Partagez | .
 

 Rebellion du renouveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Rebellion du renouveau   Ven 11 Mai - 0:47
Elle est morte. Il n'y a plus rien. Rien a observer, rien à constater. Elle est morte. Le moindre signe de vie l'avait quitté, abandonné. Elle est morte. Elle est morte la fibre de ses cheveux. Elle s'était résignée à tout tondre face au miroir, résignée à passer un coup de rasoir pour rendre son crâne blanc dès maintenant. Elle s'était faite à l'idée au fil des jours. C'était plus facile de prendre la décision que de les voir tomber au fur et à mesure jusqu'à se retrouver avec des trous dans les cheveux. Elle avait la sensation qu'à partir de cet instant, le reflet dans le miroir ne serait plus le même tous les jours. Et elle avait eu raison. Chaque jour semblait la creuser un peu plus, la rendre plus faible.

Elle est morte. Elle est morte sa peau légèrement teintée par le soleil d'été. Plus un brin de couleur sur ses bras ou sur ses jambes, aussi simple pouvait-elle être en pleine forme. Chauve et blanche. Fantôme dans le miroir des mois durant. La chimio n'arrangeait rien, la rendait grincheuse parfois, l'exténuait et la rendait malade souvent. Elle était malade tout court. Ce cancer était devenu son quotidien depuis qu'elle l'avait détecter d'elle-même. Ironie du sort quand tu nous tiens. Neurochirurgienne atteinte de ce qu'elle guérissait autre fois chez les autres. C'était son tour d'y passer et de comprendre la joie de ses anciens patients de s'en sortir et la résignation des autres de laisser le temps faire les choses jusqu'au point final.

Elle aurait dû fêter son anniversaire prochainement, elle aurait pu souffler une bougie mais elle est morte. Elle est morte la cellule cancéreuse qui lui pourrissait un peu plus la vie. Elle est morte avec la dernière séance, sous les derniers rayons, alors que Rachel passait le cap de ses trente-cinq ans. « Vous êtes en rémission. » Des paroles de médecin qu'elle ne croyait pas entendre, qu'elle n'avait pas appréhendé au point de la faire chialer comme une enfant. Fragilisée mais en vie. C'était tous les espoirs de son père quand ils avaient réussi à fuir New York, loin des puces pour mutants, loin de toute cette merde qui avait bien failli les tuer et rayer les Kasprzak de la carte. Près d'un an à se battre pour sauver leur peau, pour la sauver de cette merde qui la bouffait chaque jour un peu plus et ils étaient en voie de gagner. Il faudrait encore plusieurs années avant d'annoncer son entière guérison mais plus rien ne l'entravait à présent.

Plus rien sauf cette perruque blonde qui enserrait assez son crâne pour la faire passer pour ses véritables cheveux. Deux mois à présent qu'on l'avait délivrée de son cauchemar, deux mois qu'elle avait repris des forces et deux mois qu'elle avait mis à convaincre son paternel de la laisser retourner à New York, lui promettant d'être plus que prudente parce qu'en dépit de tout, elle avait besoin de le revoir, de savoir et surtout de le surprendre. C'était là la raison de sa présence dans son appartement qu'elle avait pris le temps de remettre en forme depuis la dernière visite de Warren... ou plutôt d'Archangel, celui qu'elle attendait à sa fenêtre, celui dont elle avait imprimé les paroles quand il lui avait dit de l'attendre là si elle voulait le revoir. Te montreras-tu, l'ailé? Les ailes du Phoenix ont-elles repris leur droit comme je le voulais?
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Lun 14 Mai - 20:06
Explosion d'un immeuble. Pas de survivants.
Quand je regarde les dégâts, j'ai un sentiment de déjà-vu.

Je m'assieds sur l'immeuble d'à côté. Il paraît qu'ils mettent les sentinelles sur les traces des plus dangereux, ceux qui font exploser des immeubles. Le ciel est enfin libre. Le jour a enfin décliné et je profite de ma liberté, m'allonge sur le dos pour regarder vers les cieux. Petit à petit, les lumières artificielles s'allument au sein des foyers, laissant les habitants se déguiser en silhouettes imparfaites. Je me redresse quand la sienne rejoint la fenêtre. Et aujourd'hui, elle s'y arrête. Je la regarde, ses cheveux ont changé. Je pourrais me rendre à cette fenêtre en quelques coups d'ailes mais je me contente de patienter puis je m'envole, je contourne l'immeuble, et je m'éloigne d'elle. Je ne me rendrai pas à cette fenêtre.

Explosion d'un immeuble. Pas de survivants.
Quand je regarde les dégâts, j'ai un sentiment de déjà-vu.

Parfois, des sensations de déjà-vu, sans que je sache ce que ça représente. Je monte dans l'ascenseur, je me retrouve face à mon propre reflet et cette image m'est étrangère. Il y a des semaines, des mois, des décennies, j'étais aussi face à face avec cet inconnu. Alors que j'attendais simplement pour prendre l'hélicoptère. J'étais là, à me camoufler en espérant disparaître sous ces couches de vêtements. Je manquais d'oxygène, je manquais d'air, et cette asphyxie me faisait mal. Chaque seconde était insupportable et plus le temps passait, plus je me confortais dans cette idée qu'il n'y avait pas de solutions.

Explosion d'un immeuble. Pas de survivants.
Quand je regarde les dégâts, j'ai un sentiment de déjà-vu.

Je devrais mettre un point final. Il faut que les mutants sortent du District. Il faut que tout cela cesse et que l'école de Charles puisse sortir de terre. L'ascenseur arrive à sa destination. J'en sors, ce couloir me dit quelque chose et je m'arrête un moment près de sa porte. Je pourrais entrer, sans doute, facilement. Mais je me contente de frapper à la porte. Un, deux, trois coups brefs. Je ne porte qu'une chemise et une veste de jean qui dissimulent mes ailes de métal, plus flexibles, plus discrètes. Comme si mes os se télescopaient, se pliant au moindre de mes besoins. De mes besoins...

Explosion d'un immeuble. Pas de survivants.
Quand je regarde les dégâts, j'ai un sentiment de déjà-vu.

À peine la porte s'est-elle ouverte que je tends le poing fermé vers elle, paume vers le haut. Mais pourquoi je fais ça ? Je mets les mains dans mon dos et reste droit, à l'entrée de chez elle. Je jette une oeillade au-dessus de son épaule. Elle a avoué s'être ralliée au gouvernement, pourquoi ce ne serait pas un piège ? « Tu m'attendais ? » Autrement dit... est-ce que tu m'as vraiment appelé, quand tu attendais à la fenêtre...
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Mar 15 Mai - 17:53
La nostalgie dans son regard, la résignation aussi, elle quittait son poste et s'attelait au dîner, se décidait enfin à découper cette courgette qui attendait sur la planche à découper. Un, deux, trois rondelles et quelques coups sur la porte d'entrée lui faisait relever les yeux. L'appréhension dans les pupilles - elle avait beau avoir gagné sa liberté et celle de son père, elle ne faisait pas confiance au gouvernement pur autant - elle se dirigeait vers la porte, couteau à la main. Quand elle regardait par le judas de la porte et qu'elle constatait la présence d'Archangel, elle avait un peu de mal à y croire. Elle reculait de quelques pas, posait son couteau parce qu'elle n'en avait pas besoin et ouvrait la porte. Elle ne voulait pas réfléchir, si elle le faisait, elle le laisserait dans le couloir et n'ouvrirait jamais cette fichue porte. D'abord le poing tendu vers elle, il rabattait rapidement ses mains derrière lui. Geste peu compréhensible pour la blonde sur le coup.

