elle appuyait sur la pédale du siège pour le faire descendre et rendre Warren plus petit qu'elle, ça serait plus simple le moment venu. « C'est gentil. » Pour les cheveux. « Si je pouvais retrouver ma longueur, je préférerai. » Cette longueur dans laquelle Warren avait l'habitude de glisser ses doigts, pour replacer une mèche ou, au contraire, la faire chier en y mettant le foutoir. « On était six à fêter Noël ce soir-là, ici. » Elle commençait lui raconter ce dont elle se souvenait en l'examinant. A la fois parce qu'elle avait eu la sensation qu'il voulait entendre le récit de cette soirée en l'évoquant et parce que ça lui permettait aussi d'avoir son attention et pour qu'il ne sente pas le coup venir. « Quand je suis arrivée, tu étais là avec Kayden et Alec et j'ai rencontré Alan et Madelyn dans le couloir. » D'une rotation précise mais douloureuse, elle lui remettait l'épaule en place. « Je suis arrivée les bras chargés de cadeaux, la dinde était dans le four, tout était prêt. On a tous passé une excellente soirée. » Et plus tard, elle avait appris que la dépression déjà visible d'Angel s'était évaporée parce qu'Alec l'avait positivement influencé. Un acte que Warren avait mal pris à ce moment-là. « Tu devrais mettre ton bras en écharpe quelque temps. » Un conseil de médecin qu'elle doutait qu'il allait suivre. « Je peux t'aider si tu veux prendre une douche. » Parce que son débarbouillage à une main... Pas trop mal mais clairement pas efficace. Ça ne serait pas la première qu'ils prennent tous les deux, pour elle en tout cas, et elle n'y voyait là qu'une aide de plus, certes physique, mais elle n'avait aucune arrière pensée là-dedans, presque un geste médical finalement. « Si tu veux en savoir plus sur mes frères, je peux t'en parler aussi même si j'imagine que c'est tes propres souvenirs que tu souhaites mettre au clair avant tout. » Mais puisqu'il avait cru que sa manipulation de cerveau venait d'une querelle familiale, il souhaitait peut-être mettre un point final à ça aussi, sans cri, sans heurt, elle n'en savait rien, elle proposait seulement.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: What Have You Done   Mar 26 Juin - 23:12
Je hausse des épaules quand elle m'indique que la réponse serait dans la question. Et pourtant, elle n'a aucune sorte de dette envers moi. J'aurais très bien pu la tuer ou essayer aussi, que je n'aurais pas de dette envers elle. Qu'elle soit là parce qu'elle se sent obligée... ce n'est pas ce que je souhaite. Je passe la main dans ma nuque et maintiens finalement mon bras gauche avant de lui répondre qu'elle ne me doit rien. « Tu es dit que j'étais un malade, c'est peut-être vrai. Je ne te retiens pas contre ton gré Rachel. Sache-le. N'aie pas peur. »

Je me raidis quand elle me demande si je veux parler des souvenirs que j'ai vus, ceux qui ne m'appartiennent pas. Mais je devrais lui raconter ce dont elle ne veut pas entendre parler. Elle prend le verre et finalement, je plonge la main dans ma poche pour en sortir l'anneau coupable. Je le pose sur le plan de travail et joue avec quelques instants. Assez froidement, je lui dis que je le portais quand on m'a coupé les ailes. Je relève le regard sur elle avant de reprendre l'anneau. La chaîne est cassée, je devrai la faire réparer ou en trouver une autre. Je le bloque au creux de ma main et serre le poing. « C'est Kayden qui l'a fait, parce que je le vois encore penché sur moi à me dire que j'ai pris les mauvaises décisions. Je le vois, je l'entends, je sais que c'est lui. » Je serre la mâchoire et regarde Rachel, pour essayer de garder contenance. « Lorsque j'ai retrouvé Kayden, je ne sais pas ce qu'il a fait mais j'étais comme... dans ses souvenirs à lui. Je l'ai vu quand il a compris que ma mère ne m'attendait pas pour un verre, je l'ai entendu hurler quand ils ont sectionné l'os. Je l'ai senti s'écrouler et mordre la poussière. » Je repose l'anneau à plat sur le plan de travail.

Elle s'approche de mon bras, sans l'autoriser à quoique ce soit, je la laisse tout de même s'approcher. Je la fixe avec une certaine méfiance qui se justifie. Je regarde à nouveau ses cheveux quand elle explique qu'elle voudrait retrouver les cheveux longs. Je ne suis pas sûr que mon sang puisse faire quoique ce soit là-dessus. D'ailleurs, elle ne voudrait sans doute pas d'une autre petite douche sanglante. Et moi non-plus, je ne garde pas un souvenir particulièrement agréable des multiples entailles, profondes ou pas, dont j'ai eu besoin pour la soigner. Elle parle alors de Noël et je l'écoute, comme pour découvrir cette histoire comme pour la première fois. En plein milieu de son récit, elle me remet l'épaule en place. J'émets un grognement bruyant et lui lance un regard mauvais avant de lever légèrement le bras. Pas totalement ingrat non-plus, j'attends qu'elle ait fini pour la remercier.

« Tu devrais mettre ton bras en écharpe quelque temps. » J'affiche un bref sourire en coin, quelque peu vantard sans doute, puis je lui dis que mon bras se soignera de lui-même. Puis à sa remarque sur la douche, je me regarde. Et je constate l'échec de ma tentative de débarbouillage. En effet, je ne suis sans doute pas la meilleure compagnie pour sa vue et son odorat. Je ne suis qu'un amas de poussières, d'éclaboussures de sang et de sueur, juste atténués par mon vol à travers les nuages. Heureusement sans doute. Je me lève du tabouret et hoche de la tête.

J'essaie d'atteindre mon dos entre mes ailes mais effectivement, le mouvement qu'a opéré Rachel n'a pas été accompagné d'une guérison instantanée. J'accepte donc sa proposition. Alors qu'elle me suit, je lui demande si elle pourra me dire ce qu'elle voit. Parce que j'ai besoin de savoir si cette plume est revenue, cette plume blanche. Et je ne vois pas – plus – pourquoi je la lui cacherai. Maintenant, elle peut la voir n'importe quand. Approchant de la chambre et sa douche, je retire mes chaussures ainsi que mon jean et mon caleçon, lui offrant une vue directe sur mes fesses. Sans me retourner, je lui lance « Si on était proches, j'imagine que tu as déjà vu mon cul de toutes façons. Sinon, c'est chose faite ! » J'entre dans la douche et fais couler l'eau sur moi, me délaissant de toute la crasse sur mon corps. J'essaie de masser mon épaule pour me débarrasser de la raideur qui s'y est installée. Pour combler le silence qui pourrait se prolonger, je lui demande si elle est alors une fugitive, et ce qu'elle compte faire.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: What Have You Done   Mer 27 Juin - 14:44
« J'ai dit ça parce que tu as endormi David qui voulait seulement t'aider à te calmer. » Sur le coup de la surprise, sur le coup de la colère. « Mes mots ont dépensés ma pensée, excuses-moi. » Parce que sur le moment, elle n'avait pas réalisé que ses actions étaient régies par ses souvenirs foudroyants à vous en faire perdre la raison. Ce n'était que des réflexes, peut-être même qu'en endormant David, il l'avait inconsciemment protégé d'une réaction plus violente parce que pour sûr qu'il se serait mis entre eux. Elle écoutait Warren accuser de nouveau Kayden. Elle l'écoutait sans rien dire, elle ne souhaitait pas l'interrompre. S'il lui disait de nouveau ça, c'est qu'il avait une raison valable d'en remettre une couche. Cette raison ne tardait pas à tomber, le poing serré, la colère et l'incompréhension au bord des lèvres. « Je sais que c'est pas ce que tu as envie d'entendre mais je vais pas te mentir, ça t'aiderai sûrement pas. Ses souvenirs sont plus proches de la vérité que les tiens. » Elle ignorait ce que Kayden avait subit, elle ignorait jusqu'à ce lien si spécial qui s'était tissé entre la conscience de Warren et la sienne mais elle savait qu'il avait tout fait pour relever Angel de la poussière. « C'est malheureux à dire mais c'est sûrement grâce à cette souffrance qu'il a lui-même ressenti qu'il a réussi à te trouver. » Trop tard, malheureusement. Il l'avait trouvé sans ses ailes, abattu mais c'était bien Kayden qui l'avait ramené à eux, aussi difficile cela avait été.

Son épaule remise en place, elle lui proposait naturellement son aide sur plusieurs points. Physiquement, psychologiquement. L'aider à mettre les choses au clair. Elle ne disait plus rien concernant ses frères, il ne s'était pas arrêté sur ce point, peut-être avait-il simplement imprimé qu'elle n'avait rien à voir avec ça et qu'il ne souhaitait pas en savoir plus sur ce qui avait littéralement fait imploser sa famille. Son petit sourire de kéké des plages s'évaporait quand il constatait que physiquement, ça ne passerait pas non plus et qu'il allait avoir besoin de son aide au moins pour plusieurs heures. Elle finissait donc par le suivre et acquiesçait à sa demande. En revanche, elle ne s'attendait pas à ce qu'il se mette totalement à nu et cet idiot lui arrachait un rire auquel elle ne pouvait pas s'empêcher de rajouter une remarque. « Parce qu'on était proches, je te savais pudique surtout. » C'est ce qui l'avait le plus étonnée dans cette situation. Elle ne pensait pas qu'il se déshabillerait entièrement devant elle, quasiment une inconnue pour lui après tout. Sa pudeur, ça aussi il l'avait perdue. « J'ai quelques sms qui témoignent que tu as eu du mal à te mettre tout nu devant des inconnus sur une plage naturiste en Australie. » Amusant souvenir où la fatigue les avait poussé à dire un nombre de bêtises incalculables. Cela dit, c'était pas plus mal parce qu'il en avait réellement besoin de cette douche.

De son côté, elle avait pris un peu de temps pour sortir des vêtements propres à Warren. Sous la douche, elle le rejoignait en sous-vêtements et prenait le relais sur le massage de son épaule, lui donnant un gant au passage pour se débarbouiller la trogne et commencer à se laver. « J'en sais rien. Si les unités médicales sont venues à mon appartement, j'imagine que les forces de l'ordre aussi. Il va falloir que je trouve où me cacher maintenant pour continuer à élaborer un plan pour sortir les mutants de prison. » Chez David, ça pouvait le faire. S'il était encore enclin à la fréquenter. Armée du shampoing, elle en mettait dans le creux de sa main et lui lavait les cheveux, dépassant indéniablement dans sa nuque. Son regard, lui, continuait à parcourir son épiderme, à deviner chaque muscle sous sa peau. Rien n'était sûr quant au fait que l'eau était la principale source de chaleur actuellement. Ses épaules étaient plus dessinées, son dos bien plus carré, naturellement développé pour le port de ses ailes probablement. Quand ses iris continuaient leur chemin et descendaient le long de sa colonne, ses doigts suivaient le même chemin jusqu'à croiser ses plumes dont le blanc était encore plus éclatant. « Est-ce que tu les sens? » Ses doigts délicats contre ses plumes qu'elle ne voulait pas abîmer. Cette douceur lui avait manqué. « Elles sont deux et quelques autres semblent vouloir arriver aussi. » Ça se voyait. Plusieurs pores de sa peau laissaient voir une pointe, celles de plumes en devenir. « C'est la première fois que ça t'arrive? » Ça lui brûlait trop la langue pour ne pas la poser. Elle voulait savoir si ses ailes originelles étaient susceptibles de reprendre leurs droits. Après tout, ses plumes n'étaient pas fixées dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: What Have You Done   Mer 4 Juil - 23:55

« J'ai dit ça parce que tu as endormi David qui voulait seulement t'aider à te calmer. » Je ne bouge pas, essaie de comprendre où j'ai mal fait. Pourtant, même rétrospectivement, je pense avoir pris la bonne décision « Mes mots ont dépassé ma pensée, excuse-moi. » Effectivement, elle a tort. « J'aurais pu le tuer. » lui dis-je sans animosité. J'en avais les moyens, et ça m'est forcément passé par la tête. Rapide, et définitif. Je n'avais pas d'intérêt à le laisser derrière moi. Je n'attends pas les remerciements ni la gratitude de Rachel, ce n'est qu'un constat.

Je passe la main contre mon front, quand elle annonce sans détours que les souvenirs de Kayden sont moins mensongers que les miens. Tout converge dans son sens mais je ne peux pas me résoudre à balayer tout ce que j'ai vraiment la sensation d'avoir vécu. Et pourtant, je sens que Kayden a fait quelque chose, quelque chose là-haut... Je serre le poing et pose un regard sévère sur Rachel. Mais je ne suis pas en colère contre elle, contre moi peut-être davantage : « Je n'aurais pas dû être... trouvé. J'aurais dû me remettre debout. Mais avec des 'si' et des 'j'aurais dû', on n'avance pas. N'est-ce pas ? » La question n'attend pas de réponse, et moi non-plus. Je me rends dans la salle de bains, mon déshabillage rapide faisait rire Rachel qui, de toutes évidences, ne s'y attendait pas. J'esquisse un sourire à ses propos puis hausse des épaules avec désinvolture en lançant simplement qu'elle n'est pas un tas d'inconnus sur une plage.

Je cale au départ mes mains contre le carrelage clair, profite de l'eau qui coule contre mon corps et me dépossède de tout ce qu'il portait de crasse. Quand Rachel me tend le gant, je le passe en premier lieu contre mon visage et dans ma nuque. Rachel commence à parler, tout derrière moi. « J'en sais rien. Si les unités médicales sont venues à mon appartement, j'imagine que les forces de l'ordre aussi. Il va falloir que je trouve où me cacher maintenant pour continuer à élaborer un plan pour sortir les mutants de prison. » Je ne lui dis pas de rester ici, elle ne serait pas en sécurité. D'ailleurs, je ne sais même pas moi-même si je vais rester et si oui, combien de temps. Je ne peux pas vraiment sortir sans éveiller les soupçons. Ni l'affichage de mes ailes ni un imper ne seraient bien discrets.

Ses doigts s'entremêlent dans mes cheveux et caressent ma nuque. Je m'immobilise, profitant du contact de ses mains qui descendent contre mon dos doucement. « Est-ce que tu les sens ? » Je souris doucement puis me retourne vers elle, me souciant peu qu'elle soit éclaboussée. « C'est toi que je sens. » Mes mains mouillées viennent se poser contre ses joues. Je les écarte et lui demande, un peu inquiet : « Tu n'as pas peur ? » Finalement mes mains reviennent contre ses joues. Je les caresse d'un mouvement lent du pouce. « J'aurais dû être un salaud à tes yeux, plutôt qu'un lâche. Je ne t'abandonne plus. » Ma main remonte contre ses cheveux courts, mes doigts caressent une mèche fantôme, une mèche fantôme que j'aurais remis à sa place. Je caresse ses cheveux puis commente à voix basse, comme pour moi : « Tes cheveux repoussent. » Elle était si faible, quand je l'ai revue pour la première fois. Et ce n'était pas de la tristesse, de la colère, la contrainte. Et elle a parlé d'hôpital. Je passe la main où se trouvait la plaie suite à sa chute de la veille.

« C'est la première fois que ça t'arrive ? » Je secoue la tête pour répondre que non. Mes bras l'entourent et mes doigts passent contre son dos à elle, comme si c'était à mon tour d'essayer de deviner la présence des plumes blanches. Je baisse le visage vers le sien. Je me penche à son oreille : « Je sens chacune d'entre elles. Et il n'y en a pas que deux. Je les sens, pressantes, pressées, je les sens de la racine à la pointe de chacune d'entre elles. » Mes lèvres viennent effleurer le cou de Rachel. Remontent jusqu'aux siennes. Mes bras l'enserrent sans force et alors que je fais vivre le baiser, je me rends compte que... je me laisse peut-être emporter. Je la lâche et passe près d'elle, quittant le jet d'eau chaude pour me saisir d'une serviette que je passe autour de ma taille, lui laissant tout de même apercevoir... la réponse de mon corps. Je me racle bruyamment la gorge : « Excuse-moi, ça ira pour terminer. Je te rejoins dans quelques instants. Tu me parleras de ton plan. »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

What Have You Done

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PLAYGROUND :: CONCRETE JUNGLE OF NEW-YORK :: island of manhattan :: habitations-