Partagez | .
 

 he done fucked up

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 258
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2894-finn-soon-i-ll-come-around
MessageSujet: he done fucked up   Dim 7 Mai - 2:17
he done fucked up
#youmessybitch
La pluie battante et acharnée qui s’écrasait sur New York ne faisait que ralentir la course de Finn, les cheveux collants d’humidité qui s’écrasaient entre ses yeux l’aveuglaient brièvement et n’étaient repoussés que par de vifs mouvements du revers de sa manche, essuyant par la même occasion son front et son visage. Le souffle lourd et la respiration bruyante, il courait à en perdre ses forces. Ne regardant presque jamais derrière lui, comme s’il avait peur d’être ralenti ou d’autre chose. Les poings serrés et la mâchoire crispée, il ne savait pas où il allait pour de bon. Tout ce dont il était sûr, c’était qu’il ne devait surtout pas s’arrêter. Il sentait la sécheresse envahir sa gorge et ses poumons à mesure qu’il continuait d’accélérer sa course, bousculant quelques passants au passage, et manquant à plusieurs reprises de se faire renverser par des taxis ou d’autres voitures qui ne s’arrêtaient pas pour lui. Les dents serrées, et les sourcils froncés, il tourna brièvement la tête pour regarder derrière lui et laissa échapper un long grognement qui ne fut que rattrapé par une autre bruit lourd et pesant lorsqu’il retrouva du regard les silhouettes qui lui couraient après. Par un miracle qu’il était incapable d’expliquer, aucune sentinelle ne semblait s’être ajoutée à sa poursuite et ces quatre ou cinq personnes qui lui couraient après étaient toujours déterminée à l’attraper sans faire feu pour l’instant, ou sans appeler des renforts. Il n’était pas bien sûr de ce que ça pouvait signifier, mais il n’allait certainement pas perdre son temps à s’arrêter pour leur demander. Pressant le pas et commençant à sprinter un peu plus dans sa fuite, Finn continua de courir, encore et encore et encore, et encore. Avant de sentir sa respiration devenir plus grave et difficile à contrôler, sentant son corps s’alourdir et ralentir, la vision troublée et l’endurance tout à coup limitée par un poids incommensurable qui lui écrasait le corps à toute vitesse. Laissant échapper un autre grognement qui semblait, cette fois-ci, douloureux, Finn continua malgré tout de courir ; essayant du mieux qu’il pouvait d’ignorer les horribles sensations et alourdissements qu’il sentait l’écraser, réalisant et comprenant finalement ce qu’il se passait. Il se transformait encore une fois en diamant. Sans pouvoir le contrôler, sans pouvoir décider de l’arrêter, il voyait sa chair s’envoler derrière lui et ses lambeaux de peau s’écraser sur le goudron New Yorkais, sous les regards à la fois choqués et apeurés des passants qu’il croisait et bousculait encore pour essayer d’échapper à ses poursuivants.

Dans un soudain virage vers la droite, Finn manqua de tomber par terre en glissant sur une flaque d’eau et trébucha contre une benne à ordure, un bruit sec de tissu déchiré troublant son moment d’étourdissement. Il sursauta en se redressant, voyant la peau qui recouvrait son visage flotter par terre dans une autre flaque, froissée et déchirée en plusieurs lambeaux atroces de chair. Il ne s’y était jamais habitué et ne pensait pas pouvoir un jour le faire. Entendant les bruits des gens qu’il voulait éviter se faire plus forts et proches, Finn serra une main contre son torse en sentant un point de côté lui fracasser les côtes et recommença à courir, tendant son autre main en face de lui pour faire jaillir des filaments de quartz du sol qui déchirèrent la clôture de métal rouillé qui lui barrait son chemin, il continua de courir, sachant pertinemment qu’il devenait de plus en plus lent et sentant la douleur de son épuisement lui écraser les entrailles de plus en plus. Poussant un autre grognement en continuant sa course effrénée vers ce qu’il espérait être sa liberté, Finn continua de puiser dans toutes les ressources qu’il possédait pour essayer de ne pas s’arrêter mais commença à sentir l’air dans ses poumons se raréfier encore plus qu’avant. Il fallait qu’il s’arrête, il fallait qu’il puisse reprendre son souffle sans quoi il risquait de s’écrouler et de s’évanouir. Serrant la mâchoire en s’arrêtant, il tendit les deux bras autour de lui, et dans un grand mouvement circulaire il fit se former une sorte de bulle cristalline pour le protéger et le contenir le temps qu’il puisse au moins avoir le temps de récupérer avant qu’ils ne le rattrapent ou ne percent l’épaisse protection de quartz et de fer. S’écroulant immédiatement à genoux au sol après l’avoir formée, Finn resta immobile, étalé au sol, le corps meurtri d’épuisement et la respiration si bruyante qu’il entendait son souffle faire écho autour de lui dans l’espace confiné, avec comme seul accompagnement le bruit incessant de son cœur qui battait à toute vitesse autour de lui.

L’espace étroit était rassurant, parce que Finn en connaissait la solidité. Et il savait qu’à moins d’avoir apporté avec eux des explosifs, ils auraient beaucoup de mal à l’en faire sortir. En tout cas jusqu’à ce qu’ils n’appellent une Sentinelle en renfort. Une fois son souffle repris, le jeune mutant se redressa et observa l’intérieur de sa sphère, pour s’assurer de l’épaisseur de celle-ci, même s’il pouvait la sentir vibrer autour de lui comme si elle faisait partie de lui-même, il sentait la pluie se heurter contre elle et il sentait la froideur du vent qui frottait dessus. Il ne voyait pas au travers, et ne distinguait pas non plus la moindre silhouette qui s’en approchait, mais il savait qu’il était encore suffisamment éloigné de ses poursuivants pour ne pas avoir à s’en faire. Prenant une autre grande inspiration, Finn se laissa retomber par terre, fatigué mais avec, malgré tout, un large sourire planté sur le visage. L’adrénaline de cette interminable course l’avait mis de bonne humeur. Excité et envahi par une toute nouvelle vague de confiance en lui. Passant la main sur la surface de la sphère autour de lui, en se penchant en avant ; Finn fut pris d’un long soupir soulagé lorsqu’il découvrit non pas la transparence iridescente du diamant, mais bien de la peau couvrir son bras et sa main. Se redressant et se relevant, il continua de laisser le calme l’envahir et ferma les yeux. Se laissant bercer par le silence qui l’entourait, par les échos de la pluie et du vent qui tombaient et frottaient contre la sphère de cristal blanche, il laissa échapper un autre soupir. Celui-ci plus serein et détendu, plus contrôlé. Ses cheveux bruns humides furent rapidement envahis de reflets argentés, puis le reste tout entier de son visage et finalement son corps s’écroula complètement par terre dans un fracas humide et gluant. La sphère s’effritant sous le silence et l’absence de Finn, avant de s’écrouler à son tour et de disparaître en fumée dans l’air. Immobile et informe, la flaque d’argent qu’il était devenu resta immobile, laissant la pluie se heurter à sa surface et flotter dans de petites bulles tandis que ses poursuivants le rattrapaient finalement jusqu’ici. « Où est le mutos? » grogna l’un d’eux, son Eraser dans la main tandis qu’un autre avançait et laissait sa botte tremper dans la flaque argentée.

Faisant de son mieux pour garder son calme et sa sérénité, afin de ne pas bouger d’un millimètre, Finn continua de les écouter et de les regarder tourner en rond dans la ruelle étroite, en cul-de-sac. Avant qu’ils ne soient finalement tous dos à lui, la flaque d’argent, et se redressa, toujours sous cette même forme. Il tendit les bras, ou ce qui y ressemblaient, en face de lui et fit apparaître un épais mur en face d’eux, les emprisonnant derrière celui-ci et reprenant forme solide et humaine tout de suite après s’être débarrassé d’eux quatre. Son sourire fier et prétentieux sur les lèvres une nouvelle fois, avant de grogner sèchement en sentant quelque chose lui transpercer la peau. Son corps perdant de sa stabilité et se liquéfiant à moitié et le forçant jusqu’au bas-ventre d’être, cette fois-ci, prisonnier de sa forme de mercure. Incapable de bouger, ou de faire quoi que ce soit qui lui aurait permis de se débarrasser de ce cinquième individu avant que la prison de quartz ne disparaisse à son tour, commençant déjà à s’effriter et perdre de sa solidité sous les coups répétés des quatre autres agents de l’HPU.
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1397
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
MessageSujet: Re: he done fucked up   Mer 10 Mai - 0:49
He done fucked up.
Ft. Finn Fawley


On nous avait prévenu. J'étais bien incapable de savoir comment, ni qui, ni quand, mais on nous avait prévenu. J'aurais pu dire que j'avais sauté sur l'occasion pour sauver mon prochain mais la réalité était bien plus égoïste: je voulais sortir. Je voulais prendre l'air, voir la ville. Je voulais avoir une opportunité d'aller voir Alan lorsque j'en aurais fini. Ou Warren. Ou les deux. Mais tout d'abord, j'avais une mission et je m'étonnais encore de la vitesse à laquelle j'avais assimilé ce concept. Moi. Avoir des missions. J'étais sorti de la base à pied, seul. J'avais parcouru en courant, à couvert, une courte distance pour m'éloigner de la base avant d'éliminer ma pesanteur pour m'élever dans les airs. Je masquais ma propre signature électromagnétique par précaution et restais à une altitude basse pour éviter les radars. Des précautions, nombreuses mais nécessaire. Cette fois il n'y avait pas que moi, il y avait la base, nos protégés... Hors de question de les mener là. Je faisais des pointes de vitesses pour prendre plusieurs directions et finalement me diriger directement vers la ville depuis un point aléatoire. Si Stark était dans les câbles, il ne trouverait pas la base en m'utilisant comme repère. Et seul, sans Quinjet, j'étais pour ainsi dire invisible.

La grande question était de savoir où chercher et même si des nuages je lorgnais avec envie sur Brooklyn et l'image d'Alan, je finissais par me diriger plus au Nord, vers le Bronx. Le mutant avait été détecté par un portique de sécurité et même si on avait été étonnement rapide à réagir, j'étais pas certain qu'il ait pu tenir tout ce temps, seul. D'un autre côté, je ne connaissais pas ses capacités aussi tout était possible. Je volais jusqu'au lieu de détection en restant en hauteur. La pluie et les nuages camouflaient ma présence: qui regarderait vers le haut par ce temps là? Je sortais de ma poche une radio noire et allumait le récepteur pour capter les réseaux alentours. Je ne pouvais pas quadriller la ville comme ça, j'avais besoin d'une direction. Fréquence après fréquence j'écoutais les voix. Majoritairement des flics, une ou deux conversations un peu plus douteuses jusqu'à finalement tomber sur un appel de renfort un peu plus à l'Est. Ce gamin les avait entraîné bien plus loin que je l'aurais cru. Je me mettais en route, survolant les toits jusqu'à entendre le remue ménage sous le son de l'eau qui martelait le sol et lorsque je posais les pieds sur un toit c'était pour observer la ruelle. J'arrivais au moment où la fléchette pénétrait la peau du mutant.

Pas encore trop tard.

Je ne prenais pas le temps de notifier l'état dans lequel le jeune homme était laissé et je me focalisais sur l'agent qui le gardait en joue... Et sur les autres d'ailleurs. Une impulsion et je me retrouvais au dessus de la ruelle. Je me laissais retomber, léger et pourtant rapide, générant  une zone de répulsion sur toute la ruelle. Au moment où mes pieds touchaient le sol, les agents du HPU se retrouvaient violemment projetés en l'air à la verticale à une hauteur plus que dangereuse avant de retomber lourdement, la gravité faisant son oeuvre naturelle. Lorsque je posais mon regard dans les yeux du mutant, les agents étaient déjà inconscients ou gémissants au sol et je faisais un pas en avant. - On m'a dit que t'avais besoin d'un petit coup de main, je vois que c'était juste. - Je me rapprochais de lui, l'observant enfin plus en détail et posant finalement mon regard sur l'aspect liquide du bas de son corps. Sans afficher la moindre mine dégoûtée ou surprise. - Ça va toi? Tu les as bien fais courir, bien joué. - Lui avais-je lancé dans un sourire tout en continuant d'observer le liquide. Il était incapable de bouger, c'était plus qu'évident. - Je sais pas comment, mais va falloir bouger, ils ont appelé du renfort. T'en as pour une dizaine de minutes avant de retrouver le contrôle... Quel est ton sentiment sur la flottaison humaine? - Parce que c'est ce que j'allais devoir faire, le faire flotter.
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 258
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2894-finn-soon-i-ll-come-around
MessageSujet: Re: he done fucked up   Lun 15 Mai - 19:04
he done fucked up
#youmessybitch
Se débattant avec son propre corps pour essayer de rétablir la solidité de celui-ci et s’échapper de cette prison liquide, Finn grognait de douleur et d’inconfort, son torse suspendu et maintenu en l’air par la seule force du hasard, la flaque de mercure qu’étaient ses jambes et le reste de son corps, il serrait les dents avec impatience à l’idée de ne pas réussir à s’échapper de son propre corps. Une sensation infiniment désagréable, insupportable et anormale. Il avait pris l’habitude de lutter avec lui-même pour réussir à utiliser et contrôler ses dons, mais il avait fini par maîtriser et oublier la difficulté de contrôler une portion de ses pouvoirs avec laquelle il était devenu confiant et certain qu’elle ne lui ferait plus défaut. Il avait encore du mal à contrôler l’autre aspect de son métabolisme, celui qui le faisait se solidifier en diamant, mais pas celui-ci, pas sa forme liquide. Il l’a maitrisait quasiment à la perfection maintenant, et la simple idée de ne plus y parvenir le faisait lentement paniquer. Il sentait l’angoisse grandir et grossir dans ses entrailles, il la sentait s’intensifier et lui faire peur, il frissonnait d’effroi et de terreur, les mains tremblantes et humides, appuyées dans la flaque qu’était devenu son corps, à essayer de le sortir de là, comme s’il s’enfonçait dans des sables mouvants qu’on ne pouvait pas fuir. Des grognements et des bruits désemparés s’échappant d’entre ses lèvres. Un sursaut le traversant soudainement lorsque le silence, qui était simplement perturbé par la pluie battante, était troublé par un vacarme incompréhensible et rapidement accompagné par les bruits sourds des corps qui s’écrasaient au sol et gémissaient de douleur ou inanimés. « Jesus Fucking Christ! avait-il hurlé en posant son regard sur l’un des corps qui s’était écroulé violemment à quelques pas à peine de lui, un bras à demi-tendu en face de lui, comme pour s’abriter de quelque chose. Plissant les sourcils en regardant le nouvel arrivant approcher, Finn rabaissa lentement son bras, cherchant toujours en même temps à se dégager de lui-même tout en l’écoutant parler.

« Si on oublie que je fonds sur moi-même, j’imagine qu’on pourrait dire que je vais bien. » siffla-t-il en réponse, croisant les bras contre son torse en le regardant avec un air dépité. Légèrement agacé par sa question et haussant les épaules d’un air tout à fait ordinaire, malgré l’étrangeté de la situation dans laquelle il se retrouvait, piégé par son propre corps qui avait cessé de fonctionner comme il aurait dû. « Alors par contre, va falloir m’expliquer ce qui vient de se passer. Parce que déjà, de un, who the fuck are you et de deux, who the fuck are you ? Nan parce que c’est bien gentil de jouer à l’avenger, mais j’sais pas qui t’es, moi. J’me souviendrai si j’avais vu cette gueule quelque part, et c’est pas le cas. » Finn était rapide, cinglant et sec, en particulier dans des situations comme celles-là, qui le montraient à son désavantage, ce genre de situations le rendaient irrémédiablement désagréable, et peu de choses aurait pu le faire changer d’attitude dans ces moments-là. Il ne comptait pas non plus faire d’effort, de toute façon. Détestant qu’on le traite comme un abruti, ou qu’on se décide de l’aider comme on aiderait quelqu’un dans le besoin, ce qu’il refuserait d’être, même si dans ce cas précis, il l’était.

« Alors, c’est pas pour remuer le couteau, mais si je veux bouger, j’ai que le dessus qui risque de bouger. Au cas où ça se voit pas, hein, je dis ça comme ça. Mais j’peux pas bouger. Parce que j’ai fondu sur moi-même. » grommela-t-il en agitant les bras un peu trop pour bien signifier et remarquer le reste de son corps, dans lequel il baignait. « La flottaison humaine, très drôle. C’est exactement c’que je suis en train de vivre, j’adore. Je vis pour ça. Franchement, c’est top. Tremper dans son propre corps. Wouah. Le bonheur ! » Finn grogna une nouvelle fois, les mains appuyées dans le mercure et forçant encore une fois pour essayer de s’en sortir, sans comprendre que ça n’arriverait pas tant que l’Eraser serait toujours présent dans son organisme. Une autre grognement le traversant tandis que ses mains perdaient de leur couleur ordinaire pour retrouver cette apparence transparente et iridescente, une moitié de son visage faisant de même. « Bah bien sûr... avait-il ensuite marmonné, en soufflant sur son visage pour faire tomber un morceau de peau qui s’était détaché pour être remplacé par du diamant. manquait plus que ça, maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1397
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
MessageSujet: Re: he done fucked up   Jeu 1 Juin - 1:05
He done fucked up.
Ft. Finn Fawley


J'avais souris à sa réplique cinglante, pas le moins du monde vexé ou dérangé. A vrai dire j'aurais trouvé bizarre s'il s'était comporté en gentil bon jeune homme bien sympa. Personne n'est gentil durant une chasse à l'homme, encore moins celui qui est chassé. - Je m'appelle Kayden, je suis avec Captain America. - Enfin à l'évidence j'étais seul là, mais j'étais rattaché à Cap. Et s'il avait vu à la télé l'attaque de Rykers de la semaine précédente, qui avait encore ses traces sur mon corps d'ailleurs, il m'avait probablement aussi vu au centre de ce gros bouclier. Je n'aimais pas cette nouvelle surexposition, je préférais de loin ma tranquillité et ma discrétion mais comme Natasha il fut à un moment donné, j'étais confronté à un choix: rester discret et me cacher ou me révéler et agir. Il était peut être justement temps d'arrêter de se cacher. J'avais esquissé un sourire lorsqu'il avait comparé son état à la flottaison. - Crois moi, là tu flottes pas encore. - Mais lorsque sa peau se faisait plus claire, je fronçais les sourcils. - « Bah bien sûr... manquait plus que ça, maintenant. »

Je voyais sa peau se décoller de son visage et si elle n'avait pas révélée une couche brillante de diamant, j'aurais certainement eu des nausées. - Je vais assumer que c'est normal et faire avec. - De toute façon ça changeait pas grand chose au problème actuel: il était immobilisé. Même si c'était quand même bizarre à voir. - Petite leçon sur la flottaison humaine. - Je me concentrais sur lui et éliminais sa masse. - Il n'y a flottaison que lorsque tu quittes totalement et durablement le sol. - Le liquide qui avait remplacé ses jambes se décollait du sol et son corps entier se mettait à flotter à une trentaine de centimètres au dessus. Même si le liquide se détachait ou coulait, il resterait en suspension dans cette bulle sans gravité. - J'espère que c'est confortable parce que tu vas rester comme ça le temps que l'Eraser finisse de nous emmerder. - Moi ça m'avait jamais posé problème mais bon, c'était mon pouvoir. Tout le monde aimait pas cette sensation, même si généralement l'apesanteur plaisait.

Je me savais autoritaire à cet instant mais puisqu'il ne pouvait pas bouger, fallait bien faire quelque chose. J'entendais le son des fléchettes bien trop tard et la douleur fine des aiguilles dans mon cou me faisait grimacer. Je les arrachais et les laisser tomber par terre en me retournant pour voir une nouvelle unité du HPU se ramener, fusils pointés. - Désolé les gars, j'suis pas un mutant! - Autour de nous, les corps inconscients ou gémissants de mes premières victimes donnaient une ambiance plutôt dérangeante à la scène et les nouveaux arrivants en avaient pris compte lorsqu'ils avaient armés leurs fusils d'assaut avec des munitions plutôt que leurs fléchettes de sérum. Déjà j'entendais les armes se verrouiller mais l'absence de pré-sentiment me rassurait. Je m'élevais dans les airs et lorsque les premiers tirs se faisaient entendre, les balles ricochaient sur une barrière électromagnétique flou quelques mètres devant nous. Le jeune mutant, Finn, gagnait lui aussi en altitude pour se retrouver dans mon dos et un fois à l'abri je prenais contrôle des armes. Chaque fusil, chaque pistolet quittait les mains de leur propriétaire et venait les mettre en joue. Je les gardais ainsi quelques secondes, faisant entendre les flingues s'armer pour les faire flipper avant que chaque arme ne se mette à fondre. Avant que l'on se barre plus loin dans les airs. - T'as pas le vertige au moins? - Parce que j'avais que ce moyen de transport en réserve et je ne comptais pas partir autrement. C'était le seul moyen pour atteindre la base en sécurité, et je le lui prouvais.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

he done fucked up

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PLAYGROUND :: CONCRETE JUNGLE OF NEW-YORK :: bronx-