Partagez | .
 

 Ellenoa | Just another freaking day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur


Avec Ellen Morgan


Just another freaking day
Huit heures du matin, le métro New Yorkais… du moins ce qu'il en restait. La rame était fermée pour les raisons évidentes d'une grosse créature qui s'était amusée à ouvrir une des voitures comme s'il s'agissait d'une simple boite de conserve, la bête dans le rôle de l'ouvre-boite. L'insigne qui lui pendait autour du cou, Kanoa observait la carcasse carbonisée à moitié enfoncée dans le sol. Il allait y avoir du boulot pour la retirer de là, encore le contribuable qui allait voir ses impôts augmenter. Il passa une main sur son crâne lisse, se demandant s'il allait un jour ne pas être étonné par ce genre d'évènement dans cette ville. Il faudra bien vite agrandir l'équipe qu'il dirigeait tant les cas de meta-humain se multipliait de jour en jour. "Bon, est-ce que le légiste va arriver ? J'aimerais avoir son avis sur ce… cette chose." Lança-t-il à l'attention des simples agents présents ici avant de partir en direction du cordon de sécurité qui interdisait l'accès au simple quidam. La station était anormalement vide pour l'heure, l'endroit grouillant habituellement des travailleurs se rendant à leur boulot. A croire que cette histoire en avait effrayé plus d'un qui préférait prendre le taxi pour les prochaines semaines. Le lieutenant fut interpelé par une voix qui, si elle possédait un timbre fort agréable, n'en était pas moins une douleur pour ses oreilles. Les honnêtes citoyens étaient partit ailleurs, mais eux, ils étaient toujours fidèles au poste. Il se tourna pour tomber nez à nez avec un micro qui lui cogna presque le visage, ainsi que l'objectif de la camera qui la regardait de son œil de cyclope.

"Je n'ai aucun commentaire à faire, vous aurez tout en temps et en heure… maintenant, reculez et laissez-nous faire notre travail." Il pouvait se montrer comme l'homme le plus gentil possible, mais les défenseurs de l'information, comme ils aimaient le proclamer avait toujours eu une tendance à l'exaspérer, encore plus depuis qu'il était policer et que par plus d'une fois, ils avaient compromis une enquête en divulguant trop d'information à l'antenne. Et c'était une fois encore ce genre de réclamation qui lui parvint alors qu'il retournait à sa destination première. Comme quoi le peuple avait le droit de savoir et qu'il ne fallait rien lui cacher. Mais qu'est-ce qui leur faisait penser que l'agent de la toute jeune HPU avait la moindre idée de ce qu'il se passait ici ? Quand bien même il voudrait leur dire, il n'en savait pas plus. "Lieutenant, voici les cafés que vous avez demandez." Le petit nouveau, un peu maladroit mais plein de bonnes intentions, était pour le moment préposé au café et à d'autres petites tâches qu'on refilait presque comme bizutage. Il le remercia et lui demanda de s'occuper des journalistes toujours aussi insistants, ça lui apprendra les joies du métier. Les boissons chaudes en main, il approcha de l'agent Morgan, une recrue qui avait rejoint l'HPU à ses débuts et qui avait cette particularité d'être elle-même une mutante. Il y a quelques années, Kanoa ne l'aurait pas vue d'un très bon œil mais les évènements ayant changé l'homme, il s'était pris de sympathie pour la jeune femme et surtout, ses problèmes personnels le touchaient malgré lui. La perte de sa famille avait été un choc et ça se ressentait encore à présent dans le moindre de ses gestes. Aussi, le lieutenant l'avait pris sous son aile, s'était juré de lui faire oublier, non pas sa famille perdue, mais bien la peine qui en découlait. "Café ?" lui proposa-t-il en tendant l'un des deux gobelets. Il but une gorgée du sien avant de se tourner une nouvelle fois vers le corps. "Alors, ton avis d'experte, une mutation qui a mal tourné ou on a un nouveau Frankenstein en ville ?"



Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 846
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
Se lever, être un minimum présentable pour la société, aller travailler. C'est ce qu'elle faisait depuis des mois, c'est le train-train quotidien qu'elle s'était imposé depuis la disparition de son mari et de sa fille. Une boucle qui la bouffait de plus en plus, autant que son don probablement qu'elle ne parvenait pas à maîtriser totalement. Seulement, depuis quelque temps, c'est autre chose qui la tracassait, qui lui faisait presque oublier qu'elle était dans une trame de métro pour élucider la présence d'un corps étranger. Son esprit tournait en boucle sur un grand brun au visage connu de tous: Isaak Lensherr. Elle n'avait révélé à personne qu'il avait posé son cul sur son canapé et encore moins qu'ils avaient discutés ensemble. Ça la tracassait parce qu'elle ne pouvait s'empêcher de se dire que contrôler son don serait une option qui rendrait sa vie plus facile et dans l'autre sens, elle était une femme d'honneur et trahir son unité n'était pas ce qui l'enchantait le plus. L'inconvénient aurait dû prendre le dessus sur l'avantage, elle aurait dû refuser et même lui foutre une balle dans le crâne. C'était l'ordre qu'il avait eu de la haute hiérarchie de l'HPU après tout. Elle aurait dû oui, mais depuis qu'elle était seule, elle se sentait changée, son égoïsme se développant au fur et à mesure des semaines, des mois. Elle se préoccupait des autres, toujours, mais qui se préoccupait d'elle finalement? La vie ne semblait pas lui rendre le bien qu'elle tentait de faire autour d'elle au point où elle se demandait si elle ne devait pas se contenter de vivre pour elle-même finalement. Alors oui, Isaak s'en était allé sans aucune blessure et de son côté, Ellen ne faisait qu'y penser, pourtant toujours prise par son côté généreux et altruiste qui l'empêchait clairement de basculer du mauvais côté.

C'est en croisant le regard de son patron sous sa question qu'elle sortait presque de ses pensées. Qui se préoccupait d'elle? Lui? En quelque sorte, on pouvait dire ça comme ça. Si entre eux, ce n'était rien d'autres qu'une relation patron/employée, elle ne pouvait pas nier non plus qu'il avait des attentions particulières à son écart depuis qu'elle avait perdu sa famille. Comme ce café par exemple, qu'elle acceptait dans un sourire et dans un simple merci. Elle se souvenait aussi de la fois où il n'avait pas réussi à lui imposer des vacances parce que le boulot s'était ce qui la tenait le plus en vie mais où son planning avait été alléger et remodeler pour qu'elle puisse s'en sortir avec les obsèques, son déménagement et tout le reste. Clairement, elle ne pouvait pas se plaindre de son patron, c'était clair. « A vrai dire, les deux sont possibles. » Elle n'avait pas d'avis particulier, pas encore. Malheureusement son don ne fonctionnait que lorsque les propriétaires des dons qu'elle volait étaient encore en vie. Elle aurait pu lui répondre si c'était le cas de la victime mais visiblement, on reste pas longtemps en pleine forme quand on fait office de viande sur un barbecue de sable. Une gorgée de café plus tard et munie de gants, elle ouvrait la gueule du monstre et fronçait un peu les sourcils. Elle n'était pas experte mais c'était clairement pas une dentition humaine ça. « Mâchoire de félins peut-être. » Se redressant, elle ponctuait sa phrase d'une interrogation. « Si c'est un mutant, je ne pense pas qu'il soit un polymorphe animal. Il aurait pas gardé une silhouette d'homme. » Il n'avait clairement pas la musculature d'un félin. Mi-homme, mi félin peut-être.

Sans vraiment attendre, elle s'approchait de la trame où des traces de griffes étaient indéniables mais encore une fois, les personnes capables de se transformer en animaux le font totalement. Il y avait quelque chose d'illogique dans tout ça. « Force surhumaine pour faire ça, c'est certain. Je connais que ton bras qui peut faire ça. » ou Isaak mais encore une fois, elle ne voulait pas y penser, pas maintenant. Munie d'un sachet plastique, elle saisissait avec ses gants une touffe de poils prise entre le métal et une vitre cassée. Elle ne demandait pas l'avis de Kanoa. Ça pouvait être simplement des cheveux, ou autre chose, tout était bon à prendre dans ce genre d'enquête. Finissant son café, elle glissait le gobelet vide dans une poubelle avant de grimper sur la rame renversée, brisant davantage une vitre pour se faufiler à l'intérieur, prenant la précaution de ne pas se couper. « Quiconque craint la vue du sang, je vous déconseille de rentrer là-dedans. » Il y en avait partout, une véritable boucherie et elle ne savait pas trop par où commencer. De là où elle était, elle pouvait clairement voir l'impact frontal qui avait stoppé la rame et, se parlant à elle-même, elle murmurait quelques mots. « J'aurais pas aimé être là. » En revanche, elle aurait peut-être dû fouiller dans les dossiers de l'HPU pour trouver un mutant capable de lire dans l'histoire des objets, lui piquer son pouvoir et venir ici. Pour sûr que ça aurait été bien plus simple...
Revenir en haut Aller en bas


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur


Avec Ellen Morgan


Just another freaking day
Kanoa écoutait l'avis que sa collègue et néanmoins subalterne prononçait. Son statut d'experte, du point de vue du manchot, ne se justifiait que par deux choses, la première était son pouvoir qui lui permettait d'avoir testé, bien souvent malgré elle, les possibles mutations de ses congénères, la seconde est que Kanoa était tout SAUF un expert dans le domaine, il en était même un novice il y a de cela quelques mois avant d'avoir la charge de l'HPU. Son expertise se limitait à ce dangereux militaire qui lui avait couté un bras… littéralement. Il se caressait le menton en essayant de ne pas prêter attention au pauvre agent qui se faisait à présent marteler de questions par les curieux en bruit de fond. Il profita de l'ouverture de la gueule du monstre pour l'observer d'avantage, c'était quelque chose qu'il n'avait jamais vu jusqu'à présent. Certes, il avait entendu parler de créatures monstrueuses et de mister Hide parcourant les rues après avoir pris le dessus sur leur docteur Jeckyll mais ici, ça ne ressemblait à rien de bien concret. "Je présume qu'on peut aussi enlever l'hypothèse de l'alter-ego incontrôlables. D'après les différents rapports sur les améliorés, ils reprennent tous leur formes initiales une fois sombré dans l'inconscience. Et je pense que dans son état, on peut dire qu'elle est inconsciente… et je refuse de penser que c'est un état initiale de quelque chose." Par le terme amélioré, il faisait autant référence aux mutants qu'à toute personne possédant des pouvoirs, comme lui par exemple. C'était une façon plus polie que les termes réducteurs qu'on pouvait entendre à tout bout de champ quand on parlait d'eux.

Une gorgée de café plus tard, il approcha aussi de la rame de métro, laissant la voie libre à sa cadette pour récupérer des preuves. Il attrapa un des bouts de métal qui dépassait de la carcasse qui servait de moyen de transport avec son bras holographique et augmenta la densité de ce dernier pour tester la résistance du métal. "Peu importe ce que c'est que cette chose, mais même mon bras n'aurait pas gagné un bras de faire contre elle." En effet, l'ancien militaire pouvait faire preuve d'une force au-dessus de la moyenne grâce à la technologie qui lui servait de membre mais pour faire de tels dégâts, même lui devrait chercher dans ses ressources cachées. Il relâcha la pression pour libérer la barre qui à présent portait les marques de ses doigts. Il ne portait pas de gants à sa main droite, aucun besoin puisqu'il n'avait aucune empreinte, il y avait donc peu de chance de contaminer la zone. Voyant que Ellen voulait jouer Dora, c’est-à-dire explorer l'intérieur, il l'aida malgré tout à grimper avant d'observer le toit du tunnel et imaginant, au bruit du verre qui retombait à l'intérieur, l'écart par lequel il devait passer s'il voulait la rejoindre… No way. N'allez pas dire que Kanoa est gros, mais force était de constater qu'il était plus large que la frêle Ellen. "Hey, toi !" il s'adressa à l'un des agents, pas un de ceux de son équipe mais bien un des aides qui faisait juste la sale besogne en renfort, en l'occurrence, celui–ci avait un appareil photo. "Tu as pris les photos de la rame de métro ?" Un simple mouvement de la tête, presque comparable à un hoquet, fut la seule réponse qu'il obtint et prit pour un oui. "Bien alors tiens-moi ça." Il lui refila le gobelet de café encore à moitié plein avant de s'approcher d'une paroi assez lisse. Il tapota dessus à divers endroit jusqu'à trouver une zone plus fragile. Il planta son bras au travers, et par au travers, c'était en le rendant intangible le temps qu'il se retrouve de l'autre côté. Puis, il le durcit à son maximum. "Agent Morgan, je vous conseille de vous écarter." Retirant son bras d'un coup, la plaque de métal s'arracha du reste pour retomber à ses pieds. Il pénétra à son tour dans cette prison de fer pour observer les dégâts. Il n'y avait pas que la vue du sang séché qui pouvait donner des haut-le-cœur au plus fragile mais l'odeur qui l'accompagnait, à croire que quelqu'un en avait profité pour rendre son quatre heures. Il sortit la petite lampe – du moins, elle semblait petite dans sa main – et éclaira le moindre recoin pour trouver des indices, n'importe quoi. Par endroit, il y avait des trous laissant passer la lumière et qui devait correspondre aux griffes de la bête. Il s'approcha de ce qui devait être, dans un premier temps, des sièges pour les soulever et découvrir une personne décédée. "Putain de métier." Lança-t-il à demi voix. S'il y a bien des choses qu'il détestait dans son boulot, c'était de devoir sortir les sacs mortuaires. Kanoa se rapprocha alors de l'autre personne présente dans le bus et capable de respirer. "Bon, on a deux questions sur les bras, la première, c'est qu'est-ce que je regarde…" En suivant son regard, on pouvait découvrir la carcasse brûlée à moitié dans le sol. "… et qu'est ce qui a bien pu la mettre dans un état pareil ?" Il ne fallait pas se leurrer, si quelqu'un avait réussi à l'arrêter, il fallait sans doute que cette personne possède également des pouvoirs. "Tu sais si tous les occupants du métro sont venu faire leur déposition ?"



Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 846
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
Malheureusement, et contrairement au souhait de son patron, ils allaient devoir se faire à l'idée que cette chose brûlée était réelle et non seulement elle était réelle mais en plus, elle semblait être née ainsi. Comme le disait si bien Kanoa, c'était son état initial. Elle ne voyait pas comment cela pouvait être possible autrement. Certes, c'était clairement un mélange de bien des espèces, on ne pouvait pas mettre un nom sur cette chose mi homme mi félin mais on ne pouvait pas nier qu'il était bien là sous leurs yeux, qu'il avait fait de nombreux dégâts, des victimes. Quelqu'un avait joué au docteur et avait rendu réel le monstre de Frankenstein... sûrement en pire. A en croire les dégâts et les dires des témoignages, si personne ne l'avait enfermé dans le sol et brûlé, pour sûr qu'il aurait tué tout le monde. Tel un chat contre une souris, il avait joué avec son futur dîner, se nourrissant de leurs peurs, de leurs cris et de l'odeur de sang. Écoutant Turner d'une oreille, elle relevait des preuves qui pouvait éventuellement appartenir à la bête, de quoi trouver de l'ADN pour déterminer réellement son statut et de quoi cette chose était faite. Bientôt, elle délestait tout ça, s'introduisant dans la carcasse de métal. L'odeur était nauséabonde et il était triste de constater que l'agent Morgan y était habituée. Elle ne rechignait pas à avancer, éclairant ici et là des endroits à la recherche d'un quelconque indice qui pourrait les aider à comprendre et connaître les raisons de cette situation dramatique. La logique humaine d'Ellen ne lui permettait pas de mettre les pièces du puzzle ensemble. Il était mi homme mi félin, selon Kanoa il avait une force bien supérieure à la sienne - alors qu'il était lui-même doté d'une force supérieure à la moyenne -, selon les témoignages, il ne s'exprimait que par des grognements et non des mots et en plus il se déplaçait vite.

« On pourra pas répondre à la première question, c'est pas notre domaine. » C'était évident aux yeux d'Ellen que leurs compétences en tant qu'agents de terrain étaient limitées, surtout dans ce genre de situation où la chose est totalement cramée et impossible à identifier par des empreintes. « Le laboratoire d'analyse et le médecin légiste nous en diront sûrement plus dans quelques jours. » La mâchoire naturellement intacte du monstre allait parler et si jamais il y avait de l'ADN d'humain ou de mutant, les dossiers de la police allaient parler pour avoir une identité. Secouant la tête pour répondre à sa question, elle fournissait néanmoins quelques mots. « Malheureusement ça aussi on va être incapable de le déterminer. Trop de monde, les caméras coupées à cause de l'impact, une évacuation rapide. Quelqu'un peut très bien se faufiler dans une foule sans jamais se faire connaître du public. » Haussant les épaules, elle ajoutait quelques mots. « Quoi qu'il en soit, je n'ai croisé aucun mutant capable d'ensevelir quelque chose et/ou de créer des flammes. » D'autant plus que la concernant, elle était incapable pour le moment de voler les pouvoirs d'un amélioré et donc incapable de déterminer si elle en avait un en face d'elle pendant une déposition ou non.

Avançant davantage dans la rame, elle arrivait rapidement au bout. Le museau du véhicule était complètement enfoncé et elle ne pouvait cacher sa surprise face à cela. Ce n'était même plus de la force surhumaine à ce niveau-là, c'était extraterrestre, venu d'ailleurs. « Quand je vois ça, j'espère que cette bestiole était la seule de son espèce et incapable de se reproduire. » Le choc de l'impact avait été tellement violent qu'elle se demandait comment les gens avaient survécu. De la chance, beaucoup de chance très certainement. « On devrait visionner les dernières images avant que les caméras ne soient coupées. Peut-être qu'elles ont filmés la bête se déplaçant sur les voies. » Après tout, elle avait arrêté une rame, c'est qu'elle était bien là avant que la dite rame arrive, n'est-ce pas? Montant sur le tableau de bord de la rame, elle sortait par le pare-brise brisé et éclairait l'avant du véhicule. La marque que la bête avait laissé était impressionnante. On voyait clairement qu'il l'avait arrêté de face, la distinction de ses formes était nette. C'était flippant. Mais pas assez pour repousser Ellen et éviter qu'elle ne fasse son travail. « Tu peux m'aider s'il te plait? Il faut qu'on récupère ça. » Ça. Une griffe plantée et restée assez haut dans la carrosserie. Ellen avait beau être grande, elle était incapable de l'atteindre et attendait de son patron qu'il lui fasse la courte échelle ou qu'il étende son bras pour récupérer l'indice, à lui de voir.
Revenir en haut Aller en bas


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur


Avec Ellen Morgan


Just another freaking day
"Un super-héros qui cacherait son identité au grand public ? Ce serait nouveau." Même si on pouvait y trouver une certaine ironie dans sa voix, Kanoa ne le disait pas méchamment ou, au pire, c'était dit méchamment envers lui-même d'avoir posé une question qui trouvait cette réponse si évidente. N'étant pas lui-même un coutumier du masque, il oubliait parfois que certains héros se cachaient le visage pour ne pas être reconnu, comme le diable de Hell's Kitchen qui faisait les faits divers de certains canards à sensation. Il comprenait bien le besoin que certains avaient de protéger leurs proches tout en allant botter des culs, il ferrait certainement pareil s'il avait des proches assez près que pour être menacé. Il ne lui restait plus que sa mère qui vivait sur une île loin du continent, il faudrait être très déterminé pour faire le voyage afin d'atteindre le Haïtien. Se servant de sa lampe, qu'il coinça dans la sangle sur l'épaule prévue à cet effet, il éclairait le moindre siège à la recherche de quelques choses de plus pertinents que les traces de sangs. "Tout porte à croire que la bestiole n'a pas réussi à rentrer dans la rame, il y a principalement des blessures dues au choc, pas à ses griffes, ou ses crocs." C'était une façon de voir le verre à moitié rempli plutôt qu'à moitié vide, cette scène aurait pu être pire et avec beaucoup plus de victime. Il se pencha vers l'une des personnes décédées suite à l'accident – bien que l'on devrait parler de collision, l'accident laissant entendre que personne n'était à blâmer – et lui ferma les yeux, un peu de respect dans ce monde de brute. Intérieurement, il lui adressa une petite prière. Il n'était pas vraiment croyant, disons pas plus que la moyenne et il ignorait si la personne inanimée devant lui l'était mais dans le doute de le faire rejoindre un monde meilleur, il s'exécuta.

Ellen sortit du véhicule par le pare-brise, encore un interstice bien trop étroit pour permettre au lieutenant de s'y faufiler. Si l'ambiance était un peu plus joyeuse, il se permettrait de lui faire remarquer mais préféra faire machine arrière pour sortir par le trou précédemment fait par ses soins et de contourner la rame pour rejoindre sa subordonnée. L'état du nez de l'appareil n'avait rien à envié à celui d'un boxeur après un match de 15 rounds et, à l'instar des cartoons de son enfance, on pouvait presque deviner la forme de l'animal imprimée dans la tôle. Définitivement plus puissant que son bras. Il regarda le sol devant lui, devant la rame. "Elle n'a même pas bougé suite à l'impact." Sa déduction se faisait suite au fait qu'aucune trace de griffes ne se trouvait par terre au lieu de l'impact, visiblement, un bon appui avait suffi à stopper net l'engin. "Je préfère ne même pas penser à ce qu'une seconde pourrait faire si elle était lâchée en plein Central Park." Dit-il pour répondre à la phrase d'Ellen. Puis il se contenta d'acquiescer, autant pour les cameras que pour l'aide qu'il pouvait lui apporter. Il approcha de la rame, juste en-dessous de la griffe qu'elle avait remarquée et son bras se mit à se brouiller, l'hologramme se changeant petit à petit pour lui offrir une plate-forme un peu plus grande, et donc un peu plus stable, que sa propre main. "Je t'en prie." L'invita-t-il s'abaissant légèrement pour lui permettre de monter sur lui.

Il la laissa ramasser le morceau de la bestiole puis l'aida à descendre avant de redonner à son bras une forme plus classique. Il observa le bel engin en passant sa main sur la partie coupante, l'holographique bien sûr. Bien qu'il n'y avait aucun risque et que les sensations de ce bras virtuel était différente qu'un vrai bras, il pouvait dire que c'était aussi coupant qu'un rasoir. "Tu ferais bien d'apporter ça au labo." Comprendre par-là de le donner à un sous-fifre pour qu'il fasse ce boulot à la place. "…Et en faisant bien attention." Puis il se saisit de son téléphone et composa un numéro, celui du poste de police. "Ici le lieutenant Turner, est-ce que vous pouvez demander à Bobby de regarder les images des caméras de surveillance du métro, voir s'il y a quelque chose de suspect ? Merci. Dites-lui de me rappeler s'il trouve quelque chose." Il raccrocha et se tourna vers sa collègue brune. "S'il trouve un truc, le mérite sera pour toi." Puis, son attention se dirigea vers le tunnel assombrit par le manque de lumière, sans doute détruite par l'animal. "Ça te dirait un petit tour là-bas ?" Cette créature devait bien venir de quelque part et il y avait fort à parier que c'était dans ce coin. Au moins, vu la destruction qu'elle laissait sur son passage, le jeu de piste ne serait pas trop difficile.



Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 846
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
« Nouveau mais pas étonnant non plus. » Il suffisait de regarder les informations, les dérapages fréquents, les manifestations anti mutante et anti HPU. Ils étaient la raison vivante pour que certains mutants refusent de montrer leur visage. Ne pas être recensé, par principe, par révolte, par équité. Peu importe, les raisons ont toujours été nombreuses pour qu'un mutant ne se montre pas en plein jour. Quand elle avait découvert ses pouvoirs, la médiatisation fut si puissante qu'elle comprenait aussi cette envie de vie privée, de ne pas être jugé pour qui on était. Encore aujourd'hui, certains s'écartaient de son chemin, d'autant plus quand elle avait l'uniforme de son travail. Le public était au courant de son pouvoir puissant, de ses capacités à absorber les pouvoirs des autres mutants et forcément, ça en effrayait plus d'un. Nullement besoin de test pour savoir s'il y a un gêne X quand Ellen était dans les parages. Quoi qu'il en soit, elle ne serait pas étonnée que des mutants se cachent pendant leurs exploits ou leurs mésaventures, allez savoir.

Le sifflet d'Ellen était vite coupé lorsqu'elle se retrouvait face à la rame, probablement là où se tenait la bête avant de vouloir arrêter la rame. La marque laissée par cette dernière était impressionnante et la jeune femme peinait à croire qu'il était humainement possible de faire une telle chose. Cette bestiole ne pouvait pas être mutante ou c'est vraiment qu'elle s'approchait d'un dénommé Hulk mais même là, comme Kanoa l'avait fait remarqué, elle doutait que Hulk lui-même aurait gardé sa place initiale en stoppant une rame à pleine vitesse. Sans se faire prier et en le remerciant, elle montait sur la plateforme holographique que lui offrait généreusement son patron. Elle prenait soin de ne pas trop se frotter à la carrosserie abîmée, on ne sait jamais, il pouvait encore y avoir des indices dessus. La griffe récupérée, elle la maintenait fermement dans un mouchoir pour ne pas y laisser de trace et pour ne pas la perdre non plus. Pendant que son patron examinait le reste de la bête, elle prenait soin de sortir un sac afin d’accueillir la griffe quand Kanoa aurait fini ses conclusions. Quand ce fut chose faite, elle confiait la preuve à un jeune du service comme Brawler lui avait demandé avant de le rejoindre. « Ça sera un vrai coup de bol dans ce cas. » Parce qu'elle doutait qu'il puisse trouver quoi que ce soit d'autres que les images d'une bête qui arrive et qui arrête une rame.

« Je crois qu'on a pas trop le choix. » Armée de sa lampe de poche et surtout de son arme de service, chargé et sécurisé dans son étui, elle avançait dans la rame sombre. Les traces de griffes sur les murs étaient heureusement facilement repérable. Elle se stoppait à certains moments, comme si la bête s'était immobilisée, de peur ou de fatigue, allez savoir, avant de reprendre un ou deux mètres plus loin. « Elle peut venir de très loin, c'est là le plus gros problème. » Un petit kilomètre plus loin, ils tournaient enfin dans une embouchure du métro, plus étroite, jamais emprunté par les rames, ou plus en tout cas. C'était une ligne qui avait été coupée et qui n'était plus utilisée depuis des années. Plus ils avançaient, plus des os et des morceaux de cadavres d'animaux jonchaient le sol repeint de rouge. Elle craignait la découverte qu'ils allaient faire au bout de ce tunnel. L'odeur était cadavérique et la raison était simple: Ellen retenait un cri d'effroi rapidement transformé en haut de cœur incontrôlé qu'elle retenait tant bien que mal. Dans cette ancienne station de métro, les restants de deux corps humains finissaient de pourrir dans ce qui semblait être un laboratoire de fortune détruit par la bête. « Oh merde. » Un juron qu'elle n'avait pas su retenir non plus tant la découverte était aussi énorme que dégoûtante. « On va devoir agrandir le périmètre de sécurité. » Hors de question qu'une personne autre que les forces de l'ordre ou des experts scientifiques ne vienne jusqu'ici.
Revenir en haut Aller en bas


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur


Avec Ellen Morgan


Just another freaking day
Kanoa sorti également sa lampe torche pour accompagner sa subalterne dans ce qui était encore il y a quelques semaines un simple tunnel de métro new-yorkais. Sa lampe balayait les murs qui n'étaient pas éclairés par celle d'Ellen et montrait exactement les mêmes traces que sur la carcasse du métro. Il y passait régulièrement ses mains pour se rendre bien compte de la profondeur de ces dernières, profondeur qui variait par moment, tous les quelques mètres. "A croire qu'elle voulait se donner une nouvelle impulsion de temps en temps. L'endurance n'était peut-être pas son fort." Après tout, si cette créature n'était pas d'origine naturelle, chose qui lui semblait très concevable, il n'était pas rare que des expériences donnent naissance à des créatures fragiles dans leur constitution. Et si les brûlures n'avaient pas eu raison de la bête mais plus un épuisement ou carrément une crise cardiaque. "Pas trop long quand même, le métro ressort en pleine rue quelques kilomètres plus loin. Je pense qu'on peut directement pencher pour dire qu'elle se trouve entre ici et la sortie." Logique quand aucun témoignage n'avait fait mention de la créature en pleine rue en plus d'être, autant dire qu'avec cette déclaration, Kanoa enfonçait des portes ouvertes. Qui plus est, il devait se trouver plus proche du repaire de la créature qu'on pouvait y penser. La première raison est qu'elle n'était pas sortie chercher de la chair fraîche alors que son odorat devait être assez développé, donc elle avait plus vite senti de la nourriture dans la station de métro que dans la rue. La seconde était la fréquence des rames de métro, suivant l'intervalle. Peu de chance que l'abomination ait laissé plusieurs d'entre elle passer pour s'attaquer à celle-là en priorité.

Et comme il l'avait estimé, après un kilomètre environs, une portion abandonnée semblait être la cachette parfaite pour le terrier de la bête. L'odeur qui gagnait les narines de l'ancien militaire était assez reconnaissable pour savoir qu'ils étaient sur la bonne voie. Sortant son arme de sa main encore libre et réelle, il fit signe à Ellen d'avancer avec prudence, dieu seul savait ce qu'il allait y trouver. Les murs n'étaient plus temps recouverts des marques de griffes qu'ils ne l'étaient de la couleur écarlate du sang et sous leurs pieds gisaient des ossements dont il était préférable de ne pas se poser la question de la nature. "Alice, pourquoi as-tu suivi ce lapin dans ce terrier." Marmonna le haïtien entre ses dents pour oublier ce qu'il était en train de voir et de sentir. Puis, au détour de ce qui ressemblait autrefois à une station et plus maintenant à un champ de bataille, la réponse paraissait de plus en plus évidente. Kanoa rangea son arme en pénétrant dans le laboratoire qu'ils venaient de trouver, laissant à sa collègue le temps de se remettre du spectacle. Lui était malheureusement plus habitué à cause de la guerre. "Bienvenue dans le laboratoire du docteur Frankenstein." Dit-il ironiquement en poussant du bout de la botte l'un des cadavres pour regarder le visage dénué d'expression qui lui faisait face. "Tu as raison." Il empoigna sa radio pour tenter d'appeler le reste des troupes restées en retrait mais sans résultat. "C'est ce que je craignais… on est trop profond dans ce tunnel, les communications sont coupées." Kanoa continua de regarder les alentours, enjambant le cadavre pour s'approcher de cuve qui semblait être encore intact, miraculeusement.

A l'intérieur de cette dernière se trouvait une petite créature inanimée, plongée dans un liquide, qui ressemblait à la version miniature de celle qui avait fait un bisou au métro. "Coucou toi." Elle semblait ne pas avoir survécu aux expériences ou alors dans un état de stase mais aucune envie pour le chef de la brigade de vérifier si c'était l'un ou l'autre. "J'ai vu assez de film d'horreur avec des savants fous pour savoir que la meilleure solution serait de brûler cet endroit avant qu'une de ses créatures ne nous éclatent le ventre pour en sortir. Essaye de voir si tu ne trouves pas des fichiers… un journal de bord… quelque chose qui nous en apprenne plus." Ils allient devoir revenir sur leurs pas pour appeler des renforts alors autant déjà fouiller un petit peu. "Et surtout fait bien attention à…" Un bruit arriva à ses oreilles et dans un réflexe, Kanoa sorti son arme en direction de son origine, s'apprêtant à voir la petite sœur débarquer devant ses yeux. Plus de peur que de mal lorsqu'un petit rongeur sortit entre les restes d'une armoire en les regardant d'un air interrogateur. Kanoa souffla devant cette fausse menace. "Je vais rebrousser chemin pour essayer de les contacter et qu'ils rappliquent au plus vite. Je reviens tout de suite." Lança-t-il en se dirigeant vers la sortie de la pièce. Il se tourna vers Ellen juste avant de partir, histoire d'un peu détendre l'atmosphère si tout de fois c'était possible. "Surtout, ne fais pas de bétise."



Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 846
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
L'odeur qui chatouillait ses narines à l'entrée du tunnel n'était rien comparée à l'odeur de la mort qui planait dans l'atmosphère de ce laboratoire. Cette station désaffectée aurait dû être détruite il y a de ça bien longtemps, pour sûr qu'ils auraient eu moins de problème et de morts à l'heure qu'il est. Ellen avait beau être habituée - un tant soit peu compte tenu de son parcours professionnel - elle n'en restait pas moins écœurée et à la limite de vomir à chaque fois, d'autant plus que là, ce n'était pas beau à voir. L'état des corps ne laissait aucun doute... La bête était partie pour trouver de la viande fraîche et non en putréfaction. Le dégoût presque passé, elle remontait automatiquement son col pour tenter en vain de limiter l'infiltration de l'odeur dans son nez. La trentenaire se montrait silencieuse ne faisant qu'un signe de tête positif à son patron. Trouver des documents, des indices sur leurs identités, sur les expériences effectuées pour, peut-être, connaître le pourquoi et le comment cette bête était née. Elle allait s'y mettre, vraiment, jusqu'à ce que Kanoa ne fasse un geste brusque qui la faisait limite plus sursauter que le bruit qui avait lui-même effrayé Turner. Quel idiot bon dieu! Ils l'auraient probablement entendu et vu bien avant s'il devait y avoir une secondes bête assoiffée de sang et affamée de chair humaine. « Oublie pas de leur préciser de descendre avec des masques et des gants. » Elle se trouvait bien chanceuse d'en avoir des gants sur le coup. « C'est plutôt à toi qu'il faudrait dire ça. » argumentait-elle un sourire amusé aux lèvres. Après tout, c'était bien lui qui avait sorti son arme pour un petit rongeur de rien du tout.

En attendant que son patron revienne, comme il lui en avait donné l'ordre, la brune se mettait à fouiller l'endroit. C'était dans ses moments-là qu'on se rendait bien compte que d'être haut placé c'était une solution pas mal pour s'éviter les tâches ingrates, n'est-ce pas Turner? Tout naturellement, elle commençait par un bureau avec divers papiers et un ordinateur dont l'état laissait à désirer. Néanmoins, elle prenait tout de même le temps de débrancher correctement la centrale, peut-être que les informaticiens de l'unité pourraient récupérer des données importantes dessus. Elle la soulevait donc pour la mettre à l'abri. Suite à cela, elle fouillait davantage dans les papiers. Certains étaient tâchés de formules mathématiques les plus incompréhensibles les unes des autres - pour Ellen en tout cas - et d'autres avaient des dessins, des textes comme des témoignages d'expériences plus ou moins réussies. Les iris de la jeune femme viraient de feuilles en feuilles, de carnets en carnets. Tout semblait tellement fouillis - et probablement mis en bazar par la bête - qu'elle peinait à comprendre la logique de tout cela, à quel moment ça avait commencé, à quel moment ça avait fini.

C'est quand elle commençait à vouloir chercher dans les tiroirs du bureau qu'elle était stoppée dans sa démarche par un verrou. Impossible à ouvrir, il fallait une clé et forcément... comment mettre une clé à l'abri des autres? En la gardant sur soi. « Oh non. » grimaçant, elle soufflait un bon coup et s'approchait d'un des corps en décomposition pour fouiller ses vêtements ou du moins ce qu'il en restait. Elle se retenait comme elle le pouvait et quand enfin elle trouvait la clé, elle lâchait tout, littéralement, un peu plus loin. Le haut de cœur passé, elle reprenait la fouille après s'être rincé la bouche, ouvrant le tiroir qui comportait de nouveaux documents et des disques durs. L'histoire devait être là-dedans ou peut-être les étapes de l'expérience qui avait donnée naissance à la bête. « Attention en rentrant, j'ai pas su me retenir. » lançait-elle en entendant Kanoa revenir tandis qu'elle mâchouillait un bonbon à la menthe. Ça serait con qu'il marche dans son vomi quand même. « Je crois qu'une partie des réponses qu'on cherche se trouve là-dedans. Le tiroir était fermé... les tiroirs fermés cachent toujours des petits secrets bien gardés. » Enfin petits secrets... tout est relatif.
Revenir en haut Aller en bas


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur


Avec Ellen Morgan


Just another freaking day
"Ici l'inspecteur Turner, on va avoir besoin d'une équipe de nettoyage dans le tunnel ainsi qu'une équipe scientifique. Et ne venez pas sur votre 31, vous risquez de le foutre en l'air." Encore un peu et l'inspecteur de l'HPU allait se retrouver en tête à tête avec les agents qu'il essayait de contacter. Les tunnels New Yorkais avait ça pour eux d'empêcher la moindre onde de passer. Il avait essayé à intervalle régulier et jusqu'à présent, il n'avait reçu aucune réponse. Il s'apprêtait à reprendre sa marche, l'absence de signe de vie dans le talkie lui indiquant qu'il était encore trop loin. "Reçu, nous allons envoyer une équipe inspecteur." Kanoa leva les yeux aux ciels accompagné par un petit signe de la main à l'attention d'un interlocuteur divin et invisible qui avait enfin consenti à lui donner un petit coup de pouce, un signe qui trahissait surtout un "c'est pas trop tôt." L'inspecteur décida de ne pas attendre les dits renforts et de reprendre la route pour rejoindre l'agent Morgan en espérant qu'aucune créature ne se soit servie d'elle comme d'un amuse-gueule. Les autres agents n'auraient aucun mal à trouver l'emplacement de toute façon. Il arriva devant l'ouverture qui menait au laboratoire des savants fous et regarda une nouvelle fois les dégâts qu'avait engendrés leur création tout en avançant.

Seule l'annonce d'Ellen le détourna des murs pour qu'il plonge son regard vers le sol et les restes du déjeuner de l'agent, son pied étant pratiquement dedans. Ce qui le força à faire une enjambée plus grande dans un mouvement aussi peu naturel que dangereux pour son équilibre. En effet, prit dans son élan, Kanoa du faire deux trois pas avant de retrouver ce dernier et de reprendre une pose digne d'un "il ne s'est rien passé". "Faudrait penser à mettre un panneau à l'entrée, d'autres vont venir." Dit-il sur le ton de la blague avant de regarder les documents que lui tendait sa subordonnée. Il feuilleta rapidement tout en tournant dans la pièce en poussant quelques onomatopées, son bras holographique se frottant le menton en signe de réflexion. "Et bien maintenant, je comprends parfaitement pourquoi je ne comprends absolument rien. J'ai jamais été doué pour les sciences… et toi ?" il tendait le dossier comme pour le donner à Ellen avant de le déposer sur le bord d'un des meubles présents et incroyablement encore intact. Il reporta son attention sur la structure métallique dans le fond de la pièce. La cage où le monstre avait dû être enfermé et, à en croire l'état des barreaux, cette dernière n'était pas assez solide. "Faites attention où vous mettez les pieds." Toujours en regardant la cage, il avait entendu les bruits de pas des agents pénétrant dans les lieux et préférait leur éviter la mésaventure juste à l'entrée… autant dire qu'Ellen avait choisi son endroit. Et à entendre les réactions de certaines personnes qui entraient dans la pièce, d'autres risquaient de suivre le même chemin. Il se retourna pour faire face à l'assemblée. "Ok, écoutez-moi ! Je veux des photos de tous ce qui se trouvent dans ce labo. Je veux autant d'échantillon que possible. Je veux l'identité de macchabés 1 et macchabés 2.  Et je veux tous ces rapports pour hier. C'est compris ?" La foule restait silencieuse et sans mouvement un petit temps jusqu'à ce que l'inspecteur reprenne la parole. "Alors au boulot." Il frappa dans ces mains et, comme un signal la fourmilière de l'HPU se mit en marche. Kanoa ramassa le dossier et s'approcha alors d'Ellen. "Je crois qu'on peut les laisser se débrouiller et que tu as bien mérité ton après-midi de libre. On va apporter tout ça directement au labo, ils sauront mieux que nous de quoi il en retourne." De sa main holographique il invita alors l'agent mutant à sortir de la pièce, lui emboitant le pas.



Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 846
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
Secouant doucement la tête, Ellen notifiait à son patron qu'elle n'était pas plus douée que lui en science. A vrai dire, elle n'était pas très douée dans un domaine en particulier - sauf celui de la bouteille éventuellement mais ça, il n'était pas censé le savoir. Elle n'était pas encore venue au boulot complètement torchée pour qu'il le sache. Elle était seulement assez bonne dans un peu tout sans se distinguer dans une matière ou dans une autre mais clairement là, ce niveau de sciences, ce n'était pas pour elle et pour personne parmi le commun des mortels qui n'auraient pas fait d'études scientifiques poussées. Autant dire qu'elle abandonnait rapidement l'idée de comprendre quoi que ce soit à ce charabia. Elle se contentait de poser éventuellement ses yeux sur les titres des feuilles de notes qui pouvaient être plus ou moins révélateurs. Elle en était persuadée, l'explication n'était pas loin, il fallait juste la trouver. Concentrée dans sa tâche, elle indiquait rapidement à son patron qu'elle avait rendu son déjeuner tant l'odeur n'était pas supportable. Rapidement, les équipes arrivaient et Kanoa donnait ses ordres. Fermeté, efficacité, c'est ce qu'il cherchait, c'est ce qu'il obtenait, arrachant même un bref sourire à Ellen pour le sous-entendu quant à ses attentes pour les rapports.

Pourtant, son sourire s'effaçait vite quand son patron lui proposait de prendre son après-midi et qu'elle en avait assez fait comme ça. Pour le moment, elle ne disait rien. Elle ne souhaitait pas spécialement attirer le regard des autres membres de l'équipe. Elle avait bien assez du chauve qui, en voulant se rendre sympathique, la froissait plus qu'autre chose. Depuis des semaines elle avait les nerfs en pelote, tendus comme le string de Nicki Minaj, prêts à exploser. Alors elle attendait d'être dans le tunnel principal de circulation des métros pour s'exprimer clairement. « Je sais que c'est pour être gentil et me laisser du temps mais si je suis revenue travailler c'est que je ne veux aucun traitement de faveur. » Haussant les épaules, elle retirait ses gants et les gardait dans une main, prête à les jeter dans la première poubelle venue quand ils auront remonté tout le tunnel. « J'ai besoin de ce boulot pour tenir debout. Ne m'enlève pas ce qui me retient de me servir de mon arme de service pour me tirer une balle dans le crâne. » Il pouvait prendre ça pour une expression, une métaphore mais c'est ce qu'elle ressentait là, au fond d'elle. Cette colère qui la rongeait, qui la faisait boire. Cette solitude qu'elle s'infligeait plus ou moins consciemment... ouais, ça la poussait vers la voie du suicide, elle en avait conscience, elle n'en avait jamais parlé et même si pour le coup elle l'avait balancé comme on balance une expression commune, une partie d'elle était soulagée que quelqu'un l'entende, puisse être plus ou moins au courant de ce qui se passait dans sa tête. Pourtant, elle faisait un geste de la main qui semblait vouloir dire "oublie ce que j'ai dit" alors qu'elle ajoutait quelques mots. « Je ferais de l'administration dans mon bureau si tu me cherches. » S'échapper, prétendre vouloir jeter ses gants et disparaître, littéralement.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Ellenoa | Just another freaking day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» If you die I will literally go out of my freaking mind. {Kélia&Thomas}
» 02. It's freaking 4 am
» [M] ▲ NIKOLAJ COSTER WALDAU - I'm your (freaking) father
» Slowly freaking out ₪ ANGUS
» Hwang Kelea ▲ This freaking love is came

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps terminés-