A vrai dire, elle s'intéressait davantage à la question qu'il lui posait plus qu'à ses gestes. Est-ce qu'elle l'attendait vraiment? « Je ne m'attendais pas à ce que tu tiennes parole à vrai dire. » Poussant sa porte entièrement, elle marquait ses mots par une invitation à entrer, lui laissant le loisir de constater qu'elle était bien seule dans l'appartement. « Je me demandais comment tu allais. » Est-ce qu'il était toujours aussi déterminé? Est-ce qu'il croyait toujours que feu Kayden était responsable de la perte de ses ailes? Est-ce qu'il les avait retrouvé ces fameuses ailes? « Je préparais le dîner... si le gratin de courgettes est toujours ce que tu préfères... » sa spontanéité l'invitait maintenant à dîner, comme si elle retrouvait un ami, comme si dans le regard de l'ailé, elle voyait quelque chose de changé. « Il sera jamais aussi bon que celui de ta mère cela dit. »
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Mar 15 Mai - 21:44
Je reste immobile, essayant de lire sur les traits de son visage. Je m'appuie contre l'embrasure de la porte. Pourtant, je lui avais dit alors à quoi bon attendre si c'est sans espoir ? Je la toise puis hausse des épaules « Tu ne faisais que me tester alors ? » Elle ouvre sa porte, je jette une œillade à l'intérieure avant d'y pénétrer mais il n'y a rien à signaler. Et que pourrait-il y avoir désormais ? Quel danger pourrait-il y avoir maintenant ? La menace s'est écrasée quelques dizaines d'étages plus bas. J'entre dans la pièce, baigné ce soir dans la lumière. Elle ferme la porte tout en me demandant comment je vais. À vrai dire, je n'en sais trop rien. Si je ne guérissais pas, elle aurait sous les yeux les traces dues à mon plongeon dans les gradins. Je balance la tête en arrière, sentant tout le poids de cette simple question m'écraser. « Tu n'as plus l'air si fébrile qu'à notre dernière rencontre. » lui dis-je en guise de réponse, enfin si c'est vraiment une réponse.

Elle reste d'apparence fragile, du moins c'est ce qu'elle dégage quand je la vois de si près. Mon poing est toujours serré et mon bras pend dans le vide. Je sens mes ailes frémir sous la veste, comme si elles attendaient le moment de se déployer et je parcours encore la pièce du regard pour m'assurer qu'il n'y a personne. Si Kayden est devenu le fou qu'il était, dieu seul sait qui il a pu entraîner dans son sillage. Elle parle du repas qu'elle prépare et je n'entends que ma mère qui hurle sur ce toit. Des semaines, des mois sans la voir mais c'est bien mieux pour elle, qu'elle reste loin, en sécurité. Je la sonde, essaie de comprendre ses intentions. D'abord elle m'insulte à me dire que je n'ai aucune parole puis elle me parle maintenant de ma mère. Avec une pointe d'agressivité dans la voix, je lui demande : « Comment tu sais ça de moi ? »

Je m'avance près d'elle, trop près d'elle, si près qu'en baisser la tête, je pourrais m'enivrer de son parfum. Je tends à nouveau le poing dans sa direction. « Ouvre. » lui dis-je, comme la conviant à l'ouverture d'un cadeau. Quand elle pose ses doigts contre les miens, je les desserre, dévoilant... un grand vide. Je me penche contre elle et lui chuchote à l'oreille : « C'est un morceau de nuage, je suis allé le chercher pour toi. Est-ce que tu le vois ? »
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Mar 15 Mai - 22:58
Elle secouait simplement la tête pour lui signifier que non, elle ne faisait pas seulement le tester. Si elle avait attendu à cette fenêtre, c'est qu'elle avait une réelle envie de le voir, de prendre de ses nouvelles. Peut-être même qu'au fond, bien qu'elle avait sincèrement une mauvaise image d'Archangel qu'elle avait rencontré, elle souhaitait voir que tout se passe bien pour lui. Bêtement, peut-être, elle avait l'espoir que Warren soit encore là, au fond de lui, qu'une partie de l'homme qu'elle avait aimé subsistait encore. Pour l'instant, elle ne pouvait pas l'affirmer ou l'infirmer. Elle se contentait de répondre à son instinct, celui qui lui dictait de le laisser entrer. « Je vais mieux oui. » Beaucoup mieux même mais avait-elle besoin de préciser? Elle le ferait que s'il lui demandait.

Elle laissait un léger rire nasal se mettre entre eux en dépit du ton presque agressif qu'il mettait dans sa question. « Tu me l'as dit à notre premier rendez-vous pendant qu'on mangeait l'omelette la meilleure de la ville selon toi. Quelques rendez-vous plus tard, tu m'as fait goûter le gratin de ta maman et je t'ai fait goûter mes crêpes polonaises. » Tout simplement, rien de plus, rien de moins. Elle le savait parce qu'il s'était dévoilé à elle, parce qu'ils se plaisaient, parce que... « Tu me faisais confiance visiblement. » Un constat qui la rendait nostalgique, qui lui mettait du baume au cœur malgré tout.

Quand il s'approchait, elle ne bougeait pas, le laisser venir à elle, sans appréhension. Elle avait la sensation de revenir en arrière, à des moments heureux qu'ils avaient vécu ensemble, simplement posés, à se parler. Rien de plus, rien de moins. Apprendre à se connaître, apprendre à faire confiance à l'autre. C'est ce qu'elle faisait de nouveau en ouvrant son poing sans savoir à quoi s'attendre. Rien. Le vide jusqu'à ce qu'il se penche sur elle pour lui murmurer ce que ça signifiait. Immanquablement, ça la faisait sourire parce qu'elle avait la sensation de se retrouver face à Warren. « C'est toi que je vois. » Toi. Wiwi, son wiwi mais elle n'osait pas le dire parce qu'elle craignait un peu sa réaction et qu'elle préférait profiter de sa relative douceur que d'enclencher une colère par un nom. « Tu m’emmèneras en cueillir un jour? » Elle entrait dans son jeu, déposait un baiser sur sa joue pour le remercier de cette symbolique qui lui faisait du bien et retournait à sa courgette qui attendait de rejoindre ses copines dans le plat prêt à se glisser dans le four.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Mer 16 Mai - 23:29
Mieux. Elle ne tousse plus. Mieux. Elle ne tremble plus. Mieux, elle a retrouvé des couleurs. Mieux, elle vit, oui. Je ne cherche pas à savoir ce qu'elle avait, je ne m’immisce pas dans son intimité à ce point, parce que je suis conscient – et elle me l'a bien confirmé – que je ne fais plus partie de cette intimité. Je l'écoute raconter ses souvenirs... les nôtres ? Sans parvenir toutefois à réellement me sentir concerné. Et pourtant, j'imagine bien de quel endroit elle peut parler pour les omelettes. Je regarde vers l'extérieur. « Tu me faisais confiance visiblement. » Je fronce les sourcils. Il y a une demande implicite, il y a un regret ou un souhait. « J'ai fait confiance à beaucoup de personnes. » à tort. Le voici, mon sous-entendu à moi. Puis me rapproche d'elle.

Elle m'invite, en quelque sorte, je peux lui laisser. Je peux lui offrir. Cette sensation quand la peau est parcourue d'un frisson glacé, la sensation de tout oublier. Le bon, comme le pire. Juste le froid qui m'entoure dans un silence quasi-parfait. Je m'écarte d'elle. « C'est toi que je vois. » Je la regarde, moi ? Qui est moi ? Je hoche de la tête quand elle me demande si je l'emmènerai. Ces plumes ont bousillé un interrupteur et son parquet, elles peuvent bien la conduire là-haut. Elle laisse un baiser contre ma joue et retourne à la préparation de son plat. J'attends un instant et en lui emboîtant le pas, je me déleste de ma veste que j'abandonne sur une chaise.

Je fais se mouvoir mes ailes sous ma chemise puis la rejoint. Je viens me placer derrière elle. Mes mains courent doucement le long de ses bras et rejoignent les siennes. Je regarde à nouveau à l'extérieur. Le cliquetis métallique se stoppent. Simple rappel qu'elles sont là. Je lui demande à voix basse : « Qu'est-ce qui a changé ? Tu avais peur de moi, j'étais un assassin, un monstre et maintenant tu m'invites à venir partager ce repas avec toi ? Je ne te fais plus peur ? » Qu'est-ce que tu as changé en moi, surtout... Je ne veux pas évoquer cette plume, parce que je ne suis pas encore certain que c'est vraiment de son fait. Et quand j'ai pu toucher cette plume, j'ai senti que toutes mes barrières s'effondraient, parce que j'étais le jeune professeur inconscient et naïf à nouveau. Et je ne veux plus subir cela. Je dois garder toutes ces barrières, pour ne plus à avoir à subir ces pertes. Et j'ai encore à perdre. J'en suis conscient. Tristement conscient.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Jeu 17 Mai - 0:31
Elle le savait. Elle le savait qu'il avait fait confiance à beaucoup de monde parce que Warren était ainsi, facile à vivre, facile à approcher. Trop visiblement. A la rencontre d'Archangel, elle avait compris son fonctionnement dès ses premiers mots parce qu'il avait été plus que clair là-dessus. La confiance qu'il avait donné, il l'avait reprise à tout ceux qui ne la méritait pas, de façon violente. Elle ignorait ce que son frère lui avait mis dans le crâne, elle était incapable de savoir si pour lui elle était digne de confiance ou non ou elle ne s'arrêtait qu'à un songe oublié, qu'à une image stagnante dans son esprit sans jamais quoi en faire. Devant son plat, le couteau en main et son légume de l'autre, elle le découpait et avalait difficilement sa salive en entendant les cliquetis de métal qu'elle avait déjà entendu. Cette sensation soudaine de pesanteur sur ses épaules, persuadée d'avoir perdu, d'avoir abusé de l'énergie qu'elle n'avait déjà pas en vain. Un espèce de "tant pis" qui lui faisait du mal en silence parce qu'elle n'avait pas le choix d'accepter l'évidence.

Ce qui l'était moins, évident, était qu'il s'approchait à ce point, se glissant derrière elle en silence et la faisant stopper ses gestes quand ses mains se glissaient sur les siennes après avoir laissé leurs traces le long de ses bras. Des frissons. Les mots étaient posés, calmes mais elle ignorait la réponse autant que lui. Elle avait simplement envie de le voir. Non, besoin de le voir. Il ne se rendait pas compte de ce qu'il faisait. « Ne fais pas ça, s'il te plait. » La toucher, être si proche d'elle, lui parler à voix basse dans le creux de l'oreille. C'était évident que son esprit la ramenait à Warren, à cet homme qu'elle avait perdu. Elle avait l'impression qu'il était là mais les mots empruntés ne lui ressemblaient pas. Warren était mort, il n'en restait que l'enveloppe ô combien douloureuse et attirante à la fois.

« Tu préférerais l'inverse? » Qu'elle lui ait peur de lui, qu'elle lui dise encore qu'il était un assassin, un monstre? « Mon énergie, je veux seulement la concentrer dans du concret, pas dans des batailles vaines. » Elle ne veut pas se battre avec lui, elle ne veut pas mettre d'énergie dans l'inutile parce que ça le serait s'ils entraient de nouveau dans ce débat. Il était persuadé de quelque chose, elle d'autres choses et elle savait qu'elle serait incapable de changer ça. Elle se contentait simplement de quitter ses bras pour mettre le plat au four et lancer sa cuisson, s'appuyant contre le four au revêtement froid. Dans une demie-heure, tout sera prêt à être dégusté. « J'avais besoin de te voir. J'ai pas fait le deuil. » De lui, de celui qu'il était. Elle avait besoin de voir que Warren avait vraiment disparu, que l'espoir de revoir ses ailes blanches n'étaient plus en dépit de ce qu'elle avait tenté. Faire le deuil pour avancer. « Est-ce que tu restes avec moi, oui ou non? »
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Dim 20 Mai - 1:06

Rebellion du renouveau
Quand elle prononce ces mots, mes doigts s'arrêtent contre les siens. « Ne fais pas ça, s'il te plait. » Je ne veux pas la blesser ou aller trop loin, sans qu'elle ne soit d'accord et à cet instant j'ignore ce qui traverse son esprit, alors mes doigts s'arrêtent. Je n'ose pas trop m'éloigner d'elle pourtant, de peur de perdre ce fil mince, trop mince, que nous venons enfin de tisser entre nous. Juste un fil, je n'en demande pas plus, et je ne veux pourtant pas le briser non-plus...

« Tu préférerais l'inverse ? » Qui voudrait ça ? Qui peut supporter ça, tant de temps qu'il se met à se convaincre que c'est ce qu'il a toujours voulu ? « Pour quoi est-ce que tu me prends ? » Bien sûr que non, je ne préférerais pas lui faire peur, c'est simplement que je me demande ce que fait l'objet de mes pensées. Je ne pensais pas qu'elle reviendrait un jour si longtemps auprès de sa fenêtre, à m'envoyer un message silencieux. Je ne pensais pas qu'elle accepterait que je franchisse à nouveau le pas de sa porte. Elle refuse tout contact, mais m'invite à partager un repas avec elle. Je ne parviens pas à la comprendre, à comprendre cette espèce de blessure qui a vu le jour, entre sa peine et sa colère, quand elle a évoqué nos souvenirs, enfouis, envolés.

« Mon énergie, je veux seulement la concentrer dans du concret, pas dans des batailles vaines. » Elle s'échappe, s'éloigne, je ne l'en empêche pas. Pourquoi le ferais-je ? Je prends une chaise et m'assieds dessus, le dosseret contre mon torse, passant les jambes de part et d'autre de l'assise. « J'avais besoin de te voir. J'ai pas fait le deuil. » Je lui ai dit que j'avais bien eu besoin de mourir à un moment donné, besoin de mourir pour renaître. Cette notion de deuil dont elle parle, je ne peux pas lui en vouloir. Qu'il s'agisse des miens, qu'il s'agisse de ce que je fus, qu'il s'agisse de Kayden... « Je peux comprendre. Je ne sais pas comment faire non-plus. » Je hausse des épaules quand elle me demande si je reste. J'accepte, sobrement. Finalement, j'en viens à lui demander qu'elle me parle un peu d'elle. Simplement.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Dim 20 Mai - 16:48
« C'était une question rhétorique. » Elle se doutait qu'il ne souhaitait pas qu'on ait peur de lui et encore moins qu'on dise de lui qu'il était un assassin. Pourtant, c'est bien ce qu'il était. Il avait tué Kayden et rien que d'y penser, la jeune femme n'était pas capable de le regarder dans les yeux. Elle-même avait déjà tué, dernièrement pour se protéger mais en dehors de ce contexte, la seule personne qu'elle avait laissé dans son sillage était son ex petit-ami infidèle et elle regrettait encore ce geste. Il ne méritait pas de mourir, pas pour si peu. Elle avait donc du mal à comprendre le sang froid dont Archangel faisait preuve comme si tout cela était normal. Tuer n'avait rien de normal et encore moins d'humain, c'était la partie d'elle qu'elle supportait le moins, cette rage en héritage de son père. « Je sais pas ce qui a changé. C'est peut-être à toi de me dire ce qui a changé. J'ai l'impression que tu es plus apaisé. » Elle souhaitait que cela ne soit pas qu'une impression, comme si en dépit de tout, elle ne lui voulait que du bien.

Se décalant légèrement pour être appuyée contre le plan de travail et non plus contre le four qui commençait à dégager de la chaleur, elle le regardait s'asseoir, ne le quittait plus du regard. « J'ai l'impression d'avoir un jumeau devant moi. Je le vois en toi parce que forcément... » Elle le désignait de sa main, d'un geste de haut en bas pour signifier que, forcément, physiquement parlant il n'avait pas changé, en dehors de ses ailes de métal, évidemment. Son regard était peut-être un peu plus sombre malgré la couleur claire de ses iris mais c'était tout. « Je crois que j'ai besoin de constater qu'en dépit de l'enveloppe corporelle, tu n'es plus le même parce que j'ai du mal à le croire. C'est douloureux de te voir et en même temps, ça me permettra peut-être de me faire une raison. » Parce que plus d'un an après avoir vu Warren pour la dernière fois, elle n'avait pas eu d'autres hommes dans sa vie. Le contexte ne le permettait pas mais l'envie non plus. Ils n'avaient pas vraiment rompu et elle avait toujours cette sensation d'être liée à lui et il fallait que ça cesse pour pouvoir avancer, elle le savait.

« Il n'y a pas grand chose à dire, je crois t'avoir tout dit la dernière fois même si tu semblais pas spécialement m'écouter. » Autant être clair, il s'en foutait comme pas deux la dernière fois. « Depuis la dernière fois, j'ai fuis New York pendant plusieurs mois pour me remettre sur pied. Travailler pour le gouvernement, c'est terminé. J'ai pris une année de plus et je suis devenue blonde. » Des détails insignifiants pour lui, plus importants pour elle. L'année passée avait été une catastrophe, sur tous les plans. Sa trente-cinquième année, elle comptait bien la rendre meilleure. « Qu'est-ce qui se passe pour toi? Comment tu te sens maintenant? » Pas depuis qu'elle avait influé sur son pouvoir dans l'espoir de revoir ses ailes blanches mais depuis qu'il s'était vengé, depuis qu'il avait tué celui qu'il prenait comme responsable de son malheur. Avait-il un but désormais?
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Dim 20 Mai - 23:42
«  C'était une question rhétorique. » Disons ça. Elle se décale sensiblement, je la regarde faire, profite du spectacle de sa taille, de ses pommettes, de ses mains qui pendent innocemment dans le vide. « J'ai l'impression d'avoir un jumeau devant moi. Je le vois en toi parce que forcément... » J'esquisse un sourire en coin. Je parle de ceux qui sont définitivement perdus. Peut-être que c'est plus facile pour elle de croire a été remplacé mais c'est bien moi. Je me retiens d'attraper soudain sa main et me redresse contre la chaise, le dosseret de la chaise maintenant sous mes doigts. « Warren Worthington, c'est mon nom. » Je lève les yeux sur elle, cherchant son regard. « Je crois que j'ai besoin de constater qu'en dépit de l'enveloppe corporelle, tu n'es plus le même parce que j'ai du mal à le croire. C'est douloureux de te voir et en même temps, ça me permettra peut-être de me faire une raison. » Je me remets debout et décale délicatement la chaise sur le côté. « C'est ce qui t'aide à dormir ? Croire que je suis un autre ? » Je me rapproche d'elle et m'appuie à mon tour contre le plan de travail. Je ne suis pas un autre homme que celui qu'elle a connu, je suis le même qui a changé, c'est peut-être difficile à accepter, je le conçois. Mais finalement, elle n'a pas de deuil à faire, plus de deuil à faire. Après tout, je suis revenu.

« Il n'y a pas grand chose à dire, je crois t'avoir tout dit la dernière fois même si tu semblais pas spécialement m'écouter. » Je me rapproche d'elle. « Depuis la dernière fois, j'ai fuis New York pendant plusieurs mois pour me remettre sur pied. Travailler pour le gouvernement, c'est terminé. J'ai pris une année de plus et je suis devenue blonde. » Voilà des avancées intéressantes.

« Sage décision » lui annoncé-je simplement. Quand elle me retourne la question, je viens en face d'elle, une main de part et d'autres de ses hanches, posées contre le bord du plan de travail. « Physiquement, j'ai souvent de longues douleurs dans le dos. Lancinantes. Puissantes. Depuis notre... dernière rencontre. » Je baisse le son de la voix pour ces deux derniers mots et m'écarte d'elle. Je me rapproche de sa fenêtre puis reprends : « Mais je ne vois pas ce qui n'irait pas. Si ce n'est que nos frères et nos sœurs croupissent dans des cellules qui attendent de les voir s'éteindre. J'ai besoin de ne plus baisser les bras. Je ressens le départ de Kayden comme une première étape. Sinon, à quoi bon ? » Et pour maintenant...

S'il a été sacrifié, s'il a jugé bon de ne pas m'écouter de partir, s'il s'est entêté... est-ce qu'il ne peut pas y avoir une bonne raison ? Je l'aime, j'aime tellement Kayden, comme le frère qu'il a toujours été à mes yeux. Et si je l'ai regardé s'échouer en bas, si j'ai encore ses plaisanteries qui hantent mes nuits trop souvent... n'est-ce pas pour une bonne raison ? J'ai pensé partir, j'ai voulu partir et quand je suis retourné sur le terrain de sport, c'est comme si Angel avait un peu ressurgi.

Mais si Kayden est mort. Si Rachel, celle que je suis censé avoir aimée, s'est vendue au gouvernement avec de bonnes excuses, si chacun d'entre eux a été assez naïf, assez pourri, assez faible pour perdre et se perdre. Que reste-t-il ? « Les gens comme Kayden, Dayle, quel que fut son nom, ils devront payer pour avoir tué les nôtres. J'aimerais pouvoir te dire ce qu'il s'est passé, je voudrais pouvoir te faire lire dans ma tête pour que tu comprennes à quel point ma situation m'était devenue insupportable. Grâce à Hydra, je suis maintenant armé pour pouvoir avancer. » Je passe la main contre mon front, et me retourne vers elle. C'est encore confus dans ma tête. Souvent, j'ai dans l'idée de m'enfuir et une boule de colère retient me prendre les tripes et me donner envie d'empaler la Terre entière contre un mur, comme les misérables insectes qu'ils sont. Une aura de colère, comme une boule dans ma gorge. Je la rejoins à nouveau, plaque mes mains contre ses épaules. « Je me suis battu, crois-le, je me suis battu pour ne pas devenir comme cet abruti bouffi de colère et de haine. Crois-moi Rachel, j'ai essayé de ne pas devenir comme ça ! » Au fur et à mesure que je veux lui expliquer, le ton de ma voix se charge de cette colère dont je ne voulais pas. « Tu crois que je voulais t'abandonner ? Tu crois que je voulais t'oublier ? J'ai mal de ne pas me souvenir de ce qui m'a rendu vivant dans ce monde empoisonné ! Tu as vendu ton âme au diable pour les tiens, et sais-tu quels mots ont raisonné dans mes oreilles quand j'avais envie de mourir, de disparaître de ce monde auquel je ne méritais plus d'appartenir ? C'est un mal pour un bien ! C'est un mal pour un bien, Rachel ! Rachel, tu réalises ? » Ses mots rouvrent chaque fois les blessures une à une, et dans ces moments-là, j'ai envie d'exploser en plein vol. Je la relâche et mes mains restent ouvertes dans le vide quelques secondes. « Je me sens en colère, et j'ai envie d'exterminer tous les Kayden de ce monde. » Je lui tourne à nouveau le dos, essaie de reprendre mon souffle pour me calmer, ne pas l'effrayer, essayer de... Je baisse le visage, cale une main contre ce dernier. « Et maintenant, tu es toujours rassurée ? .... Parle-moi de cet endroit qui t'a arraché à ton état de fantôme que j'ai constaté la dernière fois. »
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Lun 21 Mai - 1:11
« Qu'en est-il d'Angel si Warren Worthington est ton nom? » Ce n'était plus rhétorique. Pour celle-là, elle voulait une réponse pour la simple et bonne raison que l'homme qu'elle avait connu, celui qu'elle avait aimé revendiquait tous ses noms et son droit d'être mutant tout en étant traité humainement. Angel n'allait pas sans Warren et l'inverse était réciproque. Dans l'esprit de Rachel, l'équation était simple. Si Angel n'était plus, Warren non plus. Il n'en portait que le patronyme sans en soulever les convictions. Elle était tombé amoureuse de l'homme, non du nom. Là était les raisons qui la poussaient à croire qu'il n'était plus le même, que ce n'était pas une question de changement ou d'évolution de sa mentalité. « C'est ce qui m'aide à ne pas t'en coller une pour te remettre les idées en place. » Parce que s'il était vraiment Warren, s'il était vraiment le même homme avec une mentalité si chamboulée qu'il en était devenu tout autre, pour sûr qu'elle ne se gênerait pas pour le pousser dans ses retranchements et lui faire réaliser qu'il était sur la mauvaise route. La vérité voulait qu'elle connaissait assez George pour savoir que tout était de sa faute et que Warren n'était plus Warren mais un soldat monté de toute pièce, modelé comme son propre demi-frère l'avait voulu, s'abstenant bien de le révéler au concerné.

Mais une fois de plus, elle ne cherchait pas à argumenter parce qu'elle savait que c'était peine perdue. Elle n'en était pas capable de toute façon, soudainement soumise aux iris de l'ailé, trop proche d'elle pour ne pas la perturber, pour ne rouvrir des blessures tout en y passant un baume apaisant. Putain de paradoxe qu'elle n'arrivait pas à faire taire encore plus quand il lui parlait de ses douleurs. Il n'était pas lui mais il était un peu là aussi, dans cette braise rougeâtre, prête à repartir si on prenait la peine de souffler dessus. « A quoi c'est dû, selon toi? » Elle essayait de ne pas trop se focaliser là-dessus parce qu'elle refusait l'idée de croire encore une fois en quelque chose qui la blesserait de nouveau alors elle écoutait la suite, y répondait lorsque c'était nécessaire. « Tu n'es pas le seul à vouloir les sortir de là. » Elle était revenue ici pour le voir, certes, mais revenir à New York quand on avait dit merde au gouvernement et qu'on risquait à tout moment d'être repérée par une sentinelle, venir prendre de ses nouvelles n'était pas une raison suffisante pour revenir là. Aider les mutants était la seconde raison de son retour... ou première... elle ne savait plus trop dorénavant ce qui l'avait le plus pousser à revenir dans cette ville maudite qui lui avait tout pris.

Rapidement elle le sentait perdu. Comme s'il tentait de se persuader lui-même de ses dires, comme s'il tentait de comprendre l'impossible. Probablement parce que tout cela l'était, impossible. Des morceaux de puzzle ne collaient pas ensemble, des incohérences se glissaient dans l'histoire et Archangel tentait de les mettre de côté, ça lui revenait forcément de façon douloureuse, comme un boomerang qui revient trop vite. Il le disait lui-même, il avait tenté de ne pas être cet homme rempli de colère et de haine, il avait tenté de ne pas oublier tout ce qui faisait qu'il était Angel... pourquoi n'y parvenait-il pas? Pourquoi est-ce qu'il ne comprenait pas que tout ça n'avait rien de logique? Elle le laissait parler, s'approcher, l'attraper par les épaules, s'expliquer. Elle ne pipait pas un mot, tentait à son tour de comprendre ce qui avait été chamboulé chez lui, d'entrer dans sa logique pour, peut-être, y trouver une faille. Plus il parlait, plus il s'énervait. Elle l'entendait au ton de sa voix qui se chargeait d'une haine venue d'ailleurs. « Je crois surtout que tu n'as pas choisi tout ça. » A quoi bon lui mentir? Autant être honnête. Elle pensait réellement que sa façon de penser venait de la manipulation qu'hydra avait opéré sur lui. Peut-être que Warren comprendrait ses paroles autrement, qu'il penserait qu'elle disait ça dans le sens où il avait subi la perte de ses ailes, subi Kayden, subi une dépression sévère qui l'avait poussé à penser de cette façon.

Il finissait par se détourner d'elle, par s'éloigner dans une tentative de se calmer. Elle l'observait de sa place et cette fois, la première depuis qu'il avait passé le seuil de la porte, c'est elle s'approchait de lui. Elle profitait de sa main libre pour y glisser la sienne, refermant ses doigts sur les siens pour le forcer à se tourner vers elle, un sourire tendre sur les lèvres, rassurant. « Regardes-moi. » Elle venait chercher son regard alors que sa seconde main se glissait sur sa joue. « Je n'ai pas peur de toi, Warren. Je n'ai aucune raison d'avoir peur. » Il l'avait lui-même affirmé la dernière fois. Elle ne craignait rien à ses côtés, absolument rien. Il ne lui ferait aucun mal et s'il y avait bien des paroles auxquelles elle pouvait croire, c'était celles-là. Elle l'espérait en tout cas. Un instant d'hésitation, un court instant où son pouce balayait sa joue d'un geste tendre pour le calmer avant de s'échouer sur sa nuque pour le rapprocher d'elle. Une seconde où leurs souffles s'échangeaient avant que ses lèvres ne viennent se poser sur les siennes. Un doux baiser, sans prétention, assez pour faire louper un battement à son cœur qui n'avait rien oublié. Quand elle quittait ses lèvres et que son regard croisait le sien, elle rajoutait quelques mots. « A présent, tu as un souvenir de ce qui te rendait vivant. » A défaut de se souvenir, elle lui en créait, cherchait peut-être à déclencher quelque chose chez lui.

S'éloignant finalement de lui - pour ne pas trop en souffrir non plus - elle en profitait pour vérifier la cuisson. C'était presque prêt. « Ça s'appelle l'hôpital, c'est pas très joyeux comme endroit. » disait-elle dans un rire, il fallait mieux en rire qu'en pleurer maintenant, pas vrai? « Je suis retournée là où je suis née, là où les sentinelles ont pas encore envahis la ville. Johannesburg en Afrique du Sud. » Là où elle avait perdu sa mère également, des souvenirs qu'elle avait eu beaucoup de mal à encaisser en posant les pieds sur les terres africaines. « J'y suis retournée avec mon père. C'était difficile mais je crois que l'environnement et être éloigné de tout ça m'ont beaucoup aidé à m'en sortir. » Haussant les épaules, elle rajoutait quelques mots. « Comme je te l'ai dit, c'est rien de fou, seulement la vie. »
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Lun 21 Mai - 2:22
Angel. Je ne suis plus Angel, c'est terminé. J'ai remplacé Angel et maintenant, peut-être voudrait-il reprendre sa place. Entre mes doigts, c'est comme si je sentais encore la douceur et la fragilité d'une plume blanche détachée. Une plume immaculée qui s'est détachée sous le coup de ma chute, tranquillement, sereinement. Mes doigts frottent les uns contre les autres, essayant de retrouver le souvenir de ce contact. Si je ne lui parle pas de cette plume, j'ignore lequel de nous deux je cherche à protéger ou à étouffer. Je reste impassible. Angel était un gamin qui s'était masqué le visage pour que les garçons de son école privée ignore qu'il pouvait voler, et qu'il volait pour sauver leurs miches ingrates d'un incendie. Angel était celui qui pensait que les humains violents ne savent pas vraiment ce qu'ils font. À la manière d'enfant, il pensait qu'il fallait leur pardonner leur ignorance. J'ai décidé de les condamner maintenant. Alors, que dois-je faire de sa question, de ses espoirs ou de son deuil ? « C'est ce qui m'aide à ne pas t'en coller une pour te remettre les idées en place. » Mes yeux vont à sa main. « N'essaie pas. » Je ne lui dis pas comme une menace, c'en est pas une. Si je voulais la menacer, elle s'en rendrait compte d'ailleurs. Mais ses efforts futiles ne l'aideraient pas, et je ne voudrais pas lui tordre le poignet.

Rachel ouvre alors une porte. Si elle veut aller cueillir les nuages, peut-être acceptera-t-elle aussi de m'aider à ouvrir les portes ? Je ne me fais pas d'illusions, je n'y arriverai pas seul. Si elle peut me rejoindre, nous rejoindre alors allons bon. Cassy, j'ignore ce qu'elle en pensera. Elle me connaît, elle me connaissait déjà alors que je n'étais plus rien. Peut-être s'en doute-t-elle. « A quoi c'est dû, selon toi ? » Mes mains frottent l'une contre l'autre : « J'ai fait une chute peut-être un défaut sur les ailes qui peine à se remettre, un coup, je n'en sais rien. » Si je n'avais pas vu la plume, c'est ce à quoi j'aurais pensé. Après tout, avant de ne faire qu'un avec moi, ce n'était qu'un élément ajouté. Ajouté dans une opération qui m'avait mis à nouveau dans un face à face avec le calvaire de la douleur. Lourdes, si lourdes que j'avais cru qu'elles allaient arracher mes chairs et déchirer tout mon être dans leur chute. Elles avaient été un accessoire greffé, pourquoi ne pouvaient-elles pas faillir ? Faillir. Rachel connaît ce verbe là.

Envisager l'avenir me plonge dans une sorte de confusion que je ne maîtrise pas. Parce que je crois être sûr de ce que je ressens, et pourtant tour à tour, ce besoin de paix, de pause et cet appel à me perdre dans une vengeance méritée me tirent par le bras. Je pleure Kayden, quand je ne regrette pas de ne pas l'avoir crucifié sur le toit avec mes nouvelles ailes. Et je m'en rends compte, je m'en rends trop compte. Et je ne veux pas effrayer Rachel. Je ne souhaite pas qu'elle prenne le contrôle de mes ailes car je sais que cela m’énerverait davantage, et je ne veux pas qu'elle se mette dans l'idée que je suis une bombe à retardement qu'elle tient au creux de ses mains.

Je m'éloigne d'elle pour ça. J'essaie de reprendre contenance, assez loin d'elle. « Je crois surtout que tu n'as pas choisi tout ça. » Je ne sais même pas ce que je ferais si ce choix s'offrait à moi maintenant, comment je devrais agir. J'aurais dû être présent pour chacun d'entre eux. À l'instant où mes pieds avaient touché terre, où mes poignets étaient libres, j'aurais dû courir jusqu'à l'École et les prévenir, et les protéger. J'aurais pu le faire, chacun d'entre eux. Comment ai-je eu l'indécence d'affronter les regards de Maddy et d'Alec ?

Je respire fort, en essayant de faire le vide. Quand je sens sa main dans la mienne. Ce contact appelle un mouvement de recul et ma main manque d'échapper à la sienne. « Regarde-moi. » J'attends une seconde puis finalement, je baisse les yeux sur elle. Elle pose la main contre ma joue. M'arrache un frisson. Mes mains à moi restent à serrer le vide au milieu de deux poings clos. « Je n'ai pas peur de toi, Warren. Je n'ai aucune raison d'avoir peur. » Je le lui ai dit, et c'est vrai. Mais que sait-elle de moi, après tout ? Quelle valeur a ma parole à ses yeux ?

J'approche mon visage du sien, me retrouve démuni quand ses lèvres viennent rencontrer les miennes, pour la première fois, pour moi. Mes doigts viennent effleurer son coude, remontent jusqu'à son poignet, à nouveau. J'essaie de comprendre où elle veut en venir et ne sais pas quoi répondre à ce qu'elle me dit. C'est trop tard, je suis désolé, sincèrement, mais c'est trop tard. Si je ne lui parle pas de cette plume, j'ignore lequel de nous deux je cherche à protéger ou à étouffer. Si je ne réponds pas à son appel, c'est que j'ignore si je veux protéger sa foi, ou l'étouffer. Elle s'éloigne, je passe l'index sur ma lèvre inférieure. Je la rejoins et joins les mains dans mon dos.

Je l'écoute et commente, plus calmement : « Tu étais mourante, tu as fui avec ton père, trouvé ou retrouvé un lieu qui te convient. Tu n'aurais peut-être pas dû revenir. » Pas de jugement ou de pique dans ma voix, un simple constat. C'était à peine si elle tenait sur ses jambes la dernière fois. J'expire bruyamment. « Si tu es revenue, tu peux m'aider alors. Qu'as-tu fait à mes ailes à notre dernière rencontre ? » Je me rassieds, glisse un regard en direction de la porte d'entrée. Si elle n'était plus avec le gouvernement, alors sans doute peuvent-ils débarquer n'importe quand. Dans ma tête, j'ai déjà dessiné mes deux seuls mouvements : vers elle pour l'attraper et la protéger des éventuels projectiles, et la sortir par la fenêtre. En traversant tout ce qui peut se trouver sur notre passage. Sans détruire tout l'immeuble sur mon passage, à l'image de celui qui n'avait plus de limite, plus de conscience, plus rien. « Avant de répondre... » Je me remets debout et m'approche d'elle. Je lui tourne le dos. Je déboutonne ma chemise. Bouton par bouton. Jusqu'au dernier. « Si tu n'as pas peur, si tu es prête à voler près de moi un jour, alors regarde ce que je suis. Car j'ai changé et tu sembles perdue entre vouloir croire que c'est faux, et regretter cette réalité. Regarde et découvre-les. Admets qui je suis. » J'attends de voir si ses mains font choir le tissu de ma chemise et si elle accepte, si elle va jusque là, je laisserais ses mains guider le métal et mes ailes accepter le mouvement que ses mains leur imposeront. Qu'elle préfère les voir ainsi repliées, disciplinées, ou dans leur majesté.

Mais cette plume blanche, elle ne la verra pas. J'ignore même s'il y en a d'autres et si tel était le cas, je ne voudrais pas qu'elles fassent surface. Je veux juste qu'elles restent enfouies, prisonnières, passées, muettes. « Tu es revenue, et tu m'as appelé. Moi. Et je suis Archangel. Regarde-moi. »
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Jeu 24 Mai - 16:05
C'était comme sceller le deuil, comme mettre un point final à cette relation qui n'en avait jamais eu. Un geste tout aussi timide que maîtrisé, un besoin aussi incertain que déterminé. Un premier baiser pour lui, un dernier baiser pour elle. C'était terminé. Elle ne cherchait pas plus loin, s'affairait de nouveau pour ne pas se laisser distraire, pour ne pas se retrouver blessée parce qu'elle était fatiguée de l'être. Elle était prête à accepter Archangel, à lui donner de la considération, à apprendre à le connaître pour, peut-être, un jour lui faire confiance. Elle n'oubliait pas qu'il avait tué Kayden, elle n'oubliait pas cette colère toujours sur le point d'exploser en lui mais comment pouvait-elle lui en vouloir, elle qui connaissait les dégâts occasionnés par le don de son demi-frère? Elle ne pouvait reprocher à Warren d'avoir ôté la vie de celui qu'il pensait responsable de tout. Elle était la première à pouvoir le comprendre. Avoir la sensation de trahison après tant d'années d'amitié, ça devait être douloureux, trop sûrement pour ne rien faire en retour. Elle ne lui tenait donc pas rigueur, elle en était incapable bien qu'instinctivement, elle gardait ses distances. Il n'était plus le même, il avait changé mais il restait relativement gentil avec elle, il serait sûrement aisé pour Rachel de se souvenir, de réveiller des sentiments amoureux à son égard. Elle se le refusait, elle avait déjà trop donné, alors elle se préservait, tout simplement.

Ce qui n'était pas simple parce qu'elle avait, pendant un long moment, nourrit l'espoir de le retrouver et la question de Warren semblait vouloir faire la lumière là-dessus, sur cette gêne qu'il ressentait depuis leur rencontre. Est-ce qu'il allait se mettre en colère? Elle le craignait un peu parce qu'elle avait senti dans ses paroles qu'il était fier de ce changement, fier de ne plus être l'ange aux plumes blanches, trop crédule, trop gentil, trop bonne poire comme on dit. Alors elle avait hésité à répondre, quelques secondes à peine, de quoi donner du temps au blond pour réagir, pour se mettre dos à elle et ouvrir sa chemise au rythme de ses mots. Admettre qui il est en admettant la présence de ses ailes de métal qui ne sont pas réellement siennes mais qu'il revendiquait comme tel, qu'il voulait qu'elle revendique aussi, qu'elle comprenne que ça ne changerait pas. « Admettre Archangel ne m'empêchera pas de regretter celui que j'aimais et tu ne pourras rien contre ça. » Celui qu'il était, Angel. Elle éteignait le four, décollait son bassin du plan de travail et attrapait le col de sa chemise dans un fin soupir pourtant lourd de regrets. Quand elle laissait choir le tissu à leurs pieds, elle glissait sa main entre ses omoplates, entre ses ailes repliées, contre sa peau scarifiée, contre l'épiderme qui était vraiment sien. Elle n'avait pas besoin de le toucher pour prendre le contrôle de ses dons, elle n'en avait pas l'attention de toute façon. « Je ressens les dons des autres. » Sa main glissait le long de sa colonne vertébrale au fil de ses mots, son don chatouillait celui de Warren comme si elle cherchait ce qu'elle avait trouvé la dernière fois.

« Elles sont accrochées à tes os, n'est-ce pas? » Ceux qui n'avaient pas été retirés au risque de le tuer, ceux proches de sa colonne qu'elle effleurait seulement de ses doigts désormais. « Je peux prendre le contrôle des dons des autres et les booster à leur maximum. » Elle pouvait faire d'une petite classe 1 dont on ne soupçonnait rien, un oméga de toute puissance. Souvent, le pouvoir ne changeait pas mais sa puissance et son efficacité étaient fulgurantes. « Les tiraillements que tu ressens doivent venir de là. » Elle répondait enfin à sa question, plus clairement, alors que sa main quittait son dos, croisant les bras. « J'ai augmenté ton don de guérison parce que je ressentais toujours ta capacité à voler. Je pensais avoir le plaisir de revoir tes ailes blanches aujourd'hui mais je me suis trompée. » Haussant finalement les épaules, son visage retranscrivait ses espoirs morts dans l’œuf, la peine d'avoir tenté pour rien alors qu'elle sortait le plat du four. « Je suis désolée, je ne recommencerais pas. » Parce que ça ne servait à rien, au mieux elle avait peut-être guéris ses os abîmés, d'où la gêne mais surtout, elle ne recommencerait pas parce qu'elle avait bien compris qu'il ne le voulait pas. Qui était-elle pour lui imposer le retour de ses ailes biologiques? Plus personne désormais.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1751
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Dim 3 Juin - 11:54
Je hausse des épaules à ses propos, je ne peux pas lui en vouloir pour ça. Puis-je vraiment lui en vouloir de quoi que ce soit, après tout ? Nous ne nous sommes rencontrés que deux fois, et c'est comme si j'avais rencontré deux femmes différentes sur tellement d'aspects... Je la laisse cependant s'approcher assez, même plus que nécessaire, pour regarder ce qui me compose désormais. Elles demeurent immobiles, dociles à ma volonté que Rachel puisse prendre son temps pour voir, et surtout pour comprendre... « Je ressens les dons des autres. » Je fronce les sourcils. Un don, est-ce vraiment un don ? J'hésite une seconde puis lui rétorque : « Guérir est un don, voler n'en est pas un. » Pas dans le sens où pour moi, ce n'est pas un pouvoir. C'est juste moi, c'est un membre qui s'anime et me permet des mouvements supplémentaires mais ce n'est pas par la simple force de mon esprit que je peux élever mon corps dans les airs. Les serums n'ont pas d'effet sur mes ailes.

Ni sur les miennes, les miennes, vraiment les miennes... ni sur celles-ci, forcément... Ses doigts passent dans mon dos et ce geste m'arrache un frisson. Qu'est-ce qu'elle ressent en moi, alors?Un homme, à un moment donné, m'a dit qu'il m'aiderait à exprimer ce que je ressentais tout au fond de moi, et cette vague a failli me noyer. Est-ce comme une vague d'émotions qui submerge Rachel, à quoi cela ressemble-t-il ? Je tourne la tête sans que mon corps ne bouge « Ils ne font plus qu'un, elles sont plus fortes, elles ne peuvent pas être extraites. » Sous-entendu, comme les miennes... Ou il devrait m'arracher le dos et me laisser paralysé ou mort, ou il ne pourrait pas les couper comme de simples bâtons de bois.

Après une seconde de silence, je lui demande sans vraiment attendre de réponse : « C'est encore moins un don maintenant, n'est-ce pas ? » Booster les dons... alors que pourrait-elle faire de moi, sans doute pas grande chose. Quand elle apporte la solution à ce qu'il s'est passé il y a peu, je m'étire en espérant que le phénomène ne se reproduise pas en présence de Rachel. « J'ai augmenté ton don de guérison parce que je ressentais toujours ta capacité à voler. Je pensais avoir le plaisir de revoir tes ailes blanches aujourd'hui mais je me suis trompée. » Je me retourne pour lui faire face, mon visage s'étant quelque peu fermé. « C'était impossible ». C'était, des semaines, des mois, des siècles auparavant. Avant que Cassandra ne m'apporte un miracle, c'était impossible. Moi aussi, comme Rachel aujourd'hui, j'y ai cru. J'y ai tellement cru que ça a effrité et détruit tous mes espoirs, toute ma capacité à espérer, jusqu'à vouloir disparaître. J'y ai cru seul, et j'ai perdu espoir seul. Parce que j'avais érigé ces murs et que je me suis senti désemparé quand j'ai réalisé que j'y étais piégé. Mais avant Cassandra, c'était impossible. C'était tout simplement impossible.

Si elle pensait me revoir tel que je l'étais avant, elle doit être déçu. Je pose une main sur son épaule : « Quand bien même ce sont mes ailes blanches qui m'auraient amené jusqu'à toi, je ne peux revenir et recréer le passé. » Je la laisse libre et elle va sortir son plat de son four. « Je suis désolée, je ne recommencerais pas. » Je m'assieds. « C'est moi qui le suis. » D'être venu ici, ou plutôt d'être revenu la première fois. J'attends de croiser son regard puis détourne finalement le mien avant d'avoir pu me plonger une fois encore dans la profondeur de ses iris. Pris d'une sorte d'élan de confiance, je décide non-pas de lui parler de la plume qui relève sans doute d'un incident isolé mais plutôt d'une question qui me taraude de temps en temps. « Rachel, qu'est-ce qui a changé chez toi depuis ta rémission ? » Est-ce que tu as trouvé une raison à ton retour ? Parfois, je ne trouve pas la mienne. Kayden n'est plus là, ma mère a peur de moi, et je sais que si je vais voir mon père, je le jetterais probablement par la fenêtre... Alors quelle est ma raison à moi ? Toutefois, je souris, en dépit de la situation : « Ça sent très bon, ce que tu as cuisiné. Tu me feras goûter tes fameuses crèpes aussi, peut-être, un jour ? » ...
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 992
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
MessageSujet: Re: Rebellion du renouveau   Lun 4 Juin - 21:55
« Comment tu expliques les tiraillements si c'est impossible? » Parce qu'ils étaient bien réels eux. Parce qu'il ressentait bien de la gêne sous ses ailes, parce que même si elle l'ignorait, il avait eu une plume blanche, un moment où ses ailes de métal s'était bloqué. Comment l'expliquait-il si le retour de ses ailes est possible? Au regard de la blonde, elle se disait que, peut-être, les tiraillements venaient simplement de se le reconstruction des os qui s'enroulaient autour du mécanisme de ses ailes de fer, comme si tout cela n'allait faire plus qu'un, comme si ses os se liaient à ce qui serait dorénavant définitif pour lui. « Je le sais. J'ai bien conscience de ce qu'il t'a fait. » Même s'il était revenu avec ses plumes, ses vraies plumes, ça n'aurait rien changé à son esprit trafiqué, à ses souvenirs effacés et manipulés. Il ne serait pas souvenu d'elle, du nez cassé de son partenaire et tout ce que ça avait engendré par la suite pendant presque deux ans. « Est-ce que toi tu as conscience de ce qu'Hydra t'a fait? » Est-ce qu'il avait réfléchi depuis leur dernière rencontre? Est-ce qu'il s'était posé la question au delà de ses ailes, au delà de l'aspect physique de leur intervention? Est-ce qu'il avait pris conscience que d'avoir des images d'elle sans savoir d'où cela venait, ça n'avait rien de normal? Qu'elle avait une autre version que lui de toute cette histoire? Est-ce qu'il avait remis l'organisation en question?

S'affairant au dîner, elle sortait deux assiettes et quelques bricoles de son réfrigérateur. Le plan fumant face à elle était soigneusement coupé en part. Deux d'entre elles étaient soigneusement posées dans les assiettes et se retrouvaient ornées d'une salade assaisonnée, accompagnée de quelques tomates cerises. Rien de bien fou  mais elle n'avait clairement pas prévu qu'il viendrait et encore moins qu'ils partageraient un repas. Elle finissait par s'approcher pour déposer les assiettes de part et d'autre de la table, de façon à lui faire face quand elle poserait ses fesses sur une chaise. Ses mots se mêlaient au bruit de couverts et de verres qu'elle sortaient des placards. « Ma détermination. Elle est plus grande désormais. » Déposant des couverts et un verre face à lui, elle faisait simplement demi-tour pour aller chercher la bouteille d'eau et la poser sur la table avant de s'asseoir à son tour. « J'étais résignée parce que j'étais sur le point de mourir, je m'étais faite à l'idée et on m'a donné une seconde chance. J'imagine que c'est parce que je n'ai pas fini ce que j'avais entrepris. Renverser le gouvernement pour libérer les mutants en fait partie. » Et construire sa vie d'une autre part, tout simplement, comme n'importe qui méritait de le faire. Quand elle piquait enfin son gratin, elle lui souhaitait un bon appétit pour entamer le repas, précautionneusement, ça serait idiot de se brûler. « Seulement si tu me dis ce qui t'as poussé à me dire que tu reviendrais si je me postais à la fenêtre. » Echange de crêpes contre des informations personnelles. « Tu savais que si je m'arrêtais à la fenêtre, ça serait sûrement pour te voir, te demander quelque chose ou autre. Pourquoi tu as accepté de faire ça? » Après tout, il ne la connaissait pas et il lui avait instinctivement proposé de revenir à elle si elle le voulait. Pourquoi quand ils sont censés n'avoir aucun lien?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Rebellion du renouveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» La fin d'un règne, le début d'un renouveau... [PV]
» CLAY Ҩ rebellion isn't with guns only... [TERMINEE]
» Geox, le renouveau
» Chaque jour est synonyme de renouveau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PLAYGROUND :: CONCRETE JUNGLE OF NEW-YORK :: island of manhattan :: habitations-