Partagez | .
 

 Offline [Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 516
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2658-the-clock-is-ticking
MessageSujet: Offline [Liam]   Mer 22 Mar - 16:15
Offline
plague the disease /Liam
Tout avait commencé il y a plus d'une semaine au sein de la base du SHIELD. Tout avait commencé par la vision de John. John qui était là au détour d'un couloir, un sourire narquois sur le visage. Ma main qui avait frappé ma tête alors que je tentais de reprendre mes esprits, tentant de retrouver le contrôle de la situation. La première fois cela avait été facile. Il m'avait été facile de contrôler ma respiration, de fermer les yeux pour rouvrir les paupières afin de découvrir un couloir vide. C'était déjà arrivé. Ce n'était pas nouveau. Les fantômes du passé ils étaient toujours là, ils étaient toujours présents dans l'ombre. Alors je ne m'étais pas inquiété. J'avais rationnalisé la situation et enfermer l'image de John dans une boîte comme l'aurait fait tous les spécialistes. J'avais appris à vivre au contact du noir, de la peur et je savais que cela n'était rien qu'un tour de mon esprit. Un moment de fatigue éphémère alors que j'étais sur le fil du rasoir. Tendu alors que les cicatrices laissées par les séances de torture étaient toujours là tant en apparence que dans un coin de mon esprit.

S'il était difficile de démêler le vrai du faux, de garder un contrôle constant au sein de la base alors que j'étais un infiltré, alors que si je me faisais découvrir ce serait un aller direct en prison ou vers la mort; cela devenait encore plus compliqué au fil des jours. Si j'avais cru que les hallucinations allaient passer, je m'étais trompé. Au contraire elles semblaient s'amplifier. Ce n'était pas comme si je pouvais en parler librement ou comme si je pouvais me tourner vers qui que ce soit. Au contraire. Pas une seule seconde ne m'effleura l'idée que ces silhouettes qui apparaissaient au détour d'un couloir pouvaient être dû à un autre facteur qu'à mon esprit. Non ils étaient là pour me torturer, pour me rappeler ce que j'avais fais ou manqué de faire, pour me rappeler que je les avais trahi. L'idée de la maladie ne m'effleura pas, peut-être aussi parce que j'étais sur le terrain une partie du temps en tant que spécialiste au sein de la division alpha. Cela paraissait tellement une évidence qu'ils étaient là pour moi que je ne m'imaginais pas qu'il en soit autrement. Alors au lieu de raconter ce que je voyais, ce qui ne pourrait jamais être possible, je n'en venais qu'à m'enfermer dans mes pensées, plus sombre que jamais. Ce n'était pas juste parce que je voyais John, car, à vrai dire il n'y avait pas que lui. Il était là. Tommy était là. Christian était là. Ma mère était là. Mon père était là. Ils étaient là, tous les uns comme les autres, m'empêchant de rester concentré. Ils étaient là, surgissant au moment où je m'attendais le moins. L'amertume me gagnant, la colère et la douleur refaisant surface. Et si j'avais espéré un soir que fermer les yeux même l'espace d'une heure pour trouver le sommeil m'empêcherait de dormir, je n'en venais qu'à me rendre compte un peu plus que je ne pouvais pas leur échapper.

La douleur qui resurgissait. La vague de culpabilité. La peur qui était de nouveau là alors que je me réveillais le corps en sueur en plein coeur de la nuit. L'impression que j'étais de nouveau cet enfant gros, flasque et effrayé de tout ce qui se trouvait autour de lui, des monstres en-dessous du lit, de l'obscurité. Le bruit des insultes. Les coups qui pleuvent. Des flashs qui remontaient à la surface sans que je puisse les empêcher. La violence des mots prononcés qui faisaient parfois autant de mal que les coups qui pleuvaient. Les battements de mon coeur affolaient alors que je roulais au sol pour tenter de reprendre ma respiration, pour tenter de me rappeler que c'était terminé. Mais cela ne l'était jamais alors que je ne pouvais oublier son regard sur moi alors qu'il criait de m'aider. Et alors que mes nuits se peuplaient de souvenirs sombres que j'avais cru avoir réussi à mettre à l'écart, je n'en venais qu'à donner un peu plus de violence dans chacun de mes gestes. Je ne pouvais pas échapper à la rage qui me poussait à me retrouver dans la salle de gym au plein coeur de la nuit pour frapper le sac de punching ball. Si quelqu'un m'aurait surpris de là cela aurait été la fin. A vrai dire durant toute la semaine qui suivit, on aurait pu me repérer et ce fut sans doute seulement parce que les cas et les symptômes se multipliaient chez de nombreux agents que je ne me fis pas repérer.

La fièvre elle était aussi là mais je ne m'en rendis pas compte. C'était stupide mais à cet instant la douleur physique n'était rien comparée à celle mentale. Et autant que je prétendais les cas continuaient de se multiplier et les agents du SHIELD commençaient à s'organiser pour affronter ce soudain événement. Un agent était mort, une cellule de crise avait été organisée et très vide l'idée que l'un des hangars devienne une salle de quarantaine avait surgi alors que le nombre de patients continuaient de croître. Et si j'avais commencé à assembler a et b, il semblait juste impossible d'en parler. Chris Jackson n'avait pas trahi le SHIELD, n'avait pas de fantômes planqués dans son placard comme j'en avais. Certes sa femme était partie, il se retrouvait sans sa famille et tenter désormais de se racheter mais il n'avait pas le lot de squelettes que je trimbalais derrière moi. Alors je m'étais tu.

Le bruit de pas qui s'arrêtèrent soudainement. La fièvre plus que jamais là. Du poison dans mes veines. Non, non, non. Des mots murmurés dans mon esprit. Ma respiration qui se faisait plus brève. Je savais que je le pouvais faire. Ce n'était que dans ma tête. Ils n'avaient pas le contrôle. Les mots qui s'étouffèrent dans ma gorge alors que je commençais à ressentir les premiers tremblements. Tentant de reprendre le dessus sur ce corps qui me lâchait à mon tour, tentant de rationaliser comme on me l'avait appris. J'avais appris à dominer la peur. J'avais appris à avoir le contrôle, à m'en tenir au plan et à réussir. J'avais appris à retrouver ces sensations. J'avais appris à dominer mes émotions, à les mettre dans des boîtes. Je valais mieux que cela. J'étais plus fort que cela. Mon poing qui se serrait alors que je tentais de reprendre le dessus sur les sensations physiques, sur ce que je voyais. Car ils étaient là. Chacun d'entre eux. Ils me regardaient. Je pouvais lire le dégoût qui s'affichait sur leur visage.  That's a weakness !  « Non. Non. Non. » Plus ils avançaient et plus je me reculais, jusqu'à heurter le mur dans mon dos. Ma respiration qui devenait plus sifflante alors qu'ils continuaient de s'approcher et que les digues continuaient de céder.

Ne pouvant pas me rendre compte que j'étais déjà passé au stade 2 de la maladie. Enfin, cela je le compris quand ils me virent dans cet état et décidèrent aussitôt de me placer en quarantaine.

Cloîtré dans le hangar où les fantômes du passé ne venaient de m’assaillir, où mon corps ne cessait de trembler tant que tous que nous étions étaient la prise de visions et hallucinations.
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
avatar
MESSAGES : 188
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1510-liam-what-doesn-t-kill
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Lun 27 Mar - 18:28
Offline.
Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward


Qu'est-ce que je foutais là moi? Ah oui, je me faisais chier. En soit je savais que j'étais là pour de bonnes raisons, après tout j'aurais jamais été marines, j'aurais jamais bossé pour le SHIELD si à terme, c'était pas pour aider les gens. Ça n’empêchait pas que là, sur l'heure, je me faisais chier. Je me trouvais dans la zone de quarantaine installée par le SHIELD à la suite de cette épidémie. Encore une. J'avais encore en tête, pas le choix, l'attaque biologique de décembre, les morts que l'on avait subi. Je me souvenais sans mal avoir été un rouage essentiel à sa cure mais là non, rien à faire. Cette fois la maladie ne perdait pas de temps et mes nanites la détruisait avant qu'elle ne fasse ses dégâts, elles n'avaient le temps que de ça, la détruire. Alors cette situation si familière se posait encore: j'étais immunisé, saint parmi les mourants. Les médecins et scientifiques se baladaient tous en combinaisons hermétiques, protégés, isolés pour étudier les symptômes, les échantillons de sang et autres fluides. Alors pourquoi j'avais été envoyé là? Mon immunité. Je ne pouvais pas en faire profiter les autres mais ne pas avoir à porter de combinaison rendait beaucoup de choses bien plus facile. Rien que tenir un verre.

Alors? Alors j'étais infirmier temporaire, baby-sitter. Clairement pas mon truc, mais je le faisais tout de même. Je pourrais certainement négocier une paye plus importante après. Cela dit si on me payait une commission par agent sauvé, j'étais pas dans la merde. Je portais une tenue unie, procurée pour l'occasion, brûlée lorsque je sortais de là. Mon corps était peut être immunisé, mes vêtements non, et puisque être nu n'était pas une option... Je traversais une allée de lits, quelques uns vides alors qu'ils étaient occupés seulement la veille. Je ramenais une carafe d'eau à l'un des patients, je donnais beaucoup dans le service ces derniers jours, faute de pouvoir faire plus. Mieux vaut être hydraté lorsqu'on est malade, non? Dommage qu'on ne puisse pas s'hydrater au scotch, quoi que j'étais jamais malade, moi je pouvais m'hydrater au scotch. Et je le faisais. Beaucoup. Faut dire qu'à me taper la misère de tout ces gens j'en avais bien besoin.

Je laissais la carafe sur une tablette à côté du lit du type et m'éloignais, les bras croisés. J'avais pas vraiment envie d'être là, simple question de survie. Même me sachant immunisé, je me sentais quand même mieux loin de tout ce bordel. Surtout quand quelqu'un commençait à trembler comme s'il avait un marteau piqueur entre les mains et que j'avais pas un expert sous la main. Le dernier qui avait fais ça avait crevé. Je me rapprochais du type en question, voyais son regard vague, ses bras qui tremblaient un peu vite. - Hey! - Il était pas catatonique celui là la dernière fois que j'avais regardé. Il allait pas mourir, enfin peut être pas. - Si tu crèves je suis pas responsable. - Avais-je lâché en me plaçant à côté du lit, pas certain de quoi faire. En même temps y'avait quoi à faire? Il tremblait, était dans le vague, certainement dans un énième délire... Lui coller une baffe? Trop tôt. Je tapais plutôt dans mes mains, fort. - Réagit!
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 516
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2658-the-clock-is-ticking
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Mer 29 Mar - 17:43
Offline
plague the disease /Liam

J'étais cloîtré sur un des lits, des liens retenant mes poignets. Une sécurité alors que j'avais tenté non seulement de prendre la fuite mais d'agresser les premières personnes qui s'étaient approchées de moi, soit en priorité les médecins. Et si j'étais conscient de ce qui se passait autour moi, conscient de la situation, conscient de chaque petit infirme détail, il n'en restait pas moins qu'il me paraissait incapable de rester à ma place. Incapable de rester dans ce lit d'hôpital, enfermé dans le hangar parmi les autres malades en quarantaines alors qu'ils étaient là. Je les voyais très clairement. Et autant que j'avais entendu les bribes de conversation qui s'étaient propagées, qui continuaient de se propager un peu partout autour je savais que les hallucinations, la fièvre, les tremblements n'étaient que le début. Ce n'était qu'un potentiel début, une potentielle route pour se retrouver face à la mort. Or je ne comptais pas mourir. J'avais échappé à la mort depuis si longtemps que je ne comptais pas m'arrêter en si bon chemin. Incapable de rester là confortablement alors que j'étais victime de ces visions, incapable de rester là à attendre que le temps passe et que le virus se fasse plus violent. Je savais que si l'on atteignait le dernier stade, on devenait pour ainsi dire un cadavre. Et à vrai dire, je ne comptais pas finir six pieds sous terre maintenant. J'avais réussi à rester vivant en continuant de jouer sur les doubles tableaux, en continuant de jouer à la fois pour John, HYDRA et le SHIELD. Il me me paraissait pour ainsi dire impossible de croire que c'était à cause de ce virus que j'allais mourir. Un virus issu d'une planète mystérieuse dont Jemma et Fitz s'étaient sortis. L'ironie du sort ou peut-être le juste retour du boomerang. Je n'en savais rien en soit, strictement rien mais à cet instant j'aurai tout fait pour faire disparaître ces visions. J'aurai tout fait pour ne plus voir leurs visages. Ne pouvant pas rester là immobile alors que j'avais besoin de l'adrénaline pour me sentir vivant, alors que j'avais besoin d'action pour me sentir entièrement complet.

Si j'avais eu un sens de logique à cet instant, j'aurai su que cela n'aurait servi à rien de vouloir m'attenter à sortir de là. A vrai dire, j'étais sans doute incapable de traverser la moitié de la pièce alors que mon corps était parcouru de tremblements, la fièvre m'ayant gagnée. La fièvre ayant gagné la plupart des patients qui se trouvaient dans la pièce et qui se retrouvaient à faire face à des licornes roses, ou pour certains qui se trouvaient à faire face à leurs démons. C'était mon cas. Sans doute la pire possibilité pour moi alors qu'à tout moment sans le vouloir volontairement je pouvais en soit trahir ma position. Or si je me faisais prendre, HYDRA n'aurait même pas à attendre alors qu'il serait certain que je retournerai soit en prison soit que je finirai mort. Des possibilités. Des scénarios multiples qui pour la plus part risquaient de finir mal. Peut-être était-ce autant pour cela qu'il m'était facile de me concentrer sur le présent, de ne pas réfléchir à l'avenir. Non pas que le destin semblait me destiner une fin heureuse. Doutant à propos de cela. N'en venant qu'à vrai dire qu'à me forcer à me concentrer, tentant d'ignorer les ombres et le passé.

Si difficile à faire. John qui se promenait dans la salle, un sourire sarcastique aux lèvres alors que mon père semblait vouloir me rendre tantôt une petite visite. Approchant un bouteille d'alcool à la main. Toujours là. Ils étaient nombreux à me rendre visite mais aucun étrangement ne laissait jamais de cartes de visite. « Va-t-en. » We can't leave, son, we're a trick in your mind. Il ne m'avait jamais appelé ainsi. Et cela n'en saurait sans doute jamais. Clignant des yeux alors que les tremblements me reprenaient, alors que des souvenirs remontaient à la surface. Des coups qui pleuvent. L'odeur de l'alcool. L'argent usé pour masquer les apparences. Peu de souvenirs heureux. En fait, il n'y en avait jamais su si ce n'était avec gramsy, Lily et Thomas. N'ayant aucune nouvelle d'eux, étant resté à l'écart, l'étant toujours. Uniquement prêt à les observer dans l'ombre, uniquement prêt à agir dans l'ombre alors que je préférai autant les voir loin de moi, ne voulant pas les attirer dans mes ténèbres, vers la noirceur. Les tremblements qui recommençaient alors que je ne cessais de penser à ces souvenirs, de les voir évoluer autour de moi.


Un agent qui bougeait à côté de moi. Liam, déjà vu sur le terrain d'entraînement. - Hey! - Peinant à garder le contact, clignant des yeux. - Si tu crèves je suis pas responsable. - Plus concentré à faire fuir leurs images qu'à rester avec lui, qu'à prendre contact avec la réalité. You're a coward ! you're weak and pathetic ! Et soudain Liam claqua des mains. - Réagit! Ma tête qui se tournait vers lui. Alors que je répétais ces mêmes mots, n'ayant pas besoin de lui. « Va-t-en. » Tirant sur les sangles qui retenaient mes bras alors que je tentais de bouger. Je me rappelais son visage, sachant qui il était pour m'être déjà entraîné quelques fois avec lui, pour l'avoir croisé déjà dans les couloirs. Mais dans l'ensemble ni lui ni moi n'était du genre très bavard, bien loin de là. Toutefois à cet instant il fallait avouer que je n'étais pas du genre à vouloir engager la conversation avec lui, déconnecté dans un certain sens. N'en venant qu'à tirer sur mes sangles, tentant d'ignorer les silhouettes qui passaient à côté de moi. Revenant sur mes dires alors que dans un certain sens j'avais besoin de lui. « Non attend, détache moi. » Plus ordonnant que posant la question alors que de nouveau je tentais de tirer sur mes sangles, espérant qu'il le ferait sans poser de questions, espérant qu'il s'exécuterait sans un mot. Espérant que le bruit le dérangerait suffisament pour qu'il tente de me délivrer de mes chaînes. Un peu trop perdu pas moins pour me rendre compte réellement de ce que je disais.
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
avatar
MESSAGES : 188
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1510-liam-what-doesn-t-kill
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Lun 10 Avr - 15:00
Offline.
Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward


« Va-t-en. » - Je soupirais. Bon bah qu'il crève. Je me redressais non sans un regard vers les sangles qui l'obligeait à ne pas se blesser et je me retournais, les mains dans les poches. Moi j'avais autre chose à faire que m'occuper d'un type qui voulait pas que je sois là. Plein de choses. La plupart ailleurs, parce que j'avais pas envie d'être là. - « Non attend, détache moi. » - Je me retournais, mon regard croisait le sien et j'y voyais un degré encore incertain de lucidité. Incertain parce qu'il était toujours en plein délire et je n'étais pas sûr de savoir s'il comprendrait ce que je dirais, ou s'il s'en souviendrait. Quoi que s'il comptait l'oublier je pouvais le baffer sans avoir à m'emmerder ensuite. C'était aussi un point positif. - Non. Bien sur que non. - Et je lui avais dis ça le plus naturellement du monde. Comme une évidence, parce que c'en était une. Le type était en plein délire, pas foutu de savoir de quoi il parlait ni à qui. Un homme entraîné comme il l'avait été, avec ces problèmes là, était un danger. Hors de question de le détacher. Je pouvais le maîtriser bien sur, mais il pouvait aussi bien attendre que je me casse pour se lever et ça, non.

D'autant que même si je voulais pas être là, j'étais pas non plus assez con pour saboter la quarantaine. Cette maladie était trop dangereuse pour faire la moindre erreur. - Quand t'aura retrouvé toute ta tête oui, mais pas encore. - Les mains toujours fourrées dans les poches je le regardais. - Trop risqué pour le moment. - Je le maîtriserais sans mal s'il faisait du grabuge, c'était pas la question, la question c'est s'il parvenait quand même à m'échapper. Peut être qu'il n'en ferait rien, ou peut être que je me faisais des film, mais je ne pouvais pas prendre ce risque là. Je m'appuyais au lit en face du sien, croisant les bras. - Je peux te filer à boire si tu veux. - Un verre, une paille, et s'il me faisait chier je lui foutais dans la tronche. Le verre, son contenu, et la paille. Cadeau de la maison.

Cela dit, il avait beau être délirant, s'il pouvait parler, ou en tout cas aligner des phrases cohérentes, c'était que ça allait encore. L'étape 3 de la maladie n'était pas encore là. Enfin ça voulait rien dire, il pouvait tout aussi bien crever demain. On en savait rien avec cette saloperie de maladie alien. Qu'est-ce qu'ils avaient eu comme bonne idée les deux autres là à aller sur une autre planètes... Imbéciles. Mon visage ne traduisait rien de plus que de l'indifférence, de l'ennui aussi. J'étais pas du genre à cacher les choses, parce que j'en avais pas envie, aussi ça se lisait sur ma tronche que j'étais pas là par choix. - Comment tu te sens? Les hallu sont passées? - Parce que d'autres en avaient parlé, parce que j'avais pas une once de subtilité, et parce que si je devais rester là, c'était pas pour discuter avec un taré délirant à l'article de la mort.
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 516
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2658-the-clock-is-ticking
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Lun 10 Avr - 21:35
Offline
plague the disease /Liam

- Non. Bien sur que non. - Il ne voulait pas me détacher. Mais d'un autre côté qui le voudrait ? Une lueur de folie dans le regard, traversée par une lueur sombre. Personne sain d'esprit ne voudrait détacher quelqu'un qui semblait enchaîné à un lit pour de bonnes raisons et cela d'autant plus alors que personne ne savait réellement quel tournant pouvait prendre le virus. La seule finalité connue était la mort. Mais en attendant si j'étais attaché au lit, des sangles enserrant mes poignets il n'en restait pas moins que c'était pour une bonne raison. Ce que devait se doutait Liam. Ne pouvant effacer cette lueur de démence dans mon regard, cette douce et amère folie qui jouait avec mon esprit. Et dans un sens, ressentir le virus était sans doute pire alors que je ne cessais de les voir, alors que je continuais de sombrer un peu plus. Si j'avais toujours estimé que la douleur physique était passagère, celle mentale était d'un autre domaine. Une torture mentale dans un sens alors que je ne pouvais me rappeler mes échecs. Failure. L'échec. Un goût amer en bouche. Comme celui du regret. Et pourtant juste les voir me donnait encore plus envie de partir de là. La volonté de m'échapper aux hallucinations. Toujours cette même recherche d'un échappatoire pour en finir, pour survivre aussi. Tout semblant bon pour échapper à mon propre enfer personnel bien qu'à cet instant il devenait un peu plus compliqué de me concentrer sur la silhouette qui se trouvait devant moi.

« Allez détache-moi ! » J'insistais, tirer un peu plus sur mes sangles. Attirant l'attention dans notre direction bien qu'à ce moment tout était bon. Toutes les solutions étaient bonnes à prendre et je ne pouvais qu'en soit me maudire pour avoir ce sentiment d'incapacité. La vérité était que j'étais cloué dans un lit, incapable de bouger. Et que je détestais ce sentiment d'impuissance. Le détestant autant que j'avais haïs ce sentiment alors que je me retrouvais face à Christian, incapable de lui tenir tête. Pour cela qu'il avait sans doute été facile de céder à l'emprise de John alors que j'avais besoin de quelque chose à me raccrocher, ne voulant plus jamais connaître ce sentiment. Un sentiment que je connaissais de nouveau à ce moment alors que j'en venais à m'agiter, tentant de faire céder Liam. Sans succès. - Quand t'aura retrouvé toute ta tête oui, mais pas encore. Trop risqué pour le moment. - Levant les yeux en l'air alors que ce fut au tac à tac que je lui répondais pas moins. « Tu sais te défendre non ?! Et puis c'est pas comme si j'allais t'attaquer ou te tuer... » Mon regard posait sur lui alors que l'idée n'était pas moins tentante. Comme un chat qui regarde une souris alors que John était juste à côté de lui, faisant mine d'enserrer ses mains autour de sa gorge. Ce que Liam ne se rendait pas compte. Ce que Liam ne pouvait pas voir. Me forçant à respirer, à contrôler les battements de mon coeur. Ne pas céder à la colère, à cette rage sourde qui brûlait en moi était difficile. Et cela d'autant plus alors que pour ainsi dire Chris Jackson n'était pas réellement la même personne que j'étais. Au contraire, il était ce genre d'homme qui s'il respectait les règles, était du genre à être sympathique, à toujours avoir un mot pour les autres, qui aurait fait passé sa famille avant s'il ne s'était pas perdu sur le chemin de la guerre. Perdu sur le sentier de la guerre alors qu'il s'était mis à boire, perdant sa famille. Et en cette raison il avait tenté de se racheter. Mais la différence était que je n'étais pas comme lui, pour autant sauter d'une peau à l'autre était ce que je faisais le mieux alors que je me glissais comme un serpent dans ma seconde peau. Me recomposant un masque alors que je me forçai à me reprendre mon calme, sachant pas moins que Liam n'en viendrait qu'à mettre cela sur le compte des hallucinations. - Je peux te filer à boire si tu veux. - J'hochais la tête. Se remettre dans la peau du personnage. Replacer le masque. Tentant de décrocher un sourire malgré la situation. « Ouai je veux bien steu plait. »

Faire semblant, faire comme si de rien n'était, comme si mon corps n'était pas parcouru de tremblements, comme si je n'avais pas l'impression d'entendre un marteau résonnait contre ma tête. Masquer ses faiblesses. Masquer sa vulnérabilité. Mon regard se concentrant sur Liam qui mourrait d'ennui comme le démontrait son visage. - Comment tu te sens? Les hallu sont passées? - Et ce fut tout naturellement que j'en venais à lui répondre, comme aurait pu lui répondre Chris Jackson. « Ouai. Désolé pour tout à l'heure, ces foutues hallucinations sont pas plaisantes à voir. » Le rire de John qui semblait résonner dans la pièce comme s'il trouvait la situation drôle. L'ignorant alors que je me concentrais sur l'agent du SHIELD. « Comment cela se fait que tu es eu accès au hangar d'ailleurs ? Déjà que c'est tout un boucan quand ils font entrer des simples malades alors je suis surpris qu'il laisse entrer un agent,... à moins que tu disposes de quelques facilités contre le virus... tu penses qu'ils ont fait des progrès à ce propos ? » Parlant comme si de rien n'était, comme l'aurait fait celui que je n'étais pas. Non sans cesser de me renseigner, posant des questions auquel j'avais déjà des réponses pour certaines comme toujours. Nullement stupide au point de me jeter dans la gueule du loup sans informations quoique pour le coup je n'avais jamais vu le virus venir.
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
avatar
MESSAGES : 188
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1510-liam-what-doesn-t-kill
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Lun 17 Avr - 17:06
Offline.
Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward


Un gobelet, une paille, de l'eau à peu prêt fraîche. Si on m'avait dis quelques années plus tôt que j'en serais réduis à faire boire un mourant... J'aurais ris, très fort. Pourtant je le faisais tout en lui demandant où il en était et il me répondait seulement que c'était la merde. Ça je pouvais le voir, j'étais pas aveugle. Bien sur que je pouvais me défendre, bien sur que je pouvais me battre. Mais si je pouvais éviter de frapper un type malade, ou plutôt de devoir l'expliquer ensuite, ça m'arrangeait. J'avais pas que ça à foutre, et j'en avais surtout pas envie. D'écrire un rapport, pas de le frapper. Ça à la limite ça pouvait être divertissant. Ça le ferait dormir au moins. En fait c'était même bien, thérapeutique. Non? Conneries.

Je posais le gobelet sur la tablette à côté de lui et retournais m'adosser au lit en fasse du sien, les bras croisés, avant de balayer la zone du regard. Ça bougeait pas trop pour le moment, j'avais le temps de me poser. Ça manquait d'alcool dans le coin, de celui qui se boit. Ça aurait pu m'aider à passer la journée. A moins que tout ces gens soient morts entre temps... Oh et puis zut, les docteurs étaient là pour ça. Je posais mon regard sur lui alors qu'il posait ses questions, arpentant chaque détail de son visage pour y déceler quelconque signes de la maladie, de nouvelles choses, mais à part la pâleur de sa peau et la sueur de son front, je ne voyais rien de nouveau. - A l'évidence je suis entré en douce pour aider mon prochain. - Avais-je lâché sur un ton moqueur. Bien sur que non, c'était évident. - J'en sais rien sinon. On m'a rien dis, donc je suppose que non. - La finesse incarnée. Bonjour, tu vas crever? Non j'en sais rien si y'a un antidote, juste crève.

Je croisais les bras, jetant un œil à un type qui toussait - Ils bossent dessus là-bas. - Avais-je dis en indiquant le fond d'un mouvement de la tête. - Vous serez les premiers à le savoir quand ils auront trouvé quelque chose, de toute façon. - Ou alors ils étaient bien dans la merde. Ou déjà mort. Au choix. Et puis il faudrait bien des sujets tests pour voir si le médicament fonctionnait. Enfin s'ils en trouvaient un. Cette fois je pouvais pas aider, pas comme la dernière fois. Le virus était trop agressif cette fois. - On m'a envoyé parce que je peux être là, pas comme si on m'avait donné le choix. - Ouais, lui non plus il avait pas le choix d'être là mais comme souvent, j'en avais rien à foutre, je pensais surtout à mon temps perdu. C'était pas mon boulot ça... - Je fais ce que je peux pour tuer l'ennui, même te filer à boire. Ça occupe. - Je levais la tête lorsque j'entendais le bruit d'un lit qu'on déplaçait à la va vite, le son des roues sur le sol, du métal en branle. - Et un de moins. - Finesse...
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 516
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2658-the-clock-is-ticking
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Lun 17 Avr - 18:59
Offline
plague the disease /Liam

- A l'évidence je suis entré en douce pour aider mon  prochain. - « Sans blague. » Moqueur alors que en effet cela paraissait autant logique que l'on lui ait donné la permission. Ce n'était pas comme si le premier venu voulait se risquer à entrer dans un hangar qui faisait office de salle de quarantaine. Déjà que le SHIELD était plutôt réglementé, avec le changement de direction, c'était comme si c'était un tout autre niveau. Bien entendu que quand l'on réfléchissait la question était un peu stupide mais en soit, cette question pouvait passer facilement au vue de mon état, ce qui n'était sans doute pas plus mal. Mon regard qui se reportait sur les sangles qui enserraient mes poignets avant de se reporter sur le visage de Liam qui paraissait avoir tout sauf envie d'être là. Un peu plus certain qu'il ne voulait pas être là, et si son visage trahissait déjà l'ennuie un peu plutôt, je ne pouvais que me faire la réflexion que sa morosité et son air bougon n'était qu'un trait habituel. Non pas que l'homme était le plus bavard, à la différence de Chris.

Continuant pas moins de me renseigner, pas seulement parce que Chris l'aurait fait alors que l'homme était particulièrement sociable mais aussi parce que je recherchais des réponses.  - J'en sais rien sinon. On m'a rien dis, donc je suppose que non. - Continuant de réfléchir. Non bien sûr il fallait garder cela secret pour le moment. Toujours les secrets. Toujours cette même hiérarchie. Si j'avais été moi-même, je me serai sans doute permis une réplique sarcastique mais Chris, ne l'aurait pas fait. Il suivait les règles, respectait la hiérarchie, mais surtout il était loyal. Ce que je n'étais certainement pas alors que le vent ne cessait de tourner. Un traître aux yeux du SHIELD mais possiblement un pour HYDRA. Je jonglais depuis longtemps sur les deux tableaux. Et j'étais sans aucun doute un pion dangereux pour les deux organisations mais surtout pour HYDRA alors que je n'adhérais pas particulièrement aux principes de l'organisation. Je n'étais pas le plus loyal des soldats. Je n'étais pas un chien qui suivait sans réfléchir les ordres. Je l'avais appris durement. John qui exécutait un pas de côté devant moi alors que je me reconcentrais sur Liam qui reprenait la parole.

- Ils bossent dessus là-bas. Vous serez les premiers à le savoir quand ils auront trouvé quelque chose, de toute façon. -  
« Sans doute. J'ai entendu que ceux qui étaient à l'origine du virus étaient deux scientifiques, Fitz et.. Si, Simmons je crois, qu'ils auraient été envoyé sur une autre planète. Les gens parlent beaucoup. Cela parait un peu dingue tout ça. » Ironique alors que j'étais sans aucun doute cloué là à cause d'eux, non pas que je pouvais leur en vouloir. J'avais entendu les rumeurs, entendu que Fitz était allé là-bas pour sauver Simmons. Il aurait été au bout du monde pour elle déjà avant, prêt à sauter d'un avion même alors qu'il n'avait jamais sauté en parachute. Me perdant dans mes pensées l'espace d'un instant, ne reprenant contact avec la réalité que lorsqu'il en vint à prendre la parole, répondant à une autre de mes questions. - On m'a envoyé parce que je peux être là, pas comme si on m'avait donné le choix. Je fais ce que je peux pour tuer l'ennui, même te filer à boire. Ça occupe. -« C'est certain que tu n'as pas l'air vraiment heureux d'être là. Parfois les ordres sont difficiles à suivre. Tu ne regrettes jamais de faire partie de l'organisation... ? » Curieux alors que je savais ce que pouvait coûter de suivre les ordres. Mais parfois la loyauté dépassait la hiérarchie. Me demandant s'il croyait en l'organisation, au SHIELD, à plus que cela. « Je sais que certains pensent faire partie d'un plan plus grand, tu y penses aussi ? » Non sans penser à John. Interrompu par le bruit des roues sur le sol. Relevant légèrement la tête. - Et un de moins. - Un cadavre. En effet. Non plus un malade, un patient à tenter de sauver mais bien un cadavre. Non pas tué par une balle, non pas tué au combat mais tué par un foutu virus. « Cela te dérangerait vraiment de me détacher ? Non pas que j'aimerai bien m'en aller, mais si encore je dois rester là pour crever, je préférai encore avoir une certaine mobilité. » Lui adressant un sourire comme s'il pouvait comprendre le fait que personne n'aimerait mourir sanglé à un lit entouré de futurs cadavres.
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
avatar
MESSAGES : 188
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1510-liam-what-doesn-t-kill
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Lun 1 Mai - 17:11
Offline.
Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward


« Cela te dérangerait vraiment de me détacher ? Non pas que j'aimerai bien m'en aller, mais si encore je dois rester là pour crever, je préférai encore avoir une certaine mobilité. » - Je le regardais, une seconde, deux secondes, et finalement j'acquiesçais. Son raisonnement ne me fait ni chaud ni froid, pas plus que le cadavre qui venait de rouler plus loin. Il pouvait bien mourir attaché si ça protégeait les autres. Mais j'avais pris le temps de jauger ses réactions et il ne me semblait pas agité, encore moins au stade paranoïaque de la maladie. Je me redressais  et posais mes mains sur la première sangle, immobilisant sa main de la mienne le temps d'avoir son attention. - Au moindre signe suspect je t'assomme et je te rattache. - Il ne connaissait pas ma force ni ma vitesse, mais moi si. Je préférais prévenir. Je débloquais la première sangle, puis la seconde, finissais par celles de ses chevilles et revenait m'adosser au lit d'en face, ma place depuis déjà un petit moment. Faute d'avoir mieux à faire...

Fitz et Simmons sont aller en week-end en amoureux sur un autre planète ouais. - Oui enfin, à peu prêt quoi. - J'ai pas les détails mais c'est pas qu'une rumeur. Ça c'est sur. - Aucune idée du comment ou du pourquoi. Je savais seulement que Simmons avait disparu et que Fitz était parti la chercher. Le reste était soit secret, soit hors de mon intérêt. Comme pas mal de choses. J'aurais probablement pas dis non à venir aussi, si on m'avait demandé. Qui refuserait un road trip en planète étrangère? Hein? Ah oui, les gens malins.

Ah et pour te répondre, non je regrette pas. C'est quand même bien plus facile que l'Irak. - De toute façon ma coupe de cheveux criait militaire, alors confirmer ou non... Je ne regrettais pas d'avoir rejoins le SHIELD. Est-ce que je mentais? Peut être, mais les nanites compensaient les erreurs pour que ça ne se voit pas. Mes suspicions se faisaient de plus en plus solides. Rien à voir avec Hydra, ou des doutes sur le chemin que prenait l'organisation avec le gouvernement ou quoi que ce soit. Mes doutes me concernaient car jusqu'à preuve du contraire, le SHIELD avait les mains sales. A travers moi. Confiance brisée. Enfin ça changeait pas grand chose de d'habitude de toute façon à ce niveau là.

J'esquissais un sourire. - Et non, pas de grand plan. Je vois pas pourquoi. Aux dernières nouvelles on est pas une secte à la solde d'un grand gourou. - Qu'il soit ou non un homme religieux, c'était dit. Point. - On est des soldats, des espions. On travaille à protéger tout le monde. Y'a pas de grand plan à ça. Juste un objectif. Lointain l'objectif. On se fait juste chier en attendant. - Et plus ça allait, plus le monde s'obscurcissait,
et plus je me disais que l'objectif serait compliqué à atteindre. Peut être,
probablement, impossible à atteindre. Fallait pas se leurrer non plus.
Je préférais voir les choses comme elles étaient, j'avais jamais été du genre à me faire des illusions. Optimisme à la con. L'objectif on l'attendrait peut jamais. - Et c'est pas gagné.
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 516
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2658-the-clock-is-ticking
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Mar 2 Mai - 19:01
Offline
plague the disease /Liam

J'insistais, espérant qu'il veuille bien me détacher. Ce n'était pas grand chose de demander juste qu'il détache mes poignets des chaînes auquel ils étaient enchaînés. Un quasiment rien. N'en venant qu'à insister encore et encore. Ce genre d'attitude qui vous forcerait à vous exécuter face au désir d'être débarrassé de ce genre de personnes. S'il était autant possible que l'agent du SHIELD décide de lui-même de me détacher, je ne pouvais qu'imaginer que ces minuscules détails avaient influé sur sa volonté. Comme s'il ne pouvait pas en être autrement. - Au moindre signe suspect je t'assomme et je te rattache - Manquant de lui adresser un sourire. Ceux que les enfants adressaient à leurs parents pour être certains que les parents les croient assez innocents, assez intelligents pour ne pas faire la même bêtise deux fois. Stupide de sa part, si j'avais été l'ennemi, ce qui était tantôt le cas, cela m'aurait suffit pour le tuer. Pas moins satisfait qu'il vienne à s'exécuter alors que je le regardait longuement avant d'hocher la tête respectueusement. Ce que Chris Jackson aurait fait. Ce que je n'aurai pas fait loin de là. Néanmoins autant que je continuais d'endosser ce masque je n'en venais qu'à apprécier cette liberté nouvellement acquise. Liam qui faisait le tour du lit pour détacher les sangles les unes après les autres. Restant une seconde immobile avant de commencer à me masser les poignets, tentant de faire de nouveau circuler le sang. Ne brusquant pas mes mouvements alors que je prenais plutôt le temps de me redresser et d'imaginer les éventuels dégâts. Effectuant un véritable check-up sans la présence d'aucun médecin ou scientifique du SHIELD autour pour m'examiner comme si j'étais un cobaye alors que je n'en venais qu'à tour à tour à reprendre le contrôle de mes muscles. Si les sangles m'avaient empêchés de bouger, il n'en restait pas moins que cette tenure n'était rien comparé à celle d'HYDRA. Ce qui était pour le mieux alors que je ne pouvais que me rappeler mon état de vulnérabilité après des jours de torture. Un sentiment que je détestais. Et encore plus maintenant alors que je me retrouvais pour ainsi dire dans le même état, soumis aux fièvres, aux tremblements, aux hallucinations à cause de ce virus.

Me tournant légèrement vers lui alors que j'attendais sa réponse. Venu qu'à l'interroger pour savoir ce qu'il s'était passé, allant à la pêche aux infos tout naturellement. Sondant le terrain. - Fitz et Simmons sont aller en week-end en amoureux sur un autre planète ouais. J'ai pas les détails mais c'est pas qu'une rumeur. Ça c'est sur. - Un sourire qui en venait à se poser sur mon visage alors que d'un ton un peu moqueur, j'en venais qu'à ajouter : « Drôle d'endroit pour un week-end en amoureux si tu veux mon avis. » N'ayant pu m'en empêché alors que par tous les moyens je tentais de voir ses possibles réactions. Mais à vrai dire plus que cela je continuais de sonder le terrain, d'obtenir des informations qui pourraient m'être utiles en laissant mon oreille tendu. Ne pouvant totalement me départir de mes compétences, de mes capacités alors que même si j'étais là, je continuais d'en savoir plus, de jouer un double-jeu.

- Ah et pour te répondre, non je regrette pas. C'est quand même bien plus facile que l'Irak. - Mon regard qui se reposait sur lui alors que je complétai sa phrase. « ... ou que l'Afghanistan. » S'il était un militaire comme le criait sa coupe de cheveux ou plutôt un ancien, Chris Jackson l'était autant bien que ce dernier était surtout affectionné aux forces spéciales. Mon regard qui dérivait, se perdait un instant dans la contemplation des lits sans y être vraiment. Fait exprès. - Et non, pas de grand plan. Je vois pas pourquoi. Aux dernières nouvelles on est pas une secte à la solde d'un grand gourou. On est des soldats, des espions. On travaille à protéger tout le monde. Y'a pas de grand plan à ça. Juste un objectif. Lointain l'objectif. On se fait juste chier en attendant. - Souriant à mon tour alors que je lui répondais au tac à tac : « Il y a pas à dire. » Il n'avait juste pas idée à quel point néanmoins son point de vue était intéressant et différent de celui de John. Un fait de plus qui me confortait dans l'idée que seul ce dernier estimait faire partie d'un plan bien plus large dans lequel il espérait être le maître. Mais plus que cela Liam avait raison alors que nous étions bel et bien des soldats, des espions. Nous n'avions juste pas les mêmes objectifs alors que nous ne travaillons pas dans les mêmes camps. - Et c'est pas gagné. - Mon regard qui dérivait sur les scientifiques du SHIELD qui emmenaient un autre corps sans avoir de certitude s'il était vivant ou mort. « A un moment ou l'autre ils vont plus avoir de place pour les stocker. » Humour noir. Celui d'un homme qui avait trop vu, qui ne pouvait que se tourner vers la dérision pour effacer le vécu, pour effacer les horreurs de la guerre. « Tu y es resté longtemps là-bas ? » Parlant explicitement de son expérience militaire alors que je me tournais vers lui. Un terrain que je connaissais en vue des informations que j'avais récolté sur Chris Jackson non sans aller sur un terrain connu pour effacer la suspicion, voir s'il allait se détendre et plus engager la conversation. Non pas que le sujet abordé n'était le plus joyeux. Reprenant pas moins la parole juste après sans réellement lui laisser le temps de parler, évoquant certains faits de la vie de l'homme pour inciter la conversation. « Ma femme si elle me voyait là, elle s'arracherait les cheveux je crois. Sauver le monde, elle peut l'accepter mais que je passe mon temps loin d'elle, cela elle l'a jamais compris... »
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
avatar
MESSAGES : 188
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1510-liam-what-doesn-t-kill
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Dim 14 Mai - 18:21
Offline.
Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward


« A un moment ou l'autre ils vont plus avoir de place pour les stocker. » - Ça se brûle, les corps. Y'a qu'à stocker des poches. - Avais-je dis distraitement. Après tout il valait mieux les brûler pour éviter une quelconque propagation secondaire du virus. Même si je supposais qu'il fallait aussi les étudier, dans un espace hermétique... Enfin pour ce que j'en savais moi. - « Tu y es resté longtemps là-bas ? » - Je posais mon regard sur lui, le scrutant sans rien laisser filtrer. Je n'aimais pas parler de mon temps là-bas, parce que ça me ramenait à cette sale période et je n'aimais pas, cette sale période.

« Ma femme si elle me voyait là, elle s'arracherait les cheveux je crois. Sauver le monde, elle peut l'accepter mais que je passe mon temps loin d'elle, cela elle l'a jamais compris... » - C'est souvent le cas, oui. - Surtout quand on ne leur dit pas tout. Après tout elles connaissent l'aspect officiel du boulot: dangereux, nécessaire. Sauver le monde, ou au moins quelques uns. Elles savaient ça, elles ou ils d'ailleurs, mais les détails un peu sale? Si ma délicatesse était limitée au fait que j'en avais pas grand chose à foutre, je préférais tout de même garder ces détails pour moi. Parce que je savais que si je faisais ce job et pas un autre, c'est parce que moi au moins je pouvais encaisser.

Je me redressais pour tendre le cou et observer le dernier cadavre disparaitre à l'angle d'une bâche en plastique. Je soupirais. - Ça fait deux en tout juste trente minutes. Ce serait quand même con que le SHIELD soit vaincu par une maladie. - Je croisais les bras. - Enfin, une vrai maladie. - Oui parce qu'en terme de virus, Hydra se posait là. Je jetais un œil à mon téléphone pour vérifier l'heure. Il serait bientôt temps pour moi de rentrer à ma chambre d’hôtel pour cuver mon whisky du soir. Pas que j'ai réellement besoin de dormir, mais j'étais pas payé pour rester ici H24 non plus. Il me restait plus qu'à tuer le temps plutôt que des gens, c'était déjà ça. Enfin sauf si un problème survenait.

Et ta femme, elle sait que t'es là? Enfin, que t'es malade? - Comme je disais, tuer le temps. Après tout s'il allait crever ici, sa femme devait être informée, non? Pas comme si j'avais quelqu'un à prévenir moi, même si techniquement, de toute façon, j'étais pas malade. J'avais qu'à sortir d'ici pour purger le virus encore restant et je redevenais sain à peine passé le portique de sécurité. C'était simple pour moi, même si j'étais loin de comprendre comment tout ça marchait réellement. Ce que je savais, c'est qu'on me disait chanceux... Mon cul ouais.
Je croisais les bras avant de m'adosser à nouveau au lit. - Quelqu'un l'a prévenu ou tu préfères rien lui dire?
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 516
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2658-the-clock-is-ticking
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Dim 14 Mai - 20:10
Offline
plague the disease /Liam

- Ça se brûle, les corps. Y'a qu'à stocker des poches. - « Comme des livres de poche ? »
Déconcerté par sa réponse même distraite alors que je n'avais pas réellement compris pourquoi il parlait de stocker des poches. Ce que je ne comprenais pas. Et ce n'était pas parce que je n'étais pas intelligent alors que la réponse semblerait absurde. Non, j'étais juste totalement étonné par ce qu'il venait de dire comme s'il paraissait difficile d'établir des connexions logiques avec ce qu'il disait. Ce qui n'était pas totalement logique alors que l'homme était distrait. Mais il n'était pas seulement distrait alors qu'il était certain que l'agent s'ennuyait. Liam s'ennuyait visiblement. Tentant pas moins de faire la conversation pour obtenir des informations sur ce qui se passait mais aussi sur les anciens membres de l'équipe. Non pas que j'avançais réellement pour obtenir des informations qui pourraient être utiles à HYDRA. Ce que je devrais pourtant faire alors que c'était ce qui était censé sauvé ma peau. Ce que j'étais censé faire alors que j'étais censé justement suivre la procédure. N'en venant qu'à reprendre la parole alors que je n'en venais qu'à lui demander combien de temps il était resté là-bas, ayant deviné qu'il était un soldat comme l'était Chris Jackson. Une question qu'il évita. Un passé douloureux visiblement. Un passé dans lequel je pourrai creuser alors qu'avec certains efforts je pourrai en savoir plus sur lui. Pas tant pour le cerner, que pour trouver des failles. Des informations que j'apprenais sur les autres que j'usais toujours comme levier, m'infiltrant dans les failles, appuyant là où cela faisait mal et profitant de la confusion pour accomplir la mission.


Ne répliquant toutefois pas sur le compte de la femme de Chris Jackson alors que je faisais attention à chacun des mots qui étaient prononcés. Prenant garde alors que je jouais à un jeu dangereux. Un jeu auquel j'étais doué, y prenant sans aucun doute du plaisir alors qu'il m'était facile de glisser d'un personnage à l'autre. Bien plus facile de glisser d'un personnage à l'autre ou de faire semblant que d'être moi-même. A vrai dire je n'avais sans doute jamais été réellement moi-même hormis avec Thomas, Lily et Skye. Hormis dans ces rares moments. Quoiqu'avec Skye, il y avait toujours eu une part de mensonge. Sinon il y avait toujours autour des mensonges, des faux semblants. Etant autant une arme qu'un espion, qu'un menteur. Ce que je n'étais pas moins alors que j'étais réellement un menteur. Secouant pas moins la tête alors que j'en venais à reporter mon attention sur l'agent qui se trouvait en face de moi.
- Ça fait deux en tout juste trente minutes. Ce serait quand même con que le SHIELD soit vaincu par une maladie. Enfin, une vrai maladie. - « Ironique je dirai plus. » Pas moins amusé dans le fond alors que c'était vraiment le cas et cela d'autant que le SHIELD continuait de faire face à HYDRA. HYDRA qui était toujours implanté dans leurs rangs. Mais pas moins il était quasiment autant possible que le SHIELD soit défait à cause de ce virus. Ce qui serait oui, non pas con mais totalement ironique.

- Et ta femme, elle sait que t'es là ? Enfin, que t'es malade ? Quelqu'un l'a prévenu ou tu préfères rien lui dire ? - Prenant pas moins mon temps pour répondre, agissant normalement alors que c'était pourtant en le regardant que j'en venais à le regarder, répondant à sa question. « Officiellement nous sommes mariés, officieusement en voie de divorce. Donc non je ne veux pas qu'elle soit mise au courant, je ne veux pas qu'on la prévienne. Pas après ce que je lui ai fait... » Détournant la tête alors que je reprenais pas moins la parole, plus gravement. « Est-ce que tu penses qu'ils ont de l'alcool ici ?... J'ai besoin d'un verre... » Comme un sujet délicat à aborder alors que pas moins la vie de Chris Jackson était foutue, autant dommagée que la mienne. Et autant que moi il était responsable de ses actions. Reprenant la parole pas moins d'un ton grave. « Est-ce que tu as une femme ? des enfants ? ... non tu ne dois pas être marié. Alors est-ce que tu as déjà fait quelque chose que tu regrettes Liam ? quelque chose dont on ne peut faire abstraction ? »
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
avatar
MESSAGES : 188
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. • hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1510-liam-what-doesn-t-kill
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Jeu 1 Juin - 2:00
Offline.
Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward Grant Ward


Je haussais les épaules à ses explications sur sa future ex-femme. Je pouvais comprendre ses raisons. De toute façon je comptais pas m'emmerder à lui téléphoner moi-même alors il pouvait bien faire ce qu'il voulait, c'était pas mon problème. - « Est-ce que tu penses qu'ils ont de l'alcool ici ?... J'ai besoin d'un verre... » - Et je soupirais. - Ouais. - Je sortais de ma poche une flasque et me rapprochais de la tablette où le verre d'eau tronait. Sans la moindre considération je vidais ce qui restait d'eau dans la carafe et versais dans le verre une dose de liquide ambré. Saint whisky. - Santé. - Avais-je lâché avant de me rendre compte de la connerie que je venais de dire, avant de ne pas m'excuser parce que c'était drôle en fait. Je buvais une rasade et refermais la fiole comme l'ivrogne que j'étais. Si ça n'était pas pour les nanites, je serais certainement une épave. Mais si je n'avais pas mes nanites, ça voudrait dire que je n'aurais jamais perdu mes jambes et donc aucune raison de boire. Je bloquais un instant sur la bâche en plastique plus loin et buvais une nouvelle gorgée avant de définitivement ranger la flasque. Définitivement jusqu'à rentrer chez moi. Quoi que j'avais le reste de la bouteille chez moi...

« Est-ce que tu as une femme ? des enfants ? ... non tu ne dois pas être marié. Alors est-ce que tu as déjà fait quelque chose que tu regrettes Liam ? quelque chose dont on ne peut faire abstraction ? » - Je me retournais pour l'observer. Le fixer voire le jauger serait même plus exact mais ne jouons pas sur les mots. - Je te trouve bien curieux, le mourant. T'as conscience que c'est pas parce que tu vas probablement crever dans les jours qui viennent que je vais te déballer toute ma vie, hein? - On avait dépassé le stade où je m'ennuyais et déboulé dans le stade où toutes ces questions avaient eu raison de ma patience. Et vous pouvez demander à n'importe qui, je n'ai pas de patience. J'avais déjà épuisé ma tolérance à toutes ces conneries en restant là. - J'aime pas les petits curieux, et encore moins toutes ces questions. Vis avec. - Je commençais déjà à m'éloigner en ajoutant... - Ou meurt avec, rien à foutre. Je juge pas. - Et je le quittais sans me retourner.

Je passais les dernières rangées de lits pour me diriger vers la barrière de sécurité avec les douches de décontamination et m'étais délesté des vêtements qu'on m'avait filé pour passer rapidement sous la douche. J'étais protégé, oui, mais le virus pouvait très bien se trouver sur moi, ou dans mes vêtements ou mes cheveux. C'était une précaution de sécurité que je pouvais bien supporter. Et puis le temps que je finisse, les nanites avaient pu éliminer les dernières traces du virus dans mon système et je n'avais qu'à sortir par la grande porte comme si de rien n'était, mes vêtements sur le dos, jusque là stockés dans un casier. J'avais bien lavé ma flasque, conscient du risque mais aussi conscient qu'il y avait tout de même peu de chance de répandre le virus de cette façon. Même si le liquide était infecté, une fois dans mon estomac les nanites le purifiaient alors je ne me retenais pas. Et si ça pouvait aider, je comptais bien désinfecter tout ça avec le reste de la bouteille que j'avais laissé dans ma chambre d’hôtel. On est jamais trop prudent, right?
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 516
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2658-the-clock-is-ticking
MessageSujet: Re: Offline [Liam]   Jeu 1 Juin - 18:46
Offline
plague the disease /Liam

- Ouais. - D'apparence innocent alors qu'il ne semblait juste rien avoir à faire des règles et des avis des autres. Si je m'attendais à ce qu'il refuse de me donner de l'alcool, on ne put toutefois dire que j'étais surpris qu'il sorte une flasque de la poche de sa veste. Nullement surpris alors que c'était tantôt une possibilité. Celle-ci et celle qu'il aille attraper une bouteille d'alcool. Dans un sens ce n'était pas étonnant alors qu'autant qu'il était un soldat accoutumé à suivre les ordres, l'on ne pouvait que distinguer en lui une certaine nonchalance. Comme si dans le fond ce qui se passait autour ne lui importait peu alors qu'il semblait toujours être en train de s'ennuyer. Regardant le liquide changeait d'état. Non plus de l'eau. Remplacé au-delà par une couleur d'alcool, de whisky. Attrapant mon verre qui miroita un instant entre mes doigts. - Santé. - Ne le contredisant pas alors que je me contentais d'avaler une gorgée de liquide. Dans un sens je ne comptais pas mourir et espérer bien sortir de là vivant. Ce que je faisais toujours. Une certitude que je comptais juste confirmer.

N'entamant que la conversation alors que j'en venais à lui poser plusieurs questions. Dans un sens je doutais qu'il me réponde mais cela valait toujours le coup. Et autant qu'il me jaugeait du regard, je l'observais. - Je te trouve bien curieux, le mourant. T'as conscience que c'est pas parce que tu vas probablement crever dans les jours qui viennent que je vais te déballer toute ma vie, hein? - Je manquais d'esquisser un sourire alors qu'il commençait à s'énerver, me recommandant de chercher plus dans son passé. Il était certain que la partie submergée de l'iceberg se promettait d'être intéressante. - J'aime pas les petits curieux, et encore moins toutes ces questions. Vis avec. - Il commença à s'éloigner. - Ou meurt avec, rien à foutre. Je juge pas. - Me contentant de le regarder alors qu'il s'en allait, restant un instant là avant de masser mes poignets, cogitant silencieusement sur le futur.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Offline [Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Liam L. Gibbs [ Terminé ! ]
» Liam comme dans...Liam !
» (M/LIBRE) LIAM PAYNE.
» Ultimatum [PV Noëliam ; Nessa]
» LIAM SHARP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps terminés